42 n°20 déc 10/jan 2011
42 n°20 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 77

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : alors comme ça tu veux faire ta teuf ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
PORTNAWAK les impôts que mon oncle doit au roi. CONTE Derrière les hautes montagnes de l'Ouest, dans une lointaine contrée, se trouve un fabuleux trésor gardé par une terrifiante créature sans nom. Mais on ne peut y aller que par la voie des airs. Pourrais-tu m'y emmener ? Je n'ai que de toutes petites ailes, même avec l'aide de dizaines d'autres de mes semblables, il est évident que nous ne pourrions pas te porter. Mais je connais des amis capable de t'aider. L'hirondelle partit dans les airs et revint peu de temps après, accompagnée de grands arbres qui volaient en faisant battre deux de leurs plus grandes branches. Myrtille monta sur l'un d'eux. Le garde hésita, inquiet et dubitatif, mais il avait reçu l'ordre de ne pas la lâcher quoi qu'il arrive. Il monta donc sur un autre arbre, et guidés par l'hirondelle, ils s'envolèrent en direction des montagnes de l'Ouest. Je ne savais pas que les arbres pouvaient voler, s'exclama Myrtille. Oh, nous avons appris en regardant les hirondelles. Ils passèrent les montagnes de l'Ouest, et aboutirent dans un pays assez étrange. Les moutons étaient verts, les pommes poussaient dans la terre, les pommes d'eau poussaient dans les airs, et les pommes de terre poussaient dans l'eau. Au loin, ils aperçurent un homme en haut d'un rocher. Il s'était affublé de grandes ailes faites de bouts de bois tordus et de tissus rapiécés. Il s'apprêtait à s'élancer, et retomba au sol avec un bruit fracassant. Myrtille eut un cri de stupeur, et demanda aux arbres de se rapprocher. "Mon pauvre ami, êtes-vous blessé ?, demanda Myrtille. Vous êtes fou de vouloir tenter une expérience aussi absurde ! Je savais bien que les hommes ne pouvaient pas voler." L'homme n'avait que quelques égratignures. Il se releva et regarda Myrtille. Ses habits était faits de guenilles, mais il avait le port d'un prince. Ses yeux bleus étaient de jade émaillé, son visage était fin, et tous les sourires de l'univers se retrouvaient dans son sourire. Il s'adressa à elle : Horloge ! J'herbalise votre absolu, mélodieuse charpente. Mais cela ne s'entrait pas rougeoyant. Les jours irisent tactiles. Voilà qui est singulier, se dit Myrtille. Nous n'avons pas la même langue. Je savais bien que les humains ne pouvaient pas se parler. Après quelques gestes et paroles hasardeuses, ils parvinrent à s'échanger leur prénom. L'homme s'appelait Mithril. Pour le reste, il fut impossible à Myrtille de découvrir ce qu'il faisait, ni pourquoi il cherchait à apprendre à voler. Soudain, l'hirondelle, qui était parti reconnaître les lieux, revint en pépiant à qui mieux mieux. Elle avait repéré un peu plus loin, dans une vallée, un monstre terrible. Son corps avait la forme d'un pieuvre géante, avec des tentacules qui se terminaient en d'horribles serpents venimeux. Sur son énorme tête se trouvaient des furoncles purulents de la taille d'un poing, d'où s'échappaient de grouillantes larves. Il gardait une sombre caverne, dans laquelle l'hirondelle avait cru voir briller de fabuleuses richesses. Mithril semblait connaître l'existence de ce monstre. Myrtille lui demanda s'il connaissait son point faible. Tout ce qu'il pu répondre fut : "Il ne déclare pas de cucurbitacées. Mais ce qu'il copeaute en clé, cela entre le foie.", ce faisant, il sortit une pièce d'or de sa poche et lui montra. "Ainsi, il aime l'or, se dit Myrtille. Nous allons donc lui en donner." Elle demanda aux arbres de rassembler le plus possible de leurs feuilles jaunes. Comme c'était l'automne, ils en avaient en abondance. Elle colla alors soigneusement les feuilles sur le rocher d'où avait voulu s'envoler Mithril. La voyant faire, ses - 64 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK compagnons lui prêtèrent main forte, y compris le garde, qui commençait à prendre goût à l'aspect aventureux de ce périple. Lorsque le rocher fut entièrement jaune, ils le firent rouler vers le repaire du monstre. Ils s'arrêtèrent en haut de la vallée. Le poulpe géant était bien là, aussi répugnant que l'hirondelle l'avait décrit. Il était en train d'écarteler une biche, lorsqu'il aperçut cet étrange groupe, transportant une énorme pépite d'or. Ce n'était pas la première fois que des humains apeurés venaient lui faire des offrandes. Cela lui plaisait beaucoup de voir à quel point ces ridicules êtres vivants pouvaient être terrorisés. Il poussa un hurlement guttural dans leur direction. Myrtille donna une dernière poussée au rocher, et celui-ci dévala la pente. Le monstre, totalement hypnotisé par la quantité d'or qui venait vers lui, s'imaginait déjà l'ajouter à son trésor adoré. Il ouvrit grand ses tentacules-serpents, le rocher s'enfonça dans son crâne mou, et son corps explosa en une horrible gerbe de viscères gluantes et d'asticots poisseux. Myrtille et ses compagnons entrèrent dans la caverne et découvrirent des richesses qui dépassaient l'entendement : des pierreries de l'eau la plus claire, des statuettes de métaux précieux finement ouvragées, des perles à la blancheur parfaite, des bijoux aux dorures délicates et des écus en nombre astronomique. Voyant ces merveilles, le garde s'adressa à Myrtille : Mademoiselle, vous voilà en possession d'une immense fortune. Avec votre permissions, je vais y prélever 50 écus, que je ramènerais au roi, afin de payer l'impôt. De sorte que vous n'aurez plus aucune obligation envers lui, et que vous serez totalement libre. Ce serait effectivement une sage décision, répondit Myrtille. Mais je ne souhaite pas faire cela. Cet impôt est une somme peu importante comparé à ce trésor mais le roi l'utilisera certainement à mauvais escient. Il ne fera qu'encore plus asservir ses pauvres sujets. Je ne veux pas participer à de si lamentables actions, de quelques façons que ce soit. Je vous comprends, Mademoiselle. Malheureusement, on m'a donnée des ordres. Je ne veux pas prendre le risque de perdre ma solde et mon gagne-pain. Vous appelez ça un gagne-pain ? Comme c'est amusant. Prenez donc une part de ce trésor et gardez là pour vous. Cela devrait résoudre ce petit problème. Myrtille se tourna ensuite vers Mithril "Et vous, cher ami au langage obscur, quelles richesses vous feraient le plus plaisir ? " Mithril lui fit un sourire. Il approcha ses mains et lui caressa doucement le nez. Il passa ses doigts dans ses cheveux, plongea dans ses yeux son regard bleu comme la magie pure. Il avança doucement son visage et l'embrassa tendrement. Ils n'avaient besoin de s'échanger aucun mot car l'amour est un langage universel. Myrtille décida d'abandonner définitivement son oncle et de rester vivre avec son aimé dans ce pays étrange mais si accueillant. Ils vécurent heureux jusqu'à la fin de leur jours. Réchèr CONTE - 65 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 2-342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 4-542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 6-742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 8-942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 10-1142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 12-1342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 14-1542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 16-1742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 18-1942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 20-2142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 22-2342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 24-2542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 26-2742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 28-2942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 30-3142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 32-3342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 34-3542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 36-3742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 38-3942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 40-4142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 42-4342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 44-4542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 46-4742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 48-4942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 50-5142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 52-5342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 54-5542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 56-5742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 58-5942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 60-6142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 62-6342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 64-6542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 66-6742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 68-6942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 70-7142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 72-7342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 74-7542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 76-7742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 77