42 n°2 mars 2009
42 n°2 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 73

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Japon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
PORTNAWAK peux tazer les gens dans les yeux sans être saqué, trop fort". Si vous vous sentez obligé de justifier un tel choix n'hésitez pas à invoquer le terrorisme, ça marche toujours et vu que les gens sont habitués à ce que cela donne tous les droits ils ne devraient pas trop vous saouler. Maintenant que les médias cachent vos actions et que la police vous aime, la dernière étape va être de vous débarrasser de vos opposants politiques et des intellectuels qui font chier à trop réfléchir et à la ramener "c'est pas vrai, ils ont un BEP spécialité j'me la pète avec des mots compliqués ou quoi ? ? ! ! ". Vous pouvez dans un premier temps attaquer en diffamation toute personne qui affiche du mécontentement, qui la ramène un peu trop ou qui a osé vous filer un croissant au beurre alors que vous aviez clairement spécifié que vous vouliez un pain au chocolat, bordel c'est pourtant simple ? 15 000 procès et 30 000 procédures administratives devraient en calmer plus d'un et envoyer un message aux autres. Pour les plus récalcitrants, vous pouvez réutiliser le coup du scandale utilisé pendant votre campagne et laisser la vindicte populaire se charger de votre sale boulot, cela sera d'autant plus facile que désormais tout le monde lit un seul journal : celui écrit par vos larbins. S'il y en a encore qui insistent vous pouvez également mettre votre campagne axée sur la sécurité et le "foutage d'étrangers dehors" à profit en recherchant les nationalités des ancêtres de vos opposants, vous finirez toujours par trouver un vieil oncle venu d'étrangie qui justifiera l'affretement d'un charter "Hum, je vois que votre arrière arrière arrière arrière (x17) grand père était un Gaulois ! Gaulois c'est bien une nationalité d'étranger ça non ? ? Allez, je te foutrais tout ça dehors enfoiray ! ". Et enfin, pour vos pires opposants, ceux qui sont plus collants que les bisous de tante Gertrude, il reste toujours la solution ultime : les assassiner et maquiller votre crime "il s'est décapité avant de se jeter dans le canal en ayant pris soin de se couler les pieds dans du béton, c'est assurément un suicide". Et voila, une fois votre peuple totalement aveugle, apeuré et sans récalcitrants, il ne vous reste plus qu'à prendre les plein pouvoirs officiellement en vous déclarant "empereur adoré du peuple pour l'éternité". Ça y est, vous êtes un tyran ! Ah j'oubliais, pour que votre tyrannie reste "furtive" au yeux du reste du monde pensez à changer le nom de votre pays en un état appelé "La république démocratique du partage et du libre arbitre ainsi que du respect total et sans limites de la liberté d'expression" personne ne se doutera de rien ! Développement durable de tyrannie Établir un tyrannie n'est pas la mission la plus compliquée de votre carrière de despote : maintenant il faut la faire durer, histoire que vos mioches puissent eux aussi en profiter. Pour cela je vous propose de déployer les astuces de bataw'suivantes : - Vous isoler de l'extérieur : Une tyrannie sans peuple à martyriser c'est comme un film porno avec des actrices toutes habillées : ça sert à rien, alors pour éviter que vos sujets ne disparaissent dans la nature à la moindre menace de torture ou que de vils espions viennent gangrener leurs esprits, il va falloir méchamment vous barricader ! Commencez par couper le téléphone portable et l'intraweb, ensuite, tout dépend de votre style, certains aiment ériger des murs, d'autres choisissent de miner leurs frontières voire d'installer des miradors tous les 20m. Personnellement je serais plutôt adepte des fosses remplies d'acide voire des tranchés bardées de pieux mais c'est vous qui choisissez, l'important c'est surtout d'être créatif ! - Culte de la personnalité : Qui oserait contredire un dieu à part kratos, thorgal et les athées ? Personne ! Alors, si vous ne voulez pas être embêté par les plaintes ridicules et totalement injustifiés que votre peuple ne manquera pas de faire "Gna gna gna vous avez torturé mes enfants", "Gni gni gni vous avez fait violer mon hamster avant de jeter mon chiot sous un bus", faites péter le marketing, la propagande et le bourrage de mou (comment ça les trois c'est la même chose ?) pour créer de toutes pièces un culte à votre gloire. Pour le réussir n'hésitez surtout pas à en rajouter des caisses à commencer par votre titre qui devra être aussi hypocrite que possible du style "L'empereur éternel à la bonté infinie qui n'a pas de fin et qui donc ne finit jamais", "L'archimage de l'espace adoré du peuple pour sa bonté et sa tolérance", voire, mais là il faut être cruel, "Dirigeant d'un peuple fan de tektonik et de coupe mulet". Pour alimenter votre légende n'hésitez pas non plus à inventer des mensonges aussi gros que possible (ce sont ceux qui marchent le mieux) à propos de tout et de n'importe quoi. Imaginons par exemple qu'une de vos centrales de production de TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR... - 58 -
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR... produits chimiques ultra dangereux se déverse malencontreusement dans une rivière la rendant toute rouge, vous n'aurez alors qu'à prétendre, pour vous la péter, "Je viens juste de saigner du nez, lolz ! ! ". Simple, efficace et très facile avec l'habitude. Pour parachever votre culte il ne reste ensuite qu'à saupoudrer tout ça d'une revisite complète de votre enfance et de faire construire des milliers de statues à votre effigie dans (et sur, n'hésitez pas à raser) toutes les villes de votre fief. En peu de temps vous deviendrez un admirable surhomme contre lequel il ne vaut mieux pas se frotter. - Commencez jeune : Pour que votre culte et votre règne fonctionnent sur le long terme il est conseillé de mettre le paquet niveau propagande sur les enfants. Tout doit y passer : les cours à l'école, les dessins animés à votre gloire, des sucettes à votre effigie, tout, parce que si un enfant grandit en n'ayant connu que votre tyrannie comment pourra-t-il soupçonner l'existence de la démocratie ? Ce qu'on n'a jamais connu ne peut pas nous manquer (cette expression ne fonctionne pas pour le sayxe). Attention cependant, il y a un risque : si vous vous faites aimer des gosses ils pourraient vouloir vous envoyer des dessins merdiques qui font saigner les yeux ! Si jamais cela devait arriver il faut réagir très vite en en faisant fusiller une centaine pour l'exemple ! - Induire la peur et la paranoia : Les adultes étant légèrement moins influençables que les enfants, pour les maintenir au calme il va vous falloir les entourer d'un climat de peur et de paranoïa permanente. Mais comment faire ? Simple, il y a plein de techniques que vous pouvez utiliser en plus du quota d'un policier par habitant (minimum) que vous avez déjà du instaurer. Commencez, par exemple, par favoriser la délation en récompensant toute personne qui dénonce son voisin pour "comportement antipatriotique", histoire de créer une bonne ambiance de suspicion dans les chaumières. Si cela ne suffit pas, demandez à votre police/milice (que vous aurez renommée pour l'occasion "la brigade de la liberté" voire "les soldats de la paix et de la confiance") de ponctuellement kidnapper et faire disparaitre une personne choisie au hasard au milieu d'une foule. En faisant cela sans donner aucune explication ni raison valable vous renforcerez énormément le sentiment d'impuissance et d'individualisme de votre peuple qui aura toujours à l'esprit "ça pourrait m'arriver à moi aussi, sans raison et personne ne bougera pour venir m'aider ! Je ne dois surtout pas faire de vagues surtout que je sais même pas nager". Histoire de parachever cette belle atmosphère de peur, instaurez de très fréquents défilés militaires. En plus d'être très amusants ces évènements permettent d'afficher votre suprématie à votre peuple, invité cordialement pour l'occasion un flingue sur la tête. Face à votre gigantesque armée le péon moyen pigera vite que sa vieille fourche pourrie ne lui servira à rien s'il tente de se révolter. - Sachez vous entourer : Tyran est un métier à risque, il est donc primordial de vous entourer, non pas de personnes de confiance (ça n'existe pas), mais de personnes zélés. Pour dénicher ces perles rares rien de plus facile, vous n'avez qu'à piocher parmi les jeunes que vous avez suffisamment lobotomisés, les délateurs les plus "motivés", vos miliciens qui ont la main la plus lourde ou, d'une manière plus générale, toute personne qui depuis votre accession au "trône" a acquis un peu d'importance et est bien décidée à la garder (c'est fou ce qu'un homme peut accomplir pour un bribe de pouvoir). Pour que votre entourage reste toujours très motivé et ne se sente pas pousser des envies de traitrise, il faut le manipuler adroitement. Vous pouvez ainsi vous amuser à souffler le chaud et le froid en les traitant en héros un jour et en sous merde le lendemain pour qu'ils restent constamment sur la brèche. Si vos collaborateurs prennent conscience qu'ils peuvent tout perdre du jour au lendemain ils seront d'autant plus zélés et moins prompts à la rébellion. Une autre astuce qui a fait ses preuves est d'entretenir la zizanie au sein de votre staff parce que se taper dessus ça laisse quand même moins de temps pour s'associer et tenter une trahison. It's the end of the world N'hésitez pas à vous faire la main sur vos amis/famille car rien ne vaut la pratique avant le grand plongeon mais normalement si vous suivez correctement ces conseils votre tyrannie est à portée de main. D'ailleurs une fois au pouvoir pensez à moi en m'offrant un job, vous ne le regretterez pas je sais me montrer extremement motivé quand il s'agit d'être fourbe et je ne mord presque jamais la main qui me nourrie ! CerberusXt - 59 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :