42 n°20 déc 10/jan 2011
42 n°20 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 77

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : alors comme ça tu veux faire ta teuf ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
BD/COMICS DOSSIER DÉCOUVERTE femme dans la société) mais bon, après les années 80 arrivent les années 90, soit la période où on commence à foutre des nanas à poil partout pour vendre des yahourts, gel douche, multiprise (?). Teh Caution Saisk Jusqu'ici, faut avouer que les femmes étaient moyennement glamour. Entre le pot de fleur et la brutasse hypertrophiée, pas de quoi s'emballer outre mesure. Du coup, on va "accentuer" le côté "plastique de OMGWTF ELLE EST BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNE JE LUI DEFONCE SON ****", et pas qu'un peu. Outre le fait de dessiner des costumes où "y'en a plus dehors que dedans" (beaucoup de costumes relookés, comme les héroïnes, par exemple Meltdown, qui passe de garçon manqué à maxi bombasse), on va s'approcher des tailles des bonnets entrevues dans les productions japonaises (soit le 300 bonnet W), le tout avec des cambrures plus que douteuses (spéciale dédicace à Rob Liefeld). Mais c'est surtout dans l'attitude des personnages qu'il va y avoir un réel changement. Les femmes "osent", elles sont totalement débridées sur leur sexualité et n'hésitent pas à afficher un côté "croqueuse d'hommes" hyper féline qui leur était jusqu'ici inconnu. Positions suggestives, attitudes lascives, multiplication du "je me mordille les lèvres en décroisant mes jambes", "tiens je suis à poil sous la douche, on fait une belote ou bien ? " seront au programme. Dans cet exercice, Psylocke et Natasha Romanova (La Veuve Noire) mèneront bien entendu LA SÉPARATION Entre la Veuve Noire et Elektra, il a pas dû trop s'emmerder Dare Devil ! La séparation et surtout le divorce, ça a longtemps été taboo dans la société, et, ça s'est bien ressenti dans les comics. Très vite les couples formés le furent "pour la vie" (Peter et MJ, Red et Jane, Cyclope et Jean) parce qu'ils incarnaient un idéal. Toutefois, le temps aidant, ces couples, même les plus solides ont tous très sérieusement vacillés de l'aile. Ainsi, Cyclope et Jean se sont séparés (chose impensable !), Malicia et Gambit continuent leur "je t'aime moi non plus", Hawkeye et Mocking Bird ont divorcé et enfin, Red et Jane se sont même affrontés lors de Civil War ! Très clairement, les femmes ont pris leur destinée en main, finie cette époque de l'homme seul décideur du foyer. le bal. Cette dernière est une grosse ******* qui aime la **** dans son super *** et qui, je suis sur et certain, ****** et ***** dans le *** (désolé, des années de frustration vous savez...) va un peu devenir le sac à foutre des héros Marvel (comme Wolvie est LE queutard No 1) et nous offrira des scènes suggestives d'anthologie (mon slip s'en souvient encore -_-'). Reste que fondamentalement, les personnages féminins tapent fort, ont des (beaux et gros) nichons, mais sont plutôt lisses en terme de personnalité. Tadam, les années 2000 arrivent ! Et avec elles, une nouvelle facette de la femme se dessine : la "badasserie". En plus d'être bonnes et puissantes, les nanas deviennent badass ! Concrètement, des personnages comme la Veuve Noire ou Elektra ne seront plus de simples (ultra bonnes) armes à défourailler du ninja/méchant/superslip mais elles seront carrément violentes ! Les femmes cèdent à leurs pulsions, et ce, plus facilement que les hommes ! Elle tuent, se vengent, elles sont cruelles (alors que des mecs comme Cyclope, Red Richard ou Iron Man restent très "fleur bleue"), les femmes en ont rien à carrer, elles font morfler leurs adversaires, les tabassent comme des furies. En fait, on voit ressortir un côté très animal chez les héroïnes (proche d'un Wolverine en fait), et, loin de le refouler, elles en profitent et aiment ça ! C'est comme ça que des personnages comme Elektra deviennent chef du gang de ninjas le plus puissant du monde ou que Jane Richard "porte le slip" chez les Fantastic Four. On voit aussi l'émergence de nouveaux personnages comme Jessica Drew (qui est mariée avec luke Cage et qui lui en fait voir de toutes les couleurs) ou de X-23 - sorte de Wolverine version adolescente - qui est une putain d'impi- Badass v2.0 with boobs fap fap fap fap fap fap fap Là, c'est la version soft - 38 (42lemag.fr) -
BD/COMICS LES MÉCHANTS SONT-ILS DES EUNUQUES IMPUISSANTS À 0 LIBIDO ? Bon, je vais pas vous la faire, les personnages dans les comics sont tous gaulés comme des Dieux Grecs. Tablettes de chocolat et le fullapparat de la baraque pour Monsieur, cul d'anthologie et boobs de l'apocalypse pour Madame. Bah ouais, c'est con, mais faut vendre du rêve et un Cap bedonnant ou une Psylocke à cellulite, ça envoie moyennement du rêve. D'ailleurs Psylocke, moi j'ai souvent rêver de la capturer dans mon sous sol humide et de *hum hum* enfin vous voyez quoi, hein, mais si, faites pas genre... Et c'est ce qui m'a toujours fait trèèèèès drôle avec les super méchant : JAMAIS ça leur passe par l'esprit. Non, ils choppent la nana, l'attache et vont faire autre chose. Attends, moi, les bombasses là, attachées comme ça JE TE LEUR *********** le *** A GRANDS COUPS DE **** ET PUIS APRES JE à bah voilà, bravo, j'suis trempé maintenant... enfin bon. Ouais les méchants, 0 libido, impuissants ou eunuques, sinon je vois pas... toyable machine à tuer. On explore également la psychologie de la femme de façon plus détaillée (alors qu'avant, à part les histoires de nichons...) et on se rend compte que la femme peut ENFIN être sordide (alors qu'avant c'était forcément mimi tout plein !), bref, les femmes deviennent enfin "humaines", putain, on avait failli attendre ! font les leaders incontestés des attaques sur notre beau monde (Madame Hydra, la Comtesse Allegro, la Reine Skrull). En même temps, quoi de plus traître que le pioure iveule derrière un joli petit cul bombé bien tendu ? RIEN ! Conclusion : le revival du sextoy ? Comme vous l'avez vu, le rôle de la femme a énormément évolué au fil des ans. De faire-valoir, la femme est vite devenue "active" dans le déroulement des récits, au point de se mettre en avant, un peu comme pour rattraper le temps perdu. Puis, l'évolution sociale étant au "du cul partout", Marvel s'est, bien entendu, mis au diapason en nous offrant des costumes à faire pâlir de jalousie les clubs SM moscovites. Le plus intéressant est selon moi la dernière évolution en date puisqu'en plaçant délibérément la femme "en haut de la chaîne alimentaire", Marvel semble semble avoir un petit temps d'avance sur la société. Il est au final carrément agréable de constater que la femme s'érige enfin en tant qu'égal de l'homme chez Marvel puisque c'est grâce à ça que les récits ont pris une nouvelle dimension et ont permis une hausse significative de la qualité scénaristique. Ceci dit, je remarque depuis 2-3 ans que la part de "sexe ultra débridé" est en hausse exponentielle chez Marvel (une mode qui à l'air de venir de chez Vertigo, surtout via des séries comme The Boys) et j'ai peur que la femme soit réduite à l'état de "sextoy humain", ce qui lui ferait faire un bon en arrière plus que conséquent. "Hein ? Quoi ? Ah bon, c'est comme ça dans les films, les magazines et la pub ? Bon, bah..." Polo DOSSIER DÉCOUVERTE Ce qui est également intéressant, c'est que les gros méchants commencent aussi à se féminiser. Avant, le méchant était forcément un homme (humain ou alien) mais rarement une femme. Il est toujours assez confusant de voir une bombasse dire/faire des choses atroces pour le lecteur, alors qu'un gros sac balafré, tout de suite ça passe mieux ! Les femmes se découvrent également un certain talent pour la manipulation (ouais, comme en vrai aïe patapé) qui en - 39 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 2-342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 4-542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 6-742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 8-942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 10-1142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 12-1342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 14-1542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 16-1742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 18-1942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 20-2142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 22-2342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 24-2542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 26-2742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 28-2942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 30-3142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 32-3342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 34-3542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 36-3742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 38-3942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 40-4142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 42-4342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 44-4542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 46-4742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 48-4942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 50-5142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 52-5342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 54-5542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 56-5742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 58-5942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 60-6142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 62-6342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 64-6542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 66-6742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 68-6942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 70-7142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 72-7342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 74-7542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 76-7742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 77