42 n°2 mars 2009
42 n°2 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 73

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Japon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PORTNAWAK Le Triangle des Bermudes La vérité est tailleur Salut les gens, et ceux qui s’appellent pas Jean aussi. Pendant que la plupart des gens « travaillant » (ouais entre guillemets, parce qu’au secours la bande de branleurs) essayent de broder des sujets relatifs à Godzilla, le ciné japonais ou je ne sais quelle ânerie visant à pouvoir brailler « Japan superior » à tout bout de champs (heureusement qu’on bosse pas tous au même endroit, ce serait totalement contre productif), moi je vais vous proposer un dossier, un vrai, avec des témoignages, des études, des explications, de la science, du saikse (ou pas), et du mystère étrange. Car oui, de tout temps, l’Homme s’est abreuvé de mythes, de légendes, de croyances et de pas mal de pinard. Et étant donné qu’on est aussi là pour s’instruire, l’air de rien, je vais donc vous causer d’un lieu qui a passionné (et passionne encore) les foules pendant des décennies, le Triangle des Bermudes. (bouuuhhhouuu fear). Là les plus avertis (ou attentifs) sont déjà débout sur leur rebord de fenêtre du 8ème étage sans ascenseur à brailler : « rhaaaa et le Japon dans tout çaaaa !!! ! ! Vil gredin, tu n’entres pas dans la ligne éditoriale du ouaibzine, c’est interdit !!! ! » Rassurez vous, vous pouvez revenir sur la terre ferme (par le côté où vous êtes montés si possible), car je vais parler du Japon quand même, tout simplement en précisant que les Bermudes, c’est carrément à l’opposé du Japon sur le globe (mais tout le monde s’en fout.) Japon : Check Intro en mousse : Check Article : Pas Check Bon, donc le Triangle des Bermudes, c’est situé dans le coin Floridien des Zitazunis, la zone serait délimitée par Miami, Porto Rico et les îles des Bermudes. (Et oui, 3 points, 3 droites, un triangle, c’est formidable). Histoire de rentrer au plus vite dans le vif du sujet (comme se plaisait à le dire HannibalL. avant de se mettre à table), je vais présenter ce dossier of ze ultimate vérité d’une manière complètement pas innovante puisque ce sera une liste\o/- Ouane, l’origine du début du commencement : La relativité restreinte d’Einstein causant des voyages dans le temps va nous permettre de nous projeter le 5 Décembre 1945, à Fort Lauderdale en Floride. Imaginons…[Mode Jacques Pradel On] Il est 14h10 (Soit 14+10=24, 24x2=48, 48- 6=42, si ça c’est pas une étrange coïncidence) et un escadron de 5 chasseurs bombardiers décollent de Fort Lauderdale pour une mission d’entraînement de 2h sous les ordres du lieutenant instructeur CharlesC. Taylor. Le but est simple, suivre un plan de vol, balancer quelques bombes pour se défouler, et retour au bercail pour aller boire une bière et raconter des blagues de cul, un peu comme l’équipe rédactrice de 42, mais sans les avions, et sans l’entraînement. Le vol 19 suit donc les directives de la mission, mais après le largage des bombes, des communications entre les membres des équipages laissent penser qu’il y a une gonade dans la soupe, et que les pilotes sont en difficulté. Extrait : « Taylor (l’instructeur) à Kevin : ton compas indique quoi ? - Que ça sert à tracer des cercles, et qu’il ne faut pas le laisser à des enfants de moins de 3 ans. - C’est bien c’qui m’semblait, on est paumé. Palsambleu ! » Tout confusionné (c’est du vieux français de 1945), Taylor essaya de reconnaître la topographie des lieux pour se repérer et guider au mieux ses élèves. Extrait : « - Bon les glandus, si y en a un qui a son ifeaune sur lui, ce serait pas mal qu’il consulte myppa histoire qu’on soit rentré pour la redif du spectacle de Garcimore. Pour le moment, on est au dessus des Keys on dirait (Floride), donc on file plein nord et on tombera bien sur Lauderdale. » Bien mal leur en a pris, puisqu’au lieu SCIENCUM NAZUS - 62 -
PORTNAWAK SCIENCUM NAZUS d’être au dessus des Keys, ils étaient au dessus des îles Bahamas, les noobs. Du coup, au lieu d’aller vers Lauderdale, le vol 19 prit la direction de la pleine mer, qui est bien connue pour le nombre restreint de ses pistes d’atterrissages. Vers 18h20, Taylor est entendu une dernière fois sur les ondes. Extrait : « Bon… dès qu’un avion a moins de 40l de carburant, on se pose à l’arrache sur l’eau hein, alors sortez les bouées canard et priez que l’appendice nouillesque soit dans les parages. » C’est vraisemblablement vers 20h00 que les avions ont amerris quelque part à l’est de la Floride. Aucune épave, aucun corps ne sera retrouvé malgré les recherches qui prirent fin le 10 Décembre 1945. D’ailleurs, le même 5 Décembre 1945, un des 2 hydravions envoyés au secours du vol 19 ne rentrera pas non plus, victime d’une explosion en vol… comme par hasard !!! [mode Jacques Pradel off] C’est à partir de là que les recueils de témoignage commencent à affluer, même certains antérieurs à cette date, concernant des disparitions, des apparitions, des phénomènes paranormaux etc etc… donnant lieu à la légende du Triangle des Bermudes. [musique kifépeur] - Tooouuu, des trucs pas très normaux quand même : La plupart de ces disparitions ont des points communs, tendant à coller un bon coup de flippettes aux gens à qui ça arrive dans la zone, même s’ils ne disparaissent pas au final (ce qui arrange Jacques Pradel finalement, ça permet de faire des appels à témoin). Parmi les phénomènes notables, on trouve le brouillard maléfique, qui surgit tel l’affreux tentacule dans les hentaïs tordus. Genre le temps est beau, les mouettes chantent, les poissons font bronzettes, et soudain PAF !!! Evil Fog of War !!! La plupart du temps le brouillard survient seul, mais pour ceux qui n’ont pas de pot, il existe la variante avec plein de grosses vagues. Et finalement, tout redevient calme comme si de rien n’était, et soit les bateaux, avions, locomotives, bols de guacamole s’en sortent, soit ils disparaissent sans laisser de traces. L’autre phénomène habituel du TdB (pour Triangle des Bermudes hein, pas pour Tas de Boue ou je sais pas quoi), c’est la mise en panne des appareils de guidage dans leur quasi-totalité, voir des moteurs dans les cas les plus hardcore. Jamais la radio par contre, c’est mieux, ça permet de faire véridique. On note aussi quelques cas de voyages dans le temps, avec des apparitions fantomatiques, comme par exemple un bateau à voiles carrées apparu sur le cliché d’un météorologue qui prenait des photos d’éclairs, ou bien l’histoire d’Helen (seule sur le sable, les yeux dans l’eau, tout ça), qui survola Turk Island en quête de l’aérodrome, et ne vit rien et n’entendit rien à la radio malgré ses appels et les réponses dans le vide de la LA VÉRITÉ SUR LE VOL 19 Bon de manière plus cartésienne, faut arrêter de rêver, le Triangle des Bermudes n’a jamais eu plus de pertes de navires ou d’avions que n’importe quel point du globe. C’est juste que les gens aiment à croire aux mythes et légendes. Le fameux vol 19 s’est tout simplement paumé parce que déporté par le vent, et que ce noobistanais de Taylor avait oublié sa montre (indispensable pour la navigation en mer). Donc à force, panne d’essence, il leur a fallu se poser en pleine mer, et les avions de l’époque avaient la même compétence de flottaison qu’une enclume. Donc forcément ils ont coulé, et vu que dans cette partie de l’Atlantique circule le Gulf Stream, les avions et les corps ont pu dériver sur un bon paquet de kilomètres avant de toucher le fond, donc forcément, en cherchant au mauvais endroit, on risque pas de trouver. L’armée a préféré jouer la carte du mystère plutôt que d’avouer que son instructeur était une quiche. tour de contrôle. Extrait : « Helen à tour de contrôle : Vous me recevez ? Allo ? - Ici la tour de contrôle, on vous a en visuel, à vous. - Allo ? ‘tain mais il est où c’t’aéroport ? Et ces nouilles là ils peuvent pas répondre ? - Euh… ici la tour de contrôle, on est juste en dessous de vous hein. - Mais punaise, y a rien sur cette île ? C’est tout désert… - Eh les gars, on a Gilbert Montagné qui nous survole. Lol quoi. » La théorie veut qu’elle ait survolé la zone dans un autre espace temps, tout en restant visible au temps présent. Et en parlant thé au riz, attention, à partir de là, y a des enchevêtrements dans tous les sens, et les mémoires de poisson rouge vont vite décrocher. - Sriiiii, l’Atlantide : Platon, longtemps avant celui qui a fini cloué, avait décrit dans un best seller nommé « le Critias », un continent abritant une civilisation über évoluée, qui - 63 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :