42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
IRL ARGENT TROP CHER L'allocation universelle C'est de l'argent gratuit. Il est un proverbe cucul-la-praline qui dit : "l'argent ne fait pas le bonheur". Coluche, dans son sketch intitulé "Misère", précisait : "L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres". Voici mon proverbe personnel à ce sujet : "la fonction argent->bonheur est du style y = racine de x". Partant de cette constatation, il n'est plus nécessaire de lutter contre les vilains riches parce qu'ils sont trop riches. Il suffit de lutter pour que les super-pauvres soient moins pauvres. De cette manière, la somme de bonheur totale de l'humanité serait à peu près optimisée. Des inégalités subsisteraient, mais on s'en fout. La divinité de l'Internet qu'est Wikipedia nous dit : "L'allocation universelle désigne le versement d’un revenu unique à tous les citoyens d'un pays, quels que soient leurs revenus, leur patrimoine, et leur statut professionnel : ce revenu permettrait à chaque individu de satisfaire ses besoins primaires (se nourrir, se loger, se vêtir, voire acquérir certains biens culturels de base), et laisserait l'individu libre de mener ensuite sa vie comme il l'entend. » Il est parfois aussi appelé « revenu social garanti », « revenu universel », « revenu d'existence », « dividende universel » ou « revenu citoyen ». Certaines personnes se plaisent à dire que ce serait un magnifique compromis entre le capitalisme et le communisme. C'est sans doute vrai. Mais j'évite d'utiliser cette expression, car il y a des tas de choses qui se vantent d'être "un compromis entre le capitalisme et le communisme". (La choucroute, par exemple). Pourquoi c'est un truc bien ? L'astuce réside dans le fait que cette allocation ne vous permet pas d'obtenir tout ce que vous voulez. Pour la Rolex et les biatches, faut gagner de l'argent. De cette manière, l'économie de la France - 74 (42lemag.fr) -
IRL (enfin ce qu'il en reste) ne devrait pas s'écrouler, puisque des gens continueraient de travailler. Au passage, les méchantes personnes cupides seront totalement déculpabilisées, ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi. Vouloir accumuler un gros tas de pognon, ce n'est pas le Mal, si, à côté de ça, les gens les plus pauvres sont assurés de vivre dignement. Coluche dirait : "Aujourd'hui, on a bien le droit, de vouloir s'en foutre plein les doigts." L'allocation universelle, ce n'est pas la même chose que les RMI, RSA, ou autres, qui sont des sommes versées sous conditions, et qui, par conséquent, n'encouragent pas forcément à se bouger le cul. On a tous entendu parler de ces vilains chômeurs qui profitent du système, font de fausses déclarations à propos de tout et n'importe quoi, et volent l'argent public. L'allocation universelle continue d'être versée, même si vous commencez à gagner quelques bouts de centimes. (On ne gardera pas tous ces centimes gagnés, à cause de l'impôt sur le revenu qui existera toujours, mais au moins, on ne perdra pas d'argent). Cela pourrait encourager les vilains chômeurs à se monter de petites entreprises, voire à prendre des risques. Ils sauront que même si ils se plantent complètement, il Coluche implied facepalm restera toujours un filet de sécurité. Les personnes ayant des boulots "alimentaires" inintéressants et merdiques, auront plus de poids pour négocier un meilleur salaire, ou de meilleures conditions de travail, car ils auront la possibilité réelle de menacer de démissionner, sans risques de se retrouver à la rue, en shit-storm. Ces boulots pourris seront alors revalorisés. Les grandes entreprises continueront d'exister, parce que c'est quand même cool une grande z'entreprise, ça fabrique de chouettes objets comme les ordinateurs ou les voitures. La différence, c'est que ces entreprises ne pourront plus exploiter les gens. ARGENT TROP CHER Valoriser la couche libre et non marchande de la société Cet argument a été pompé à un article de Framasoft : http://www.framablog.org/index.php/po st/2010/05/17/dividende-universelvalorisation-libre-non-marchand Vous vous rappelez quand vous étiez scout ? Vous aidiez les vieilles dames à traverser la rue. C'était super. Une fois, en sortant de chez moi, j'ai vu des employés municipaux près des passages piétons, qui faisaient traverser des groupes d'enfants. (C'est pas des conneries, il y en a vraiment, du moins à l'époque où j'habitais près de Clamart). Ces gens sont payés pour ça ! Merdalors ! Vous vous êtes salement fait arnaquer dans votre jeunesse scout. Au lieu de bonbons dégueux, vous auriez pu avoir des espèces sonnantes et trébuchantes. - 75 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108