42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
IRL HISTOREEK comme LE spécialiste ès coups tordus, à tel point qu'il fut parfois surnommé l'Homme le plus dangereux d'Europe, et qu'on lui confia la mission d'assassiner Staline, Churchill et Roosevelt lors de leur conférence à Téhéran (comme vous vous en doutez, cela n'aboutit pas, car un espion russe parvint à éventer l'opération en faisant picoler un officier SS). En Octobre 1944, il est envoyé en Hongrie et kidnappe le fils du régent, le forçant à abdiquer en faveur d'un dictateur pro-nazi. Plus tard dans l'année, il organise l'opération Greif, consistant à habiller des soldats allemands avec des uniformes américains pour les envoyer foutre le bordel derrière les lignes ennemies. Celle-ci a un succès mitigé (forcément, un mec avec un uniforme ricain recouvert de tâches de choucroute qui débarque en disant "Ach ! I fink ich haf zeeneine enemy offer hier ! ", ça devait pas trop inciter confiance), mais taquin, Otto a ordonné aux soldats capturés de répandre le bruit selon lequel il se trouverait en ce moment à Paris dans le but d'assassiner le général Eisenhower. Bien évidemment, cette histoire est complétement ridicule, une opération pareille Une vision d'artiste d'Otto Skorzeny. n'ayant strictement aucune chance de réussite... puis en y réfléchissant un peu, les alliés se disent "Merde, s'il y a une personne capable de faire ça, c'est bien ce con de Skorzeny ! ", et par mesure de précaution, envoient quand même Eisenhower passer la période de Noël en isolation. Se rendant compte que la défaite est inévitable, Skorzeny va alors commencer à monter un réseau de guérilla pour continuer à lutter contre les alliés, puis réalisant que les chances que ça serve à quelque chose sont assez faibles, il utilise plutôt ces ressources pour aider les nazis d'Europe à fuir en Espagne franquiste, et à mettre à l'abri de l'argent bien utile pour leur permettre de couler des jours heureux en Argentine. Quant à lui, il se constitue en prisonnier (espérant monnayer ses services aux américains pour la guerre froide qui s'annonce) et sera jugé pour crimes de guerre, mais il est acquitté, et parvient à s'enfuir en 1948. Et comme on ne se refait pas, il passera le reste de sa vie comme conseiller militaire pour dictateurs, filant des coups de main à droite à gauche à diverses organisations paramilitaires néo-nazis ou anti-communistes, avant de mourir d'un cancer à l'âge de 67 ans. Audie Murphy En vrai, il était un peu moins glamour. Ce mec, c'est juste l'équivalent irl de John fucking Rambo. Mentalement du moins, parce que physiquement, il ne partait pourtant pas gagnant. Engagé dans l'armée américaine pendant la Seconde Guerre Mondiale en trichant sur sa - 80 (42lemag.fr) -
IRL heure, il tient la position tout en dirigeant les tirs d'artillerie américaine contre les positions allemandes jusqu'à ce que la liaison soit coupée. Blessé à la jambe durant l'attaque, il refuse toute aide médicale, et organise à la place une contre-attaque, sauvant son unité de l'anéantissement. Avec tous ces faits d'armes, nul ne s'étonnera qu'il soit l'américain le plus décoré de la Seconde Guerre Mondiale. Revenu au pays, il deviendra acteur (badass et acteur, ça ne vous rappelle personne d'autre ?) et jouera entre autres son propre rôle dans le film adapté de ses exploits : il s'agit peut-être du seul film de guerre où au lieu d'être exagérés, les événements racontés furent édulcorés par les scénaristes qui pensaient que le public trouverait la vérité trop incroyable. HISTOREEK date de naissance (il n'avait que 17 ans), il doit d'abord se battre pour être envoyé au front, ses instructeurs le trouvant trop gringalet (il est même tombé dans les pommes pendant un entraînement). A force d'insistance, il sera finalement envoyé en Italie en 1943, et prouvera bien vite à ses supérieurs à quel point ils avaient eu tort de le sous-estimer. Enchaînant les actes de bravoure, il connait une promotion fulgurante, mais c'est le 15 août 1944 très exactement qu'il passe en mode full badass. Lors de l'invasion du sud de la France, son meilleur ami se fait tuer par un allemand qui faisait semblant de se rendre en quittant sa position de mitrailleuse. En général, lorsque cette situation se produit dans un film de guerre, le héros entre dans une rage folle et extermine tous les ennemis à un kilomètre à la ronde. Bien entendu, cela ne marche que dans les films, dans la vraie vie, quelqu'un qui fait ça se fait tuer direct. Mais pas s'il s'appelle Audie Murphy. Pris d'un accès de rage, il massacra l'ensemble de l'équipage manœuvrant la mitrailleuse allemande, puis prenant son contrôle, il s'en servit pour détruire toutes les positions ennemies adjacentes qu'il pouvait. Bon admettons, il a eu un coup de chance, il s'en est sorti vivant, les allemands se sont fait surprendre, en plus ils étaient malades, ils avaient fait une overdose de bratwurst la veille, enfin bref, ce genre d'action héroïque, ça arrive une fois dans une vie sur un malentendu, mais après c'est fini hein ! Mais penser ça, ce serait bien mal connaître Audie fucking Murphy. Quelques mois plus tard en Alsace, son unité comptant 19 hommes se retrouve sans munitions et encerclée par une centaine d'allemands. Les choses se présentent plutôt mal, mais soudain, un tank américain arrive à la rescousse... et se fait immédiatement exploser par un obus allemand ! A ce moment là, les américains devaient déjà en être à faire leurs prières, mais Audie se précipite alors vers le tank en flammes et, alors que celui-ci menace d'exploser à tout moment, il utilise sa mitrailleuse encore en état de marche pour repousser l'infanterie allemande, tuant à lui tout seul une cinquantaine d'hommes. Pendant une Les présidents américains C'est sûr, aujourd'hui, quand on pense aux présidents américains, c'est dumbass qui vient à l'esprit plutôt que badass. Pourtant, les présidents des États-Unis d'Amérique représentent une longue tradition de badasserie qui remonte jusqu'à George Washington. Surnommé "Le Destructeur de Villages" par les indiens d'Amérique, il revenait fréquemment de ses batailles les habits criblés de balles et sans son cheval (celui-ci s'étant fait abattre sous lui), mais toujours sans une égratignure, et dans une lettre à son frère il écrivait qu'il trouvait quelque chose de charmant au bruit des balles sifflant autour de lui. On peut citer aussi ce gros taré d'Andrew Jackson qui fut le septième président des - 81 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104