42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
PORTNAWAK sance de cause. Pire : sans rien préparer et se basant sur les préjugés qui voltigent dans l'opinion publique. KNOW YOUR MÊME Notre exemple n'est pas si terrible que cela, mais le journaliste entre dans le domaine des crétinus car il n'a pas fait son boulot de journaliste : se renseigner, se documenter et surtout RECOUPER ses informations pour voir si elles sont vraies ou non ! Plaçons le décor, voulez vous ? Télématin ! Émission un peu fourre-tout qui sert à réveiller les gens et à leur parler de tout et de rien, des dernières vagues de modes ou d'informations diverses et variées. Le présentateur, vieux routard de la télé, n'est bien sûr pas très au courant de tout en matière de nouvelles technologies ou de mode des « d'jeun's » wesh ! Pour cela il s'aide donc d'une ribambelle de journalistes. Le public visé ? Les noctambules qui ont passé la nuit sans fermer l'œil, ou les travailleurs qui se lèvent avec une gueule enfarinée de sommeil dont le bruit de fond de la télé leur permet de tenir et de se réveiller avant la chicorée. Mais également les retraités ! Ceux là ont du temps et ça se lève tôt ! Faut dire qu’historiquement, la formule de base de l’émission est inspirée de la radio. En moyenne, 1,4 million de personnes regardent c’t’émission, soit 14% d'audimat pour la tranche... ça fait beaucoup ! 22 mars 2010, 6h30 et des poussières : Notre présentateur appelle donc un journaliste. La Sorbonne a fait un colloque sur la cyber dépendance et Libé’en a fait l'écho. Ce sujet est en soi intéressant ! Je ne le nie absolument pas. Il y a plusieurs types de cyber dépendance, comme les réseaux sociaux, la pornographie, troller, weby et les pokékons... etc. Bon, jusque là, rien d'anormal. C'est hélas ici que vient l'erreur fatale ! Notre gars, tout content de passer encore une fois à la télé, a dû se demander quel angle d'attaque prendre pour attirer le larron. Notez qu'il n'a pas approfondi de lui-même le sujet, il ne fait que reprendre quasi mot pour mot l’article de Libé’, en changeant et inversant le vocabulaire. Je vous parie qu'il fait pareil avec les dépêches AFP. Il se concentre sur le sujet le plus évident qui fait le plus peur et est le plus connu : la dépendance aux jeux vidéo. Hum... bon d'accord. Je ne suis pas fan de cette idée, mais bon ! Faut bien un début et puis peut être que notre gars n’avait pas d’inspiration (ça peut arriver). Le colloque en a forcément parlé et Libé’a également utilisé cet argument. Cela fait des années que TF1 fait peur à la grand-mère avec le phénomène World of Warcraft (le plus connu). Pour les deux du fond de la classe près du radiateur, WoW est un MMO-RPG. Acronyme qui veut dire Massive Multiplayer Online - Role Playing Game (jeu de rôle en ligne massivement multijoueur). TF1, s'appuyant sur des constatations réelles, grossit toujours le trait et a angoissé la population à propos de confusion mentale entre le réel et le virtuel, le fait que ces jeux soient chronophages, violent les petits poneyz et les licornes de diamant niveau 7 etc etc... Dans l'absolu, ces problèmes sont vrais et existent. Simplement, la réalité est tout autre. Il est certain que des gens qui sont bloqués par quelque chose dans leur psychisme, se servent des jeux vidéo, d’Internet ou d’autres choses comme échappatoire (d’autres exemples ? La télévision, le chocolat...). Mais est-ce dû réellement aux jeux vidéo ? Ou plutôt à un problème lié à ce que pensent ces fameux « drogays » ? Cela fait 30 ans que les psy tentent de bien faire comprendre les nuances, car peut-on considérer qu’un drogué du travail le fait par pure passion ? Il est possible que ce soit « autre chose » qui le pousse à se défoncer au boulot. Une chose suffisamment douloureuse au fin fond de son esprit, qui le pousse à ne faire que cela. Là je ne suis pas psy donc j’avance sur des œufs. Selon d’antiques lectures que j’ai faites il y a des années dans la presse spécialisée JV, une cli- - 94 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK vous trouverez facilement. Pour résumer donc : le problème ne date pas d'hier ! Et ce problème n'a pas non plus attendu l'avènement des MMO-RPG ! A propos, comment lisez-vous cet acronyme ? Le vieux débat qui fait crisser les dents des académiciens depuis des lunes : doit-on lire exclusivement les lettres, ou peut-on les prononcer comme des syllabes ? PSG ne se prononce pas comme OTAN. L'idée générale est que s'il y a une ou des voyelles bien placées pour articuler l'acronyme, alors on peut le prononcer en syllabe. Les académiciens n’aiment pas ça, mais la population n'aime pas non plus se prendre le chou. Notre sujet d’article se lit lettre par lettre, car le "o" n'est pas bien placé pour faire une syllabe. Répétez après moi : "aime-aime-eau-air-pé-jé" (ouais, à 42 nous téléduquons !). Futés que vous êtes, je pense que vous avez deviné l'erreur du journaliste : la prononciation ! Effectivement, vous avez visé juste. Mais il n'y a pas que cela ! (ce serait trop beau). KNOW YOUR MÊME Revenons donc à notre 22 mars 2010 sur France 2 à 6h30. Notre pseudo journaliste donc, débite bien son texte quasiment mot pour mot de l'article de Libé’(ne comprenant évidemment strictement aucun mot) en s'embrouillant un peu. Pour les non habitués, on ne saisit pas du premier tir ce qu’il dit (j'ai fait le test avec ma belle et tendre). Et là : L'ERREUR !!! Il prononce « meuporg »... par ici la vidéo originale : http://www.youtube.com/watch ? v=HXstRfE9AVU nique en France avait ouvert en 2001 une aile sur la dépendance aux jeux vidéo (et les USA l'ont fait bien avant nous). De plus, les CMPP (inventé dans les années 60), sorte d’hôpital de jour pour les enfants et ados, luttent depuis des années contre tous les soucis psy des gamins. Cela ne les a pas surpris de voir l’abus de jeux vidéo entrer dans leur liste de symptômes, et ça depuis les années 80. BREF, ils n'ont pas attendu que WoW sorte pour aider les drogués du jeu vidéo. Les MMO-RPG ont commencé leur essor vers 1992 ou 1993 si je me souviens bien (bien que cela ait existé avant). Un ami m'avait montré Méridien 59, inspiration Tolkien mais en vue FPS. J'avais joué un peu à Ultima online vers 98 ainsi qu'à la 4eme prophétie … et j’avoue m’sieur l’juge : une tentative ratée de jouer à Priston Tale. Mais bon, des jeux en ligne sauce JDR ce n’est pas ce qui manque sur la toile : y en a des gratuits de nos jours, en Flash, sous licence de film ou de séries … Cherchez un peu et La consternation ! Un homme qui est chargé de renseigner, d’informer, n'est même pas foutu de savoir bien lire et prononce une onomatopée ! D’accord… pour les néophytes, j'admets que c'est très dur, mais là... là quand même c’est du foutage de gueule ! ! 11 Le double "m" se transforme en "meu" (illogique déjà) et le "o" est déplacé plus loin dans l'acronyme pour tenter de faire une syllabe ! Outrage ! On croit rêver !!! Mais je pense que le plus surpris c’était mon chat : http://www.youtube.com/watch ? v=wyEhz4CJmYQ Et en l'écoutant, on dirait qu’il en rajoute une louche le sagouin !!! « Souvent des jeunes ». Quasiment tout le monde joue aux jeux vidéo de nos jours ! Il y a - 95 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108