42 n°2 mars 2009
42 n°2 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 73

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Japon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
JEUX VIDEO bliant pas de se chambrer lamentablement à la fin des combats. On pouvait aussi renverser la situation par un coup de coude bien senti, un débranchage de pad "accidentel" et plein de fourberies aussi nazes qu'énervantes. (Mention spéciale à "j'éteins la console puisque je perds".) Les tournois de Fifa (le 1er de 1994 hein) prenaient des dimensions galactiques quand on se retrouvait à 6 ou plus. Et là aussi, chambrages et mauvaise foi étaient légion. L'arrivée des consoles à cd a permis de continuer toutes ces fourberies, que ce soit à Tekken (ou comment faire un combo sans regarder l'écran, et en piochant dans les chips à la fin du round), encore Fifa, et quelques productions simples mais efficaces, même si de temps en temps, un petit tour de Mario Kart ou même une session de GoldenEye ne faisaient pas de mal (haaa les FPS en écran splité, c'te classe). Puis est apparue la phase payçay, avec au début une certaine confidentialité, et les jeux dans les cybercafés, ce qui permettait encore un peu de contact et de foutage de gueule spontané. L'arrivée des connexions rapides a tué toute la magie des multijoueurs, aujourd'hui, je ne trouve plus aucun intérêt à jouer sur mon payçay. Les FPS... ouais, bah non, si c'est pour avoir des abréviations à l'écran ou entendre brailler dans une langue inconnue, ça me gave. Les MMORPG... non plus, finalement trop impersonnels pour moi (et en plus faut payer, mais lol quoi). Les RTS... pour faire une partie de 5 minutes à base de rush sans aucun intérêt, non merci... Du coup je joue comme un crevard dans mon coin, sur console et basta. C'était mieux aaaaavant. (Et plus ça avait un côté social) Bebealien Les jeux vidéo, je suis tombé dedans quand j'avais six ans, ce qui fait quand même un sacré paquet de temps. Et mes premiers émois en multijoueur, c'est tout simplement Doom premier du nom. Avec deux bécanes et beaucoup de patience, on avait testé en LAN et il faut dire qu'à l'époque c'était le top moumoute de la révolution. Ensuite, parcours classique Quake/Half Life et les tout débuts de Counterstike. J'ai lâché l'affaire quand c'est devenu grand public et que j'ai vu des marées de boulets ne connaissant rien aux jeux vidéo venir me donner des NOS CAPTEURS ONT DETECTES DES ÜBER NOOBS leçons. Et je me suis concentré sur Total Annihilation, l'ancêtre de Supreme Commander, qui était et reste encore le jeu le plus profond et le plus subtil que j'aie jamais connu (même SupCom c'est du caca en comparaison). Aujourd'hui, je joue à Dota, Wow, TF2, Left for Dead et Mon Petit Poney Online. Polo Les JV et moi c'est une grande histoire d'amour qui n'a jamais connu de bas. J'ai commencé avec un TO8 (à mon avis vous êtes peu à connaître ça) et autres bizarreries comme les Amstard. Ensuite, Nintendo, What Else ? NES, SNES avec Secret of Mana, SF2, Contra, Mario Kart et, évidemment, Bomberman. J'ai par ailleurs eu le privilège d'avoir une NeoGeo avec les exceptionnels King Of Fighters et autres Art of Fighthing. Puis, mon amour s'est tourné vers Tekken avec lequel j'ai violé un sacré paquet de joueurs à travers la France. Tekken 3 allait marquer pour moi la fin des années consoles pour me tourner vers le paycay. CS, comme la plupart des joueurs, mais surtout, le Grandiose, le Magnifique, l'Ultime Natural Selection grâce auquel j'ai connu de gens formidables que je côtoie depuis de nombreuses années maintenant. Natural Selection m'a permis de connaître "la vie en clan" et le haut niveau dans un JV, car, en effet, le modeste clan que j'avais rejoint finira par défoncer tout le monde (enfin ceux qui restaient car NS était sur le déclin). A présent, je m'abrutis sur l'excellent modde Warcraft 3 nommé DotA tout en prenant le temps de défourailler quelques zombies via L4D et balancer quelques roquettes crit'dans TF2. Lyrya Le multi, ça remonte à loin pour moi... *souvenirs souvenirs* J'habitais encore dans ma téci du 5-9 OUECH GROSSE BIEN OU BIEN ? Hum pardon, des fois, j'ai des relents. Bref, j'étais jeune, pure et innocente, j'avais des tas d'amis super sympas. Un jour ils ont eu la formidable idée de me faire découvrir les joies de la cave magique et quelle surprise ! Le sexe avec partenaires multiples fut ma première expérience sessouelle et depuis je vis dans le bonheur perpétuel, les orgasmes multiples, les gang bang, les animaux, qui aurait cru que la sexualité était aussi riche dans sa diversité ? Depuis j'ai fait du chemin et je continue de me renseigner sur les nouveautés qui sortent sur le marché (GHB, LSD, alcools...), je n'ai jamais raccroché le string et je prends plaisir à faire des parties avec mes bons vieux potes de la téci des Edredons OUAIS OUAIS RIPRIZENT ! (aaah faut que je parle à mon médecin de ces relents...) AIGRI GAMER - 20 -
JEUX VIDEO New York Delta Le jeu ultime ? CES JEUX INJUSTEMENT MECONNUS Vous avez certainement déjà entendu parler du nouveau jeu plébiscité par presque tous les gamerzZ du net 2.0 : New York Delta. Ce nouveau jeu, aussi foufou que trop bien, nous a été confié en avant-première par Ubisoft du fait de notre notoriété nouvelle (eh ouais, c’est la classe. Nan, nan arrêtez de me jeter des roses, les épines, ça pique.) ! ! Personne ne s’en est encore remis chez 42, on se balade encore dans la rue en croyant que tout le monde nous regarde, on signe des autographes à tous ceux qui nous adressent la parole… Enfin bon. C’est moi qui ai été choisi pour vous présenter ce jeu et, une fois n’est pas coutume, quelque chose de positif va être dit dans 42 (ouais ! moi non plus j’y crois pas !) car ce jeu est tout simplement ÉNORME ! Ce MMORPG (à croire que c’est ma spécialité) réunit à peu près tout ce que j’attends d’un bon MMORPG. Dans ce dossier, je m’en vais vous présenter ce jeu au potentiel de roxxitude de, pfiouu, au moins 100 ! (+5 grâce à son aura de roxxitude), à la liberté infinie et aux concepts vraiment innovants ! De plus, le peu d'images officielles dispos sur leur site officiel ne fait qu'attiser les envies de joueurs. Nous sommes dans New York (nan, sérieux ?) (euh, qui raconte, là ? C’est moi, alors laisse faire les rédacteurs) (bon d’accord, je me tais.) (excuse-toi) (excuse-moi), en 2050. La ville porte encore les cicatrices de l’explosion nucléaire survenue il y a dix ans, dans une ville au nord, les radiations ont transformé la faune locale, le courant n’est toujours pas rétabli, la ville a dû s’adapter. La grande majorité de la population a fui mais les moins chanceux ont été obligés de rester. Depuis, la ville est partagée en trois factions : les Alpharappeurs, les Betarockeurs et Gammaïa. La ville privée de son courant est maintenant tenue en vie grâce à la vapeur, revenue au goût du jour à cause de la pénurie d’électricité. Voilà le background, ça envoie du lourd quand même, non ? Surtout que le reste a vraiment de quoi maintenir le niveau : graphismes optimisés grâce à la technologie Millenium développée par Ubisoft, features toutes aussi fofolles les unes que les autres, scénario écrit jour par jour… ! (Oui, vous avez bien entendu, enfin lu, enfin j’y reviens bientôt.) Sans plus attendre, je vous présente tout ça : Une technologie qui en jette. Avec sa technologie Millenium, comme je vous en parlais plus haut, Ubisoft a véritablement signé la fin des polygones. Finies les arrêtes disgracieuses, finis les persos avec un balai dans le fondement. Millenium permet la gestion des courbes et cela avec une compatibilité presque totale avec tous les matériels existants aujourd’hui. Un 95 en 56k serait capable de faire tourner le jeu sans problème ! (Et j’exagère à peine !) Le développement de ce nouveau moteur graphique ne consommant presque aucune mémoire vive a permis l’ajout de features assez impressionnantes, voyez plutôt. Ce qu’on ne peut pas faire dans New York Delta ? Euh… NYD signe la fin de l’ère actuelle des jeux vidéos. Bon, après cette phrase digne de Julien Tellouck, je vais vous faire une liste de toutes les fonctionnalités de ce jeu, et il y en a vraiment un nombre impressionnant. C’est bien simple, vous pouvez tout faire : vous voulez désosser une vieille carcasse de voiture pour vous en faire un flingue delamorkitu ? Faites. Vous voulez investir un immeuble et le déclarer vôtre ? Pas de problème. Vous voulez apprivoiser un rat mutant géant pour le monter ? C’est possible. Bref, vous l’aurez compris, tout est possible, le tout dans un New York entièrement numérisé ! C’est dire l’ampleur de l’univers à parcourir. Pour renforcer cette impression de liberté totale dans un univers immense, Ubisoft a tout simplement - 21 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :