42 n°20 déc 10/jan 2011
42 n°20 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 77

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : alors comme ça tu veux faire ta teuf ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
BD/COMICS DOSSIER DÉCOUVERTE Les femmes et Marvel Du Juste Prix au bourre-pif, mais avec des nichons. Ce mois-ci les enfants, on va parler des petits trucs (des fois) mimis qui font pleins de bruits pour pas grand chose, et surtout, qui la ramènent non stop pour rien dire, qui saoulent pour un oui ou pour non ("et tu me trouve comment ? " "ça va je fais pas grosse dans cette robe ? ") : les femmes. Et je vais même vous parler de comment la femme a évolué dans l'univers Marvel au fil des décennies, ce qui franchement m'a pris un sac de temps. Parce que bon, le monde des super-héros était un monde ultra "phallique", les héros étaient pour la plupart des hommes sauvant des femmes au foyer incapables de se défendre (et ils sauvaient aussi le monde, faut pas déconner non plus). Ça, c'était avant, (la bonne époque diraient les Intransigeants), sauf qu'on est en 2010 et que tout a changé, les distributeurs de mandales ont maintenant des boobs, des costumes aguicheurs, des tailles de bonnet from outer space et en plus, sont super badass ! En route Simone ! www.tapisserie.com Au début, la femme dans les comics était considérée comme "une entrave". Elle servait à pas grand chose à part faire la moue et se faire kidnapper par les vilains pabô. Parce que oui, au milieu du siècle dernier, les méchants avaient que 2 alternatives : vouloir dominer le monde et/ou tuer la chérie du gentil. C'est donc dans cette période absolument fascinante des comics que la femme était en fait juste une tapisserie. On la claquait là pour faire beau et donner une caution scénaristique au bousin. Par exemple, Spider Man passait 3/4 de ses épisodes à se dire "oulala je dois faire attention à Emma Frost, erm, touss touss Tante May, elle est si fragile et gna gna gna" ou alors "mon Dieu je doit sauver Gwen !!! " (plus tard ça a été "Oh mon Dieu elle est morte par ma faute bouhouhouhou"), fascinant, je vous l'avais dit ! Mais il existait aussi des super-héroïnes (avec des ovaires donc) comme Jane Richards (la Femme Invisible des Fantastic Four), qui, euh... servait à rien avec son brushing horrible à part se rendre invisible pour pas se faire démolir et aller - 36 (42lemag.fr) -
BD/COMICS chercher des trucs dans le dos du méchant (UN TRUC DE MALADE JE VOUS L4AVAIS DIS §§§). Souvent d'ailleurs, ce genre de personnage était infantilisé à son maximum, Red prenait un malin plaisir à faire comprendre à sa femme qu'elle servait à pas grand chose mais qu'il l'aimait quand même. Fun fact d'ailleurs, on voit très souvent Jane cuisiner dans les débuts et fins d'épisodes. ("j'avais dis saignante ma côte de bœuf connasse !!! "). Mais Jane n'était pas le seul personnage féminin à servir à rien, en vrac, on avait donc Gwen Stacy (la chérie de Spidey avant Mary Jane), Jubilee (une ado useless des X-Men), Mariko (la femme de Wolvie qui exista juste pour mourir et faire de Wolvie un One Man Army) ou encore Jean Grey qui avait pour seul intérêt de savoir "quand Cyclope allait lui défoncer le boule". Bref, même Alexandra du Juste Prix était plus utile, bel effort. LES FEMMES PRÉFÈRENT LES SALAUDS DOSSIER DÉCOUVERTE Comme dirait Lafesse, "ça peut plus durer"... U GO GIRL §§§§ Hop comme ça, taktak, Marvel va passer d'un extrême à l'autre vers la fin des années 70. Premier fait notable, l'apparition en masse de super-héroïnes, d'ailleurs souvent dérivées de leur homologue masculin (Spider Woman, Miss Marvel, Miss Hulk). Ces héroïnes vont servir de sparring partner à de nombreux héros (dont des team-up avec leur Y'a pas de raisons pour que dans les comics ce soit différent de la réalité après tout ! Chez Marvel, comme dans le reste des comics, si t'es gentil, tout mimi, propre sur toi etc, tu sers pas grand chose. Par contre, si t'es un bon gros connard, que tu traites à mort et que tu t'arraches le matin en catimini, alors là, tu vas te servir à outrance de démonte pneus. Le pire dans tout ça, c'est qu'elles y reviennent les connes ! Du coup, Wolverine est LE queutard ultime. Il a dézingué un sacré paquet de nana (évidemment, les mieux, tant qu'à faire...) et son "tableau de chasse" est des plus conséquents. Pourtant de base, un nain griffu canadien qui pue la mort, ça fait pas rêver... Comme quoi, comics ou réalité, les femmes, c'est quand même du bon gros nawak ! homologue à couilles) mais surtout, elles auront un véritable impact dans l'histoire et des fois, elles sauveront les miches du "sexe fort", ce qui est une première. C'est d'ailleurs dans cette optique que les personnages féminins deviendront dans cette période les "poids lourds" des équipes de superhéros. Malicia puis Jean Grey (via le Phénix) (je m'attarde pas sur Miss Hulk, je pense que c'est assez clair comme ça) deviendront des fracking armes de destruction massive et, quand le méchant est vraiment très très balèze, on ne dit plus "Go Wolverine" mais "Go Jean/Malicia", ouais, ça change hein ? Jean et Malicia ne seront pas les seules à faire office de force brute dans une équipe, en vrac, Jane Richards commence à comprendre l'étendu de son pouvoir (qui est vraiment énorme) et devient LA force de frappe des Fantastic Four, tout comme Miss Marvel devient la puissance numéro 1 des Vengeurs (avec Thor). Les femmes prendront également le leadership ! Stormchef des X-Men, Jane des Fantastic Four etc. Dans les années 70-80, le "destin" de la femme est donc totalement bouleversé (ce qui est lié à la progressive émancipation de la Notez l'implication et le côté glamour de Jean Grey ! Le Phénix Noir, entité la plus puissante de l'univers Marvel après Eternité - 37 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 2-342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 4-542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 6-742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 8-942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 10-1142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 12-1342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 14-1542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 16-1742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 18-1942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 20-2142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 22-2342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 24-2542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 26-2742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 28-2942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 30-3142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 32-3342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 34-3542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 36-3742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 38-3942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 40-4142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 42-4342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 44-4542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 46-4742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 48-4942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 50-5142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 52-5342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 54-5542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 56-5742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 58-5942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 60-6142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 62-6342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 64-6542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 66-6742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 68-6942 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 70-7142 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 72-7342 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 74-7542 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 76-7742 numéro 20 déc 10/jan 2011 Page 77