42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOR est peu ravi de voir des gens d'un pays étranger venir s'installer chez lui. Pour vous mettre dans le bain, imaginez que de temps en temps, et sans prévenir, un rédacteur de 42 vienne chez vous, pose une pêche dans vos toilettes, vide votre frigo, couche avec votre copain/copine et se permette de partir en vous laissant l'addition, qu'en penseriez-vous ? Vous en voudriez à l'envahisseur ? Et bien vous auriez tort. En effet, la guerre est un formidable terreau pour le brassage ethnique. On le sait, les populations ont toujours tendance à se replier sur elles-mêmes. Or la génétique nous a prouvé (en tout cas a prouvé à tout ceux qui ont été en cours jusqu'au bac) que pour qu'une population soit saine, il faut qu'elle renouvelle sans cesse son patrimoine génétique, faute de quoi des mutations et donc des malformations finissent par arriver. Ce qui donne des exemples sinistres comme les Bretons ou les Chtis, deux populations de consanguins obligées dorénavant d'oublier leur chagrin dans l'alcool et la pluie. Enfin bref. Toujours est il qu'il est bon pour une population, quelle qu'elle soit, de faire un peu de brassage et d'aller coucher avec la voisine histoire d'améliorer la survie de l'espèce. J'en profite pour faire un aparté. Tromper votre conjoint en lui expliquant que c'était pour améliorer le brassage génétique et favoriser les chances de survie de la tribu n'est pas considéré comme une bonne excuse. Là encore l'histoire comme l'actualité regorgent d'exemples pour étayer ces propos. Par exemple l'enlèvement des Sabines, lié à la fondation de Rome. Romulus, l'un des deux jumeaux nourris par la louve et ayant fondé la ville, trouve que décidément c'est ambiance très pédé cuir moustachu à Rome, sachant qu'il n'y a que des hommes. Il décide donc de faire une rave avec les peuplades voisines qui viennent avec leur gueuses. À son signal, les Romains piquent les femmes des autres et Romulus leur laisse le choix de les rejoindre, contre la promesse de l'égalité, de droits civiques et surtout en leur promettant que leur maris partageront leur pognon, ou bien de retourner dans leur famille d'origine. Si c'est à cet enfoiré de Romulus qu'on doit le fait que les femmes réclament maintenant l'égalité en refusant de repasser nos caleçons, il avait déjà su à l'époque bien les cerner : l'argument qui fit mouche fut celui du pognon. What else. Et hop, brassage ethnique tout en étant près à faire la guerre. Plus récemment, on pourra apprécier le passage des Allemands puis des Américains dans notre beau pays, ayant donné lieu à une tradition de prénoms teutons ou anglophones, perpétuée depuis par des palanquées de Kevin et Jennifer. Ou encore on pourrait parler de ses fameux chefs de guerre dans les pays mal famés d'Afrique qui imposent leur autorité en coupant la main des hommes et en violant leur femme afin de bien prouver leur puissance, mais aussi pour se vider les baloches, et accessoirement, et c'est véridique, pour transmettre leur sang et donc accroître leur population. Halala, que c'est beau la guerre, ces amours à base de viols, de couchage avec l'ennemi ou de vol de la femme du voisin. Tout un programme. Et dire que les civils continuent encore à râler... Ça permet aux peoples de faire parler d'eux Aujourd'hui, un nouveau phénomène voit le jour. A savoir l'exploitation médiatique du malheur des autres pour faire parler de soi. Un phénomène que l'on voit un repris chez nous, mais sous une forme différente. N'êtes vous jamais - 86 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK tombé tard le soir sur une de ces émissions ou de prétendus artistes sont invités afin de s'exprimer longuement (par exemple chez Ruquier le samedi soir) ? N'êtes vous jamais tombés sur ces crétins ignares qui sous le prétexte de vendre des disques de soupes se croient le droit de venir donner des leçons de morale à deux balles d'une crétinerie abyssale ? N'êtes vous jamais tombés sur Cali en train de faire son rebelle parce que les critiques ils sont vraiment trop méchants et ils n'avaient qu'à écrire de la musique à sa place s'ils étaient aussi doués que ça (bah non ils sont critiques et ils ne vendent pas de disque de merde, eux, connard) ? Et bien ce qu'on vit en France se fait également à une plus grande échelle. Quelqu'un se souvient-il par exemple qu'avant de devenir un mec ultra prétentieux qui chante de la merde et se permet d'expliquer à tout le monde la vie en portant des lunettes ridicules, Bono fut un vrai chanteur doué ? En même temps c'était il y a longtemps. Et depuis, à chaque fois qu'une catastrophe ou une guerre arrive, on peut être sûr d'une chose : Bono va s'exprimer et dire comment c'est trop pas cool que les gens meurent et qu'il faut donner de l'argent. Lui n'en donne pas toujours, trop occupé qu'il est à s'acheter des lunettes et à remplir sa piscine de champagne fabriquée par des petits Chinois. Mais par contre, comptez sur lui pour faire des concerts avec plein de nazes et expliquer que c'est trop caca la guerre. Dans un même registre, et même si son engagement est un poil plus sincère, on peut citer Angelina Jolie qui est maintenant ambassadrice de bonne volonté et vient de nous lancer un cri pour le Pakistan. Super. On notera juste qu'on ne la voit jamais faire ce genre d'action à des périodes autres que celles où elle est en train de lancer un film médiocre qui a besoin d'un peu de battage médiatique. Et en passant pour une nana trop cool et trop préoccupée par les vrais problèmes des gens, plutôt que de s'occuper de ses douze gamins, elle espère vendre plus de tickets de cinéma. On pourrai également citer les faux intellos, genre Bernard-Henri Lévy dont la profondeur intellectuelle me fait toujours penser à un curieux mélange entre un bulot pour le QI et un ornithorynque pour le côté inutilement compliqué et totalement vain. C'est un phénomène semblable à celui des Enfoirés (que Mickael Youn caricature avec justesse en Enculés dans le film Fatal), où plein d'artistes qui n'arrivent plus à vendre de disques viennent chanter de la merde en faisant semblant de s'amuser alors qu'ils se détestent. Et ils en profitent d'ailleurs pour se payer en tapant dans les recettes, tout en clamant à haute voix que "c'est pour aider les pauvres, lol". Ou comme George Clooney qui parle du Darfour pour vendre plus de café Nespresso ou pour faire de la pub à son père qui est un vrai journaliste de talent. Tant d'implication de la part d'artistes totalement désintéressés ça me troue le cul. Ça relance le moral des gens, ca fait des bons films et il paraît même que ca fait revenir l'être aimé qui "court derrière toi comme le chien derrière son maître" (copyright professeur N'tombe, véritable marabout exorciseur) On dit toujours que pendant la guerre tout va mal, que les conditions de survie sont difficile et que chaque jour est une lutte. Certes, mais le grand avantage de la guerre, c'est d'avoir une après-guerre. En France on a bien connu les Trente Glorieuses quand il a fallu reconstruire le pays et relancer une économie malmenée. Et pour se faire, on a boosté le moral des gens qui se sont donc mis à acheter plein d'électroménagers puisqu'ils étaient maintenant trop contents TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOR - 87 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104