42 n°2 mars 2009
42 n°2 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 73

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Japon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
JEUX VIDEO censuré par Familles de Frances avec du sable à la place du sang… de qui on se foutait franchement ? (ouais, bah ouais, de nous…) C’était quand même la bonne époque, pas cette époque d’assistés (voir article dans 42 No 1 : Pauvre Gameplay), tout se faisait « à la force du poignet » *erm, touss touss* « LOL C TRO B1 » : A new challenger appears Le multijoueur allait connaître une (autre) révolution sur la période 1996- 2000 : Quake, Half Life/Counter Strike et surtout, Internet. L’affaire est entendue, pour jouer à plusieurs, exit les consoles, place aux ordinateurs. Nous entrions dans une nouvelle galaxie, celle de l’anonymat des joueurs (et des noms débiles aussi…). On pouvait jouer contre des joueurs d’autres pays avec une facilité déconcertante, être plus de 20 joueurs à se tirer la bourre, hurler « OMG WTF HAX ! » et réveiller ses voisins avec le légendaire « BOOM HEAD- SHOT ». Avec ce nouveau type de multijoueur, une sous-culture prend peu à peu son essor, la culture des gamers, souvent assimilée/associée à celle des geeks que nous sommes. C’est d’ailleurs à cette époque que les premiers faits divers débiles apparaissent : « Mr. X a été licencié car il jouait à un JV sur son lieu de travail » (quel salaud ce MonsieurX, jouer au démineur pendant sa pause midi, il mériterait d’être pendu par les LE MULTIJOUEUR « FPS » Précurseur du multijoueur que nous « Sans déconner, ça troue l’cul » connaissons aujourd’hui, il s’installa dans nos bonnes maisons au début des années 90 avec le donc célébrissime Bomberman. Ce type de multijoueur est spécifique car il génère des crises d’hystérie générales « IRL » : des hurlements, des décollages de rétine, des meurtres au paddle de SNES, des bleus derrière la tête *BAF* mais surtout des années de chambrages, bah oui, y’avait déjà un n00b à cette époque-là qui se faisait toujours victimiser (il m'arrive encore aujourd'hui de me foutre de la gueule d'un ami d'enfance à base de "putain, qu'est ce que tu prenais à Bomberman mon cochon, t'as encore mal vers le bas du dos ? "). Ce type de multijoueur était, cela dit, probablement le plus sain puisque les joueurs se voyaient pour de vrai, ils discutaient de tout et de rien (surtout de rien en fait), se marraient comme c'est pas permis mais c’était aussi un moyen de sociabilisation (ça permettait, surtout, de foutre une tarte à son voisin qui venait de nous tuer/tk). corones !), « ouais je suis inscrit à la fac mais je passe mes journées sur CS » (faites pas les vierges effarouchées, on est tous passés par là hein !). (On ne s’avance également pas trop en disant que les ventes de Coca et de Chips ont également littéralement explosé à cette période). Half Life va complètement chambouler l’histoire du multijoueur (et des jeux vidéos aussi) en proposant un incroyable panel de jeux, du plus joué et accessible, Counter Strike, au plus technique et pointu, Natural Selection, sans oublier le très fun et déjanté HL Parpaing (un « FPS » consistant à boire du Ricard pour construire un mur avec des maçons portugais… indispensable en LAN). Ce type de multijoueur a donné naissance à un CS IRL, un petit pas pour l’Homme, type de joueur méprisé de tous, on aimerait les un grand pas pour la stupidité cogner, leur cracher dessus, les trouver IRL pour leur faire écouter Avril Lavigne qui reprend SOAD en boucle (mais ils pourraient aimer les cons ><) : les K3v1n5. Eprouvants au possible, ils font n’importe quoi, ils hurlent dans le micro (qui est d’ailleurs – très bizarrement – toujours mal réglé), ont un timbre de voix insupportable et pensent tout savoir (« tg g c ! LOL HS Q LQ KQLQSH MMM »). Les vils aspects de l’homme surgirent avec leur florilège de clichés (justifiés ?) : les allemands cheaters et scripters, les scandinaves incapables de jouer avec plus de 20 ms, les espagnols avec leurs fichiers.cfg de 3 go, les français noskill et les roumains avec leurs PC « de roumains » (« de circonstance » me diront certains…). C’est aussi ici que les choses « se sont gâtées » au niveau des pseudos : D4rkSh4d0wK1ll3r, XxXN1ghtm4r3XxX, xx—4ss4ss1n—xx et 666HellMasteR666 (sélection non exhaustive). En clair, les bons vieux gamers que nous sommes ont été "pollués" par ces satanés K3v1ns, pas moyen de jouer peinards, faut toujours qu'il y ait un de ces glands qui rôde pour nous gonfler ou nous poser des questions alakon "salu t tro for tu veu etr dan ma team LOL ? " LE MULTIJOUEUR « SNES » Il y aura en parallèle une « guerre » entre Blizzard et Westwood à travers les duels Warcraft/Command and Conquer et Starcraft/Red Alert. La bataille à coups d’APM (action par minute, plus de 400 pour les meilleurs) fait rage, on voit des joueurs presque plus humains, des zombis à la vitesse d’exécution fascinante et au cerveau digne de maîtres d’échecs (4K.Grubby, je t’aime !). Bon, je peux plus cogner mes adversaires avec une délicate baffe derrière la tête vu que je joue contre des Coréens, des Suédois et des Malgaches, mais, ceci dit, le niveau de jeu est intéressant, c’est quand même très skillé, enfin, en tout cas plus que Jean Henri Mouloud qui habite au bout de la rue. On pourrait pas être plus ? "Fear-dot-dot-dot-dot" : Le règne de l'assistanat Au début des années 90 apparait un nouveau style de jeu : le MMORPG. Ce jeu aura vite ses adeptes, mais restera assez confidentiel avant l’arrivé de quelques blockbusters du genre, dont la pompe à fric de Blizzard : World of Warcraft. Comme j’aime pas les clichés et les amalgames, on va dire que c’est du multijoueur « branleur-assisté » (patapépatapé !!!). La dépersonnification atteint son paroxysme tout comme le diktat de la pseudo-recherche de l’unique, du moment que ça paye, on va pas faire les fines bouches hein ! C’est également ici qu’on voit les faits divers les plus funkys : « mort devant le PC pour avoir oublié de manger » (traduction : mort d’une maladie rare qui nécessite des lourdes et chères médications, ça serait bien de trouver un autre truc sur quoi re- AIGRI GAMER - 18 -
JEUX VIDEO AIGRI GAMER Probablement un des multijoueurs les plus impressionnant (avec Quake), les RTS. Ils ont pour nom Boxer ou ElkY sur Starcraft ou ToD et Grubby sur Warcraft, ils ont un point commun fascinant : leur vitesse et leur « intelligence de jeu » (pas que de jeu d’ailleurs). Des heures et des Yo wazzap nigga’bitch ? heures à élaborer des stratégies, des coups tordus qui nous font écarquiller les yeux devant nos écrans. A voir en vrai, on dirait des personnes sous amphet’(voire des robots), très speed, la cannette de Red Bull jamais trop loin (avec des petits gâteaux ou des chips, faut bien se nourrir aussi hein !), ce qui leur permet d’effectuer plusieurs actions par seconde dans le but de dominer leur adversaire. Bon, ça claque à regarder, mais rien ne pourra contrebalancer leurs hideuses « tenues de scènes » à mi-chemin entre des pilotes moto et Bioman. (regardez des vidéos/replays de Starcraft et admirez les tenues de scènes, à mourir de rire.) A noter qu'ils tirent aussi des tronches collector quand ils jouent, un peu comme le décrit Gad Elmaleh lorsqu'il parle des guitaristes. jeter la faute quand même) « il poignarde son ami qui lui a volé sa monture épique en forme de marcassin des Carpates violet » (traduction : on savait qu’il était complètement timbré mais on l’a relâché quand même parce que c’est les 35 heures) « il trompe sa femme avec une Orc, elle demande le divorce » (traduction : je veux quitter mon mari, il me faut une excuse en béton armé), que d’émotions ! On pourra affirmer sans trop se bidonner que, les JV, c’est quand même vachement pratique quand on a besoin de rejeter la faute sur quelque chose. En fait, la tendance est ici sensiblement la même que sur console : l’appauvrissement du gameplay. Aujourd’hui, on ne fait plus grand-chose à l’os, on ouvre un panneau de macro, on cherche sa macro sur google, et hop, copy/pasta for the win ! Si vous avez joué à WoW (par exemple), vous avez donc rencontré « LOL CETTE CLASSE DE NOSKILL DEMO FEAR DOT DOT DOT », satanés xXxNaruto666xXx, DarkLegolas666, K4k4sh1SenseiIsTheBest, SuperGokuSSJ14 ShadowIllidan2 et MinotaurePvP ? (tous ces pseudos, je les ai croisés au fil des mes pérégrinations). En plus des macros qui pullulent, on a droit à des add-ons qui se fixent sur le jeu pour nous prévenir de ce qui va se passer... ou carrément faire l'action adéquate à votre place (je me souviens d'un add-on honteux sur WoW pour les healers, il faisait tout à la place du joueur, si c'est ça pas une blague...). Bref, aujourd'hui, on fait plus grand chose pour nous-mêmes, on télécharge un programme tiers, et zou, on laisse faire la machine et on regarde, passionnant à n'en pas douter ! LE MULTIJOUEUR « RTS » Alors, c’était mieux avant ? (ou pas ?) Bref, vous l’aurez compris, l’évolution (technologique notamment), nous a permis de radicalement changer notre façon de jouer. On passe de la bande de copains de classe/voisins, à des gens du bout du monde, et on passe d’une partie à 4-5 à un univers avec plus de 1000 personnes. Avoir plus de joueurs potentiels sous le coude permet d’être à peu près sûr de toujours avoir un noob/k3v1n à dégommer quand on s’ennuie (ce qui est quand même fort pratique, il faut avouer) mais, en contrepartie, il manque cette petite étincelle de peps’et « de vie » quand on joue (qu’est-ce que j’aimais chambrer le mec à côté de moi quand je le défonçais, oui, je suis un sale con, je sais, merci). Différents jeux, différentes époques, différents trips je suppose, n’empêche, il me manque mon Bomberman… Faites-vous votre avis (t'façon c'est qu'a raison dabor), mais pour moi, c'était carrément mieux avant ! Et l’avis des autres alors ? Polo Histoire de ne pas avoir uniquement l’opinion d’un vieux croulant du multijoueur (on t’aime quand même Polo, même si tu baves un peu et que tu radotes de temps en temps) une partie de la rédaction du mag s’est sentie obligée de la jouer narcissique et de raconter son passé « multi ». Enjoie ! Obi : LE MULTIJOUEUR MMORPG Haaan le multijoueur d'avant, comment c'était trop bien. A l'époque, il suffisait d'avoir un voisin, quelques potes au collège, et en avant les après midi pépito banga. Y avait pas forcément besoin de beaucoup de jeux pour s'éclater et c'était pas rare de passer 5h de suite à se latter en hurlant un truc ressemblant à "Chimotoaaaaa !!! Obouzillé" (Dr Gero dans un DBZ sur SNES), en n’ou- C’est vraiment ici que les « gens-dedehors » ont commencé à prendre con- Waow putain la Über-rare Giga-Vorpale +67E+24 agility, ça m’en fera 5 comme ça naissance du phénomène. Les reportages TF1 de JPP (entre le jeu de carte vedette de la semaine à Tripafouille les Bains et la création de sabots en peau de marcassin violet dans la Creuse), les analyses sur ARTE (menées par Docteur Obvious BAC +23 en enfonçage de portes ouvertes) et les fameux faits divers aussi débiles que faux « mon fils se prend pour un elfe » (race de lopettes, cela dit en passant). L’objectif du multijoueur MMORPG est ici très simple : looter la fameuse « vorpale +8,6987E+21 Dps » sur le boss de la muerte of the death qui reviendra la semaine prochaine après son « repop » ou, au pire, dans le nouvel add-on avec quelques changements graphiques mineurs (qui a dit « ILLIDAN LOL ! » au fond ?) Il est intéressant de noter qu’il y a également eu une transformation linguistique qui a accompagné ce type de multijoueur : « seek dps cac/range et heal drood-resto or palaheal fast hero GT2 need stuff min T5/S2 pour rush fast/w me fast plz LOL » (le pire là dedans c’est que j’ai compris ce que j’ai écrit…) est un type de phrase relativement commun et parfaitement intelligible pour un joueur de MMORPG. - 19 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :