42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
JEUX VIDEO rans ne seront pas nécessairement plus "forts/overskilled" que vous, juste plus polyvalents. 10 BONNES RAISONS DE... 6 – Les M dans MMO ne sont pas là uniquement pour faire beau EVE Online tourne sur un seul et unique serveur pour le monde entier ce qui veut dire qu’en théorie, tous les joueurs peuvent se retrouver en même temps dans le même système (dans la pratique le serveur se planterait un pieu dans le cœur avant de se décapiter et d’immoler son cadavre par le feu si on s’amusait à faire ça). Mine de rien, à l’ère des MMO tellement bardés d’instanciations et de donjons à 4 pelos qu’ils devraient s’appeler des MO, le fait d’avoir l’impression de faire partie d’un seul et même univers persistant est un vrai plus. Pour ne rien gâcher, comme le serveur est international, il y a de l’action à toute heure. Certains systèmes sont par exemple dominés par les Japonais la nuit et par les Allemands le jour. On croise des Russes qui s’associent avec des Espagnols pour tabasser des Nord-Coréens qui de toute façon ne devraient pas être là vu qu’ils n’ont pas internet !!! Bref, ça bouge, c’est multiculturel et il ne manque plus que "Save the world" de Mickael Jackson en musique de fond pour faire chialer des licornes ! ! 7 – Le jeu est entre les mains des joueurs Contrairement à ses petits camarades, EVE Online a été conçu comme un gigantesque bac à sable galactique et non comme une série de défis (raids/donjons) à réaliser en groupe et dans l’ordre. Grâce à cette différence fondamentale, les développeurs ont pu se permettre de laisser une très grande marge de liberté aux joueurs et c’est cette liberté qui fait toute la richesse du jeu. Les exemples sont nombreux mais les plus emblématiques sont : L’économie : A part quelques objets de base et les skillbooks, quasiment toute l’économie du jeu est entretenue et gérée par les joueurs. Ainsi, la grosse majorité des vaisseaux et l’équipement qui va avec sont produits par des joueurs qui utilisent comme matière première les minerais récoltés par d’autres joueurs. Résultat, l’ensemble est tellement cohérent qu’il donne l’impression d’être face à une version miniature de notre système économique. Le PVP est possible absolument partout dans le jeu pour peu que l’on soit prêt à en payer le prix. L’univers est ainsi séparé en niveaux de sécurité, le "high sec" ou "empire", le "low sec" et le "0.0". En secteur Empire, si un joueur shoote un autre joueur alors que leurs corporations n’ont pas de déclaration de guerre valide, la police galactique (CONCORD) intervient et pulvérise la face de l’agresseur en quelques secondes. Malheureusement pour la pauvre victime, comme dans la réalité, la police n’arrive pas toujours à temps. Ce système de protection ne garantit donc pas la sécurité absolue et si vous transportez des chargements qui valent un œil, certains pirates n’hésitent pas à faire des attentats suicides pour récupérer votre chargement. Attention cependant, à force d’agresser des joueurs en "high sec", certains joueurs sont carrément interdits de séjour et CONCORD leur tire dessus à vue, être pirate, ça se mérite. En low-sec, la sécurité est moins drastique puisqu’elle n’est assurée qu’en orbite des Stargates et des stations. Si vous vous faites violer au détour d’un champ d’astéroïde c’est pour votre pomme ! Et enfin… - 46 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO ni aucun gros add-on, qui sortent pourtant à un rythme très régulier (un tous les 6 mois) et étoffent de façon conséquente le jeu. Le 0.0 : A mon sens le véritable cœur du jeu. Le 0.0 désigne tous les systèmes sans aucune sécurité. Là-bas, c’est la loi du plus fort et y shooter quelqu’un n’a aucune conséquence. Résultat, ces zones sont les plus dangereuses du jeu mais aussi les plus riches car, en contrepartie, ces secteurs sont les seuls dans lesquels les joueurs peuvent bâtir leurs propres stations. Il en résulte un microcosme de corporations qui s’allient ou se trahissent pour le contrôle de systèmes entiers. Il y a de l’action à toute heure, on meurt beaucoup, on apprend beaucoup (surtout la paranoïa) et même si cela paraît totalement suicidaire, j’invite tous les nouveaux joueurs à venir y vivre aussi rapidement que possible car c’est là que le jeu se révèle vraiment. Bien sûr, cette liberté a un prix, celle de n’avoir aucun garde-fou vous empêchant de faire une grosse bêtise. Mais bon, comme dirait le dealer de mon immeuble, "A vaincre sans péril franchement ça fé grav yèch sa race tavu ! ". Cerise sur le space cake, dans le jeu vous pouvez acheter un PLEX qui vous donne droit à 30 jours de jeu supplémentaires. Donc, en théorie, si vous gagnez suffisamment de brouzoufs ingame, vous pouvez jouer totalement gratuitement ! Ces PLEX coûtent la modique somme de 336 millons d’ISK en moyenne, somme qui n’est pas si insurmontable que ça si vous vous lancez dans le trading. 9 - Très peu de kikoos/kevins Sûrement le point le plus appréciable pour tous les joueurs ayant un jour ou l’autre tâté WoW. jeu directement en ligne, vous ne payez que 5 € votre clé CD, là où d’autres jeux vous demandent de raquer 50 € la boîte avant même d’avoir le droit de cracher vos sous chaque mois ! Pour les add-ons c’est la même chose, depuis ses 6 ans d’existence, CCP, le développeur du jeu, n’a jamais fait payer aucune mise à jour La difficulté et l’austérité d’EVE Online sont des barrières très efficaces contre tous les gros kikoos du monde des MMO. Généralement, leur élimination est rapide et sans douleur et ressemble souvent à ça : "Olol lé zami ! Comen je fé pour conduir un super destroyé de la mor ! G k1 peti ENVIE DE TESTER SANS TROP RAQUER ? Parce qu’on peut être pété de thune et rester une grosse radasse, la plupart d’entre vous n’ont probablement pas envie de lâcher leur argent durement volé à la sueur du front d’un petit vieux pour un jeu auquel ils n’accrocheront peut-être pas. Heureusement, les gentils développeurs ont prévu le coup et vous pouvez tester le jeu gratuitement et sans lâcher votre numéro de carte bleue pendant 14 jours. Cette durée de 14 jours peut être étendue à 21 jours grâce au parrainage d’un joueur ingame donc, si vous n’avez pas d’amis (c’est votre droit), passez sur le forum du magazine, un topic EVE Online a été spécialement ouvert pour s’échanger des invitations, des astuces et pour déterminer qui a les plus gros lasers ! 10 BONNES RAISONS DE... 8 – Un jeu pas si cher que ça au final C’est vrai, le coût de l’abonnement mensuel à EVE Online est parmi les plus élevés du genre (14.95 €) mais c’est sans compter sur plein de détails qui adoucissent la facture. Ainsi, les formules trimestrielles et semestrielles diminuent la douloureuse en faisant tomber le mois d’abonnement à 12.95 € et 11.95 €. Autre point important, si vous chopez le - 47 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108