42 n°21 février 2011
42 n°21 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : gagner plus pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 106 - 107  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
106 107
PORTNAWAK MIOUSIK pain, envoient chier les batteur et guitariste, parce qu'ils sont moches, gardent le bassiste et ramènent un nouveau batteur. Et pas n'importe qui : Gene Hoglan a.k.a The Atomic Clock, ayant joué dans une chiée de groupes comme Death, Testament, Strapping Young Lad... Du lourd dans tous les sens du terme. Et puis vient ce nom, cette pochette. Logo connu, un semblant de retour aux sources, un titre qui en rappelle un autre. Demanufacture 15 ans plus tard quoi. Ça y est, j'ai résumé le skeud, désolé pour le spoiler. Sauf que... C'est tout pourri. Pondre un chef d'œuvre c'est ultra cool, mais il faut être conscient que le reste souffrira de la comparaison, quoi qu'il arrive. Demandez à Metallica. Sauf que là, c'est pire. On sent qu'ils ont voulu tout faire pareil que Demanufacture : la même ambiance froide et mécanique (check), les mêmes riffs déshumanisés, la même voix qui alterne beuglement et chant clair, même nappe de synthé. Mais la mayonnaise ne prend pas. Elle ne prendra jamais. Si, sur un titre, affublé d'un très beau clip, et à la bonne thématique : Fear Campaign. Mais Last Exit est bien plus réussie, et sauve le disque du vautrage. Dans la pure tradition des finaux atmosphériques, ce titre redresse le tout. Attention. Mechanize est tout pourri, mais pas comme le nouveau Linkin park. Non. Tout pourri par sa démarche prétentieuse de faire jeu égal avec Demanufacture, et donc de faire plaisir aux fans avec le coup du retour aux sources. Tout pourri parce que les compos sont mauvaises. Y a bien un air, une mélodie, mais y a un truc qui ne colle pas. Je me suis fait chier en écoutant cet album. "Digimortal", même s'il était plus accessible et plus formaté, était plaisant à l'écoute. Mais Mechanize, j'y arrive pas. Et c'est vraiment dommage pour un groupe de la trempe de FF, avec autant d'attente. 2. Atheist - Jupiter C'était trop beau. Atheist qui revient, Atheist qui ressort un nouvel album. Point culture : Atheist fait partie de la vague floridienne du Death metal, celle qui a tout ravagé, comme le tsunami en Asie du Sud-Est. Deicide, Morbid Angel, Cannibal Corpse, c'était la grande époque du Death. Atheist n'est pas étranger aux membres de ces groupes, mais le succès n'a été que relatif pour ces surdoués du metal. Surdoués car ils font partie d'une catégorie de groupes plus techniques. Du death technique, oui ça existe obi. En plus d'être mélodique, c'est technique. Bref. Atheist sortira 3 albums avant de se séparer et de partir un peu à droite et à gauche. 3 albums, autant de pépites, avec une patte mémorable, et un sens de la musique non démonstrative. Atheist faisait de la musique, et non du touche bite-je me branle le manche comme certains. Alors l'annonce d'un album 17 ans après "Elements", ça fait mouiller tous les amateurs de death. Ils ont déjà mouillé quand le groupe est revenu sur scène quelques années auparavant, pour quelques concerts par-ci par-là. La pochette arrive. Purée ce qu'elle roxxe. En version vinyle, c'est encore plus chouette, c'est de la bombe de balle. Ça se contemple, on est tout de suite béat devant la magnificence de la pochette. Mais à l'écoute, j'ai vite dé- - 102 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK nappe de synthé, et puis quand la voix arrive, tout s'effondre. Je saigne des oreilles quand j'écoute ce morceau. Une ignominie. Alors, l'album est tout pareil ? Presque. Disons que The Catalyst touche le fond. Pourtant, pourtant... L'intro du disque est passable. Voilà c'est peut-être le seul truc de passable. Mais bon ils sont tellement cons chez LP qu'ils en ont fait 2 intros... Le coup du "multi concept" de mes couilles en somme. C'est ce genre de trucs symptomatiques du ratage complet. Et l'album est de cet acabit. C'est mièvre, ça n'a aucun mordant, c'est brouillon, accrocheur et racoleur à donf. Pourtant y a de vraies compositions, contrairement à The Catalyst. Mais qu'est-ce que c'est nul. Plat. Super plat. D'un ennui profond, sans aucun titre pour se démarquer. Et beaucoup d'interludes. Sur 15 titres, doit y avoir 6 vraies chansons. Toutes aussi mauvaises les unes que les autres. MIOUSIK chanté. C'est pas mauvais, c'est banal. C'est du Death technique, mais ce n'est pas LE truc que j'attendais de la part d'Atheist. Le truc frappant, c'est zéro prise de risque : 8 pistes, une grosse demi-heure, pas d'intro, que dalle. Pas de concept, pas d'innovation. Le même format que Piece Of Time ou Unquestionnable Presence. En gros, le groupe joue le coup du retour 17 ans plus tard, après avoir fait baver les fans l'équivalent de l'océan pacifique, mais sans se casser le cul. C'est l'impression que j'ai eue. Atheist a fait du Atheist sans risque, en jouant sur la sécurité. Et c'est frustrant. Venant d'un groupe de cette trempe, on pouvait s'attendre à autre chose. Atheist a loupé le coche que n'a pas loupé son homologue Cynic. Ce dernier a su prendre un peu de risque, en diluant sa musique et en expérimentant davantage. Atheist s'est contenté d'un disque de Death technique pour contenter les fans de la première heure qui voulaient un nouvel Atheist. Si vous voulez découvrir le groupe, vous pouvez jeter une oreille, mais vous allez vite oublier après avoir écouté les premiers. Si vous êtes un fan Die hard, il va vous plaire, c'est du Atheist pur jus. Si, comme moi, vous en attendiez trop, et que vous vous attendez à un truc de ouf, passez votre chemin. III. Daubasse de 2010 Linkin Park - A thousand suns Le top of the top de la daubasse. Linkin Park. Autre réfugié du néo-métal qui tente de se reconvertir, d'explorer de nouveaux horizons... C'est louable comme intention, mais des fois, c'est le ratage complet. Le déclic qui m'a mis la puce à l'oreille fut "The Catalyst". Comment vous dire sans être grossier. Sachez tout d'abord, que je suis ouvert musicalement, à tout ce qui se fait. Je n'aime pas Sexion d'assaut, mais bon soit. Je déteste Jena Lee ou Vincent Delerm, ou encore Cali et Etienne Daho, mais bon. Si des gens écoutent, soit. Mais une chose comme "The Catalyst", ça ne passe pas. Je vais être méchant, mais je place ça au même niveau que la toute première démo de Mayhem, qui est pourtant une fumisterie sans nom (parce que soi-disant culte). The Catalyst me fait l'effet d'une boule de merde qui reste coincée dans la gorge. C'est de l'anti-musique. Même pas un truc expérimental. Un gloubiboulga. Ça ne ressemble à rien. Pas de mélodie, pas de rythme, une ligne de chant constante, aucun relief, plat comme pas possible, pas de structure, aucune recherche, rien, que dalle, le néant. Ah si... Y a que la toute première Vous allez me dire "ils se reconvertissent, c'est pas parce que c'est différent de Hybrid Theory que c'est naze". Oui, Ulver l'a fait avec brio, car ça ne part pas dans tous les sens et qu'il y a une cohérence, du métier. Sur "A Thousand Suns", y a pas de fil conducteur, malgré le prétendu "concept" autour de l'album. LP s'enfonce de plus en plus, à la manière d'un Korn, mais en pire. Draxx - 103 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 21 février 2011 Page 142 numéro 21 février 2011 Page 2-342 numéro 21 février 2011 Page 4-542 numéro 21 février 2011 Page 6-742 numéro 21 février 2011 Page 8-942 numéro 21 février 2011 Page 10-1142 numéro 21 février 2011 Page 12-1342 numéro 21 février 2011 Page 14-1542 numéro 21 février 2011 Page 16-1742 numéro 21 février 2011 Page 18-1942 numéro 21 février 2011 Page 20-2142 numéro 21 février 2011 Page 22-2342 numéro 21 février 2011 Page 24-2542 numéro 21 février 2011 Page 26-2742 numéro 21 février 2011 Page 28-2942 numéro 21 février 2011 Page 30-3142 numéro 21 février 2011 Page 32-3342 numéro 21 février 2011 Page 34-3542 numéro 21 février 2011 Page 36-3742 numéro 21 février 2011 Page 38-3942 numéro 21 février 2011 Page 40-4142 numéro 21 février 2011 Page 42-4342 numéro 21 février 2011 Page 44-4542 numéro 21 février 2011 Page 46-4742 numéro 21 février 2011 Page 48-4942 numéro 21 février 2011 Page 50-5142 numéro 21 février 2011 Page 52-5342 numéro 21 février 2011 Page 54-5542 numéro 21 février 2011 Page 56-5742 numéro 21 février 2011 Page 58-5942 numéro 21 février 2011 Page 60-6142 numéro 21 février 2011 Page 62-6342 numéro 21 février 2011 Page 64-6542 numéro 21 février 2011 Page 66-6742 numéro 21 février 2011 Page 68-6942 numéro 21 février 2011 Page 70-7142 numéro 21 février 2011 Page 72-7342 numéro 21 février 2011 Page 74-7542 numéro 21 février 2011 Page 76-7742 numéro 21 février 2011 Page 78-7942 numéro 21 février 2011 Page 80-8142 numéro 21 février 2011 Page 82-8342 numéro 21 février 2011 Page 84-8542 numéro 21 février 2011 Page 86-8742 numéro 21 février 2011 Page 88-8942 numéro 21 février 2011 Page 90-9142 numéro 21 février 2011 Page 92-9342 numéro 21 février 2011 Page 94-9542 numéro 21 février 2011 Page 96-9742 numéro 21 février 2011 Page 98-9942 numéro 21 février 2011 Page 100-10142 numéro 21 février 2011 Page 102-10342 numéro 21 février 2011 Page 104-10542 numéro 21 février 2011 Page 106-10742 numéro 21 février 2011 Page 108