42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 98 - 99  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
98 99
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR Comment rentabiliser son groupe de métal ? Parce que l’or et l’argent c’est aussi du métal ! ! Mourir, c'est pas facile. Gagner sa vie en tant que musicien non plus. Qui plus est quand on officie dans un groupe de heavy metal ou "hard rock sur-vitaminé". La vie d'un métalleux sur scène est dure, semée d'embûches, et l'argent ne coule pas à flots. Sauf pour certains, opportunistes ou fins stratèges, qui redoublent d'ingéniosité et de fourberie pour s'en foutre plein les fouilles. Maintenant que tu as ton groupe, ta panoplie et que tu sais à peu près percer, il faut maintenant se faire de la thune. I. MAIS POURQUOI ? Je te remercie Moundir pour avoir posé cette question. Pourquoi gagner de la thune si l'on est intègre et que l'on fait ça par passion ? Eh bien tout simplement pour pouvoir partir en tournée, faire des concerts un peu partout dans le monde, notamment au Zénith de Bangkok, et avoir plus de chances de rallier plus de fidèles à votre cause. La thune, ça sert à acheter des guitares, du matos, des pédales wah-wah, et de l'auto-tune pour la voix. Ça sert à s'afficher avec le dernier BC Rich qui arrache la rétine si vous êtes un gros métalleux, ou la dernière Rickenbacker si vous voulez vous la jouer Lemmy. Avoir de la thune, ça sert surtout à payer les putes et la coke, mais ça n'a pas de secret pour vous, vous savez pertinemment que ça sert principalement à ça. Accessoirement, ça sert à payer un bon producteur et un bon manager qui feront du bon boulot pour que votre groupe soit pas trop mal représenté dans le milieu et donc avoir un peu plus de fric si vos tournées ont du succès, ou si vous pondez un chef d'œuvre intemporel comme Judas Priest, Pantera, ou bien Emperor. Merci à toi Draxx, grâce à toi, j'ai pleins de thunes II. Se faire pistonner par Philippe Manœuvre. L'on m'a raconté une histoire fabuleusement drôle lors du dernier passage de Airbourne au Zénith de Paris. Petit rappel : Airbourne, c'est AC/DC mais en version quartet plus jeune. Forcément, ça arrache tout et le concert est rapidement complet. Première partie du show, un petit groupe qui arrache pas mal : Taking Dawn. Une bonne soirée Rock'N'Roll. Sauf qu'au dernier moment, et à la surprise générale, apparaissent - 98 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK Manœuvre/le mec qui vous a pistonné, il chiera dans son froc, et repartira sans un mot. Mais ça OSEF, vous avez votre première partie, et vous avez de nouveaux adeptes. C'EST GAGNE ! III. Fabriquez-vous une image sulfureuse Si vous avez vu Bowling for Columbine, vous aurez sans doute compris que le succès de Marilyn Manson s'est fait grâce à son image sulfureuse et autres légendes urbaines (auto-fellation, massacre de poussins sur scène, etc...). Et l'artiste, Brian Warner de son vrai nom, l'a très bien compris et en a fait une marque de fabrique (bien que cette image tende à se diluer et à s'assagir). sur scène des petits jeunots, français de surcroît, jouant du punk rock bizarre, soi-disant à l'ancienne, du nom de "The Prostitutes". Description à l'unanimité (car j'ai checké au niveau des live report) : de la merde en barre, un groupe qui ne se présente pas, chante faux, musiciens approximatifs, sifflements du public suivis d'une pluie d'objets et d'insultes. This is relevant to my interest bien placée et reconnue (au pif Manœuvre). Une fois pistonné comme il faut, avec un myspace qui arrache, vous amenez votre public, et au moment du concert, vous faites éclater la vérité. Et contrairement aux Prostitutes, vous recevrez un accueil poli, voire enthousiaste si vous y mettez du cœur. Quant à Il n'empêche que vous avez l'exemple d'une formule à tous les coups gagnante : une image gore/pipi caca/choquante = win. Et cela ne se limite pas au Metal. Madonna avant, Lady Gaga maintenant et ses tenues... originales, 2pac ou encore toute la clique du gangsta rap West Coast... L'image compte beaucoup pour bien se vendre. C'est ainsi que beaucoup sont reconnus. Donc si vous voulez exploser en popularité et vendre un max auprès du public djeunz'en mal de rébellion, rangez-vous du côté des Alors pourquoi sont-ils à cette soirée ? Parce que Philippe Manœuvre doit penser qu'ils sont la nouvelle vague du rock français, comme les BB Brunes et autres Naast. Mais il n'en est rien, et pourtant ils se sont fait une pub incroyable. Moralité : faites-vous pistonner par un branquignole respecté dans le milieu (ahaha), et faites-vous pistonner pour un concert de haute facture, et le tour est joué. Bien sûr, la méthode à appliquer ici est un peu fourbe et faut savoir vendre un peu son cul. Mais en apparence seulement. Vous êtes un groupe de hard rock qui arrache, ou de trash metal, et avez un certain succès local. Des petits concerts en café-bars, un public conséquent, mais avec les potes et des potes de potes. Vous aimeriez être en première partie de Motörhead, parce que vous êtes assurés d'avoir un minimum de public. Méthode : accoucher d'une démo à la con, ou d'un groupe parallèle au vôtre, avec de bons morceaux suffisamment rock bidon pour convaincre une connaissance Tu veux cette guitare improbable ? Alors t'as intérêt à générer du flouze ! TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR - 99 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108