42 n°22 mars 2011
42 n°22 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : comment ne pas devenir riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
JEUX VIDEO TRUCS ET ASTUCES réalité virtuelle. En effet, c'est la grande mode du moment, et pas mal de monde s'amuse à prédire qu'en l'an 2000, les manettes et les écrans seront complétement dépassés, les lunettes et combinaisons de réalité virtuelle nous plongeront directement en plein cœur du jeu avec lequel on interagira comme si l'on s'y trouvait pour de vrai ! La Virtual Boy, qui se présente comme des genres de grosses lunettes se plaçant directement sur la tronche du joueur se veut un premier pas vers ce futur révolutionnaire, et il est vrai qu'en théorie, le concept est plutôt alléchant : après tout qui n'a jamais rêvé de vivre ses jeux comme s'il y était ? En pratique, il s'agit d'une aberration qui n'aurait jamais dû dépasser le stade de projet griffonné sur une nappe de table lors d'un dîner entre pontes de Nintendo beurrés. Déjà, étant donné qu'elle fonctionne sur piles et n'a pas besoin d'écran, on pourrait croire qu'il s'agit d'une console portable, mais il n'en est rien, vu la taille du bestiau, il n'y a aucune chance que vous emportiez cette chose en voyage avec vous. Ensuite, par son design, elle est destinée à un unique joueur qui est le seul à voir ce qui se passe à l'écran, tuant net l'aspect convivial qui est pourtant l'un des principaux intérêts des consoles. Et concrètement, elle est tellement mal foutue que pour y jouer, la meilleure manière est au final de faire comme ça : La théorie La pratique Techniquement, il faut bien avouer que pour l'époque, la Virtual Boy, bâtie sur un système de miroirs rotatifs réfléchissant les lignes de pixels exactement au bon endroit sur l'écran, est une vraie prouesse. Les choses se gâtent par contre dès que l'on regarde la gueule des jeux : pour des raisons d'économie, Nintendo a choisi de n'utiliser que des diodes rouges, les jeux affichent donc des graphismes uniquement en nuances de rouge et noir. Bref, c'est hideux. Pour ne rien arranger, la plupart des jeux n'exploitent pas du tout l'effet de profondeur qui faisait le seul intérêt de cette vaste blague de console. Parmi quelques autres défauts mineurs, on peut aussi mentionner le fait qu'elle colle la migraine au bout d'une dizaine de minutes de jeu, à tel point que le manuel officiel conseille de faire des pauses toutes les quinze minutes sous peine de dommages oculaires... Sortie moins d'un an avant la N64, la Virtual Boy fut, sans grande surprise il est vrai, un échec commercial légendaire (seulement 770 000 exemplaires écoulés, ce qui en fait ironiquement une pièce de collection très recherchée aujourd'hui ; d'ailleurs, il existe même une communauté de fous furieux qui s'acharnent à développer en amateur pour la Virtual Boy...), à tel point que Gunpei Yokoi, l'ingénieur vedette de Nintendo (c'est tout de même lui qui a programmé les bornes d'arcade Donkey Kong, et inventé la Game Boy) qui était à la tête de ce projet tomba en disgrâce et fut poussé à la démission peu de temps après. De nombreuses raisons sont aujourd'hui avancées pour expliquer ce fiasco : un marché pas assez mature, une mauvaise communication de Nintendo qui préférait miser toutes ses billes sur la N64 et n'a pas suffisamment mis en avant le caractère extrêmement innovant de la machine, un line-up n'exploitant pas assez bien les capacités de la console, ou plus prosaïquement, qu'il s'agissait tout simplement d'un gros et boueux tas de merde qui n'aurait jamais dû voir le jour. Mppprrrrfffffchier Rigolez pas, il s'agit du titre le plus vendu de la Gizmondo ! - 20 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :