42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
JEUX VIDEO Lugaru TESTAGE Une patte de lapin, ça porte bonheur, sauf en pleine gueule. Un jour que j'errais sur le net à la recherche d'un monde meilleur, je tombais sur le "Humble Indie Bundle". 5 jeux vidéos créés par des indépendants, au prix prohibitif de "donnez ce que vous voulez". Y étaient inclus Aquaria, World of Goo, et Samorost. Trois putains de bons jeux, que je m'étais dit que je finirais sûrement par m'acheter/me procurer un jour ou l'autre. Un virement bancaire et quelques téléchargements plus tard, j'ouvre fébrilement les fichiers et m'éclate comme un petit fou. Dans le package étaient inclus d'autres titres que je trouvais moins glamours. Parmi eux : Lugaru, un jeu de baston avec des lapins ninjas. wtf ? Je l'essaie sans grande conviction, persuadé que je le laisserai moisir dans un coin de mon disque dur. Quelques mois plus tard, j'ai fini le mode story et les challenges en mode hard, mes oreilles ont poussé, je ne me sépare jamais de mon bâton, et je cours parfois à 4 pattes pour aller plus vite. Mes amis s'inquiètent... Une 3D un peu vieillotte se cogner leurs polygones respectifs, de petites gouttes de sang s'écoulent au bout de la lame d'une épée, et y a du ragdoll, tout plein. Pour ceux qui l'ignorent, le ragdoll désigne la technologie permettant d'animer de manière réaliste un corps plus ou moins inerte. Dans un jeu, lorsque votre Passons vite sur cet aspect du jeu, car il n'est pas génial. Les arbres sont faits d'un poteau et de quelques vagues plans affublés d'une texture feuillagée. L'herbe est un linoléum avec un dessin d'herbe. Je vous laisse admirer les screenshots. On sent dans ces gros tas de pixels la volonté de faire de jolis paysages, avec un minimum de diversité : forêts, plaines, montagnes enneigées. Mais c'est cantonné au minimum vital. Dans cet univers en 2,75 dimensions assez risible, l'animation des personnages parvient malgré tout à sauver l'ensemble. Les ennemis se chopent sans Hell Yeah 3D ! - 14 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO personnage se prend un coup par derrière et dégringole les escaliers, pour se planter la tête dans un coin de table tout en se tordant le pied, c'est du ragdoll. On peut aussi en faire en 2D (voir image). Un gameplay au poil L'expression d'usage pour parler du gameplay, c'est "aux petits oignons". Mais comme on a des ninjas-lapins, le "au poil" me semblait plus approprié. Bref, qu'est-ce qu'y a de bien dedans ? TESTAGE La première originalité, c'est que lorsque vous appuyez sur le bouton d'attaque, et qu'il n'y a personne à portée, le lapin ne frappe pas. Du point de vue de la coolitude des combats, c'est bien, car on ne se retrouve pas, comme dans plein d'autres jeux, avec un héros débile qui tape dans le vide. Du point de vue tactique, c'est intéressant aussi. En restant appuyé, le lapin frappe automatiquement dès qu'un ennemi est assez proche. Ce qui permet de plus se concentrer sur les actions à faire, plutôt que sur le fait de devoir cliquer pile-poil au bon moment. (Tiens, j'ai encore dit "poil") L'autre chose particulière, c'est qu'il n'y a que 5 boutons d'action. Clic droit : attaquer. Shift : contrer/s'accroupir. Espace : sauter. A : ramasser/changer d'arme. E : lancer l'arme. C'est suffisant. Ensuite, viennent divers enchaînements et combinaisons permettant d'effectuer une foule d'actions bien chouettes : piquer l'arme de son adversaire, le tataner alors George Bush est l'inventeur du ragdoll qu'il est au sol, lui faire une prise et le balancer 10 mètres plus loin, sans oublier la trachéotomie et le lapin-canon. Je détaille pas comment faire tout cela, c'est expliqué dans le tutoriel. Ces deux particularités (attaque auto, et peu de boutons) montrent une certaine volonté de trouver un équilibre entre la précision trop complexe, et l'awesomeness trop prédéfinie. Dans certains jeux, on dirige exactement ce que fait le héros. C'est cool, sauf qu'il faut des enchaînements de 10 touches rien pour lui faire lever le bras. Je me souviens vaguement de Severance. On pouvait y faire plein de trucs : coups verticaux, horizontaux, se protéger, récupérer des bouts d'ennemis pour les lancer sur ses adversaires... Mais c'était le bordel pour s'y retrouver avec toutes les touches. Précis, mais trop complexe. Et dans un jeu en temps réel, on n'a pas que ça à faire. Dans d'autres jeux, le héros fait des actions awesome : il se bat contre des monstres titanesques et les étrangle avec leurs propres tentacules, il pare les coups avec son épée laser tout en jetant des sorts de diarrhée à ses adversaires, etc. Mais ces actions sont prédéfinies, et il suffit d'appuyer sur un bouton au bon moment pour que tout se déroule automatiquement. Du coup, le joueur s'ennuie, car il n'a plus du tout l'impression d'agir par lui-même. J'ai pas d'exemple précis, mais tous les jeux avec des quick time event tombent un peu dans ce défaut. Lugaru a su trouver un certain équilibre entre ces deux extrêmes. Le lapin fait des tas de trucs vraiment cool, mais c'est grâce au joueur, qui appuie sur les bons boutons. Mes techniques à moi Le jeu comporte 3 armes : couteau, bâton et épée, ainsi que 2 races : les lapins et les loups. Voici mes techniques par rapport à tout cela. Non seulement ça peut vous aider, mais ça vous donne aussi un aperçu de la diversité des actions possibles. Le truc qui vole, c'est un loup que j'ai coup-de-bâtonné. Le backstab de fourbe. Marchez accroupi derrière un ennemi, et une fois assez proche, attaquez. (Faites gaffe de - 15 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108