42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
BD/COMICS DOSSIER DÉCOUVERTE Captain America Faire du meilleur avec du pire pis après refaire du pire Après avoir vaillamment lutté (sisi j'me suis trouvé super Michel sur le coup là - attention super jeu de mot de ouf -) pour réhabiliter DareDevil le mois dernier, je vais à présent m'attaquer au héros qui part avec le plus gros handicap du monde des comics (enfin, après Superman hein, cette coupe de cheveux et ce bavoir rouge, faut pas déconner non plus...) : Captain America. Ouais, dès le nom, on sent que ça va pas forcément être glorieux comme truc (et là je parle même pas du costume !)... et, bah c'est à peu près ça. Sauf que, sur le coup là, Marvel a su faire volte-face et a été capable de transformer un de ses pires personnages en un des meilleurs (le meilleur ?), le tout, en bousculant pas mal de choses (et en faisant grincer des dents de l'autre côté de l'Atlantique). Explications. Pourquoi Captain America ? Un début de réponse à cette question est la date de la "naissance" de Cap (SteveRogers dans la vie civile) : 1940. Nous sommes en pleine WW2, le choix de ce personnage est tout sauf anodin. En 1938 naquit l'homme qui inventa le slip au dessus de futal : Superman, qui eu un succès retentissant. Le superhéros "parfait" a donc la côte durant ces années de vache maigre, mais, Cap répond à un design "plus complexe" comme l'homme au bavoir rouge géant. 1940, Hitler, le nazisme les foufounes en mode "pelouse sauvage"... époque de merde. Car Captain America a été désigné pour être un porte drapeau de l'Amérique "pays de la liberté". Captain America est donc courageux, vertueux, valeureux, honnête, grand, fort, il a toujours raison (il est ricain hein !) mais surtout, il est humain. Et oui, ça change tout. Là ou Superman est un alien, la Torche Humaine est un androïde et Submariner (Narmo) est un mutant-atlante-à moitié humain, Cap est un Yankee, un vrai ! Bon, il a certes été un peu bidouillé via un "sérum de super soldat", mais bon, ça reste un Humain et un Américain, forcément, il doit roxxer, c'est l'Oncle Sam qui l'a dit. Qu'en a-t-on fait ? Captain America est là pour représenter l'Amérique : la grandeur d'esprit, la générosité, la force, la liberté, l'idéal et toutes les bullshits du genre. Il est également le rempart contre l'adversité politique, à savoir les nazis puis les - 62 (42lemag.fr) -
BD/COMICS communistes un poil plus tard. Car une fois Hitler mort/caché aux Bahamas/envoyé dans l'espace/déguisé en Bobby Kotick, il faut bien trouver un truc sur quoi taper. Marvel créera bien le IIIème Reich dirigé par l'ignoble Crâne Rouge (qui, on l'apprendra plus tard, était celui qui dirigeait Hitler) pour faire un peu subsister les relents du nazisme, mais bon, ça va 5 minutes quoi. Place aux cocos. Alors là, Marvel va se lâcher pendant la Guerre Froide. Et que les cocos c'est tous des méchants, et qu'ils font mourir les gens de faim, et qu'ils ont que des superméchants avec des accents de psychopathes, et qu'ils aiment pas les lolcats, bref, communistes = pioure iveule. Bon, à part ça, Cap sera aussi à l'origine de la création des Puissants Vengeurs, une équipe de boy scouts comprenant Thor, Iron Man, l'Homme Fourmi, La Guêpe et le poète Hulk qui passeront leur temps à taper sur la gueule de méchants voulant conquérir le monde (souvent des popov d'ailleurs...). Ah oui, Cap sera aussi toujours en étroite relation (NON !) avec Nick Fury, le big boss du Shield (espèce d'organisation de SuperFlics qui protège le monde), un vrai bon américain ce Cap' ! Pourquoi est-il si chiant ? Et bien, il est si chiant à cause du postulat de base du personnage. Une espèce de drapeau ambulant qui nous fait comprendre toutes les 3 cases que les USA ça déboite du teckel avec du piment d'espelette, ça saoule très vite. Autant, VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE DÉMAGOGIE ? Cap est un humain, certes, mais il a été "boosté" par une formule. Il y a un donc de "la triche" dans les aptitudes de Cap. Le message d'un tel personnage lors de sa création est à base de "tous ensemble luttons, nous pouvons le faire". Facile quand on a été tuné hein ! C'est pour ça qu'entre en scène Bucky. Un jeune, fougueux, honnête, fidèle (un peu modèle "Chevaliers Du Zodiaque" quoi) est qui est 100% Bio (c'est bon le Bio, mangez en, enfin c'est ce qu'ils disent, moi j'en sais rien). Bucky est là pour symboliser cette esprit de "tout le monde peut le faire", "tout le monde peut lutter à sa manière [contre les nazis]". En terme de propagande et de démagogie, y'a pas à dire, c'est du costaud... la nécessité d'un personnage "fédérateur" pendant les heures sombres (nan mais Dieu, c'est un fake lui, pas comme Cap' !) de l'Humanité pouvait avoir un sens, autant là, on se demande un peu le bien fondé de poursuivre sur cette lancée. D'ailleurs, en terme de parution, ça se ressent et la série sera plusieurs fois relancée parce que bon, le personnage étant ce qu'il est, c'est vrai qu'on tourne souvent autour du pot... De mon point de vue, jamais je n'ai détesté autant une série (pas même les Runaways, LA suprabouze Marvel des années 2000) que le Cap des années 70 et 80. Cette espèce d'arrière-goût douteux d'impérialisme américain au fond de la bouche était proprement insupportable et on avait presque l'impression de se taper une sous-daubasse Disney (tiens, déjà à cette époque...) à chaque épisode/saga. Le problème donc de Cap, c'est ce qu'il est, et le pourquoi il a été créé. Seulement, "émanciper" un tel personnage avec tout ce qu'il représente, est une tâche des plus risquée et complexe... DOSSIER DÉCOUVERTE Ed Brubaker et les années 2000 2000 c'est le début d'une nouvelle ère pour Marvel. Joe Quesada est le nouveau big boss et il a une ligne directrice claire : arrêter de faire de la merde. Concept pas dégueu, faut avouer. Forcément, un des plus gros chantiers de ce bon Joe, sera de faire "quelque chose de bien" avec "le pire" personnage de Marvel. Il est vrai que voir un Cap faire comprendre toutes les 3 cases que "America is superior lol" ça le fait de moins en moins. Autant on kiffait bien les boules des USA les décennies précédentes, autant maintenant, il faut reconnaitre que le statut des USA vis-à-vis du monde a très nettement changé. Dans l'imaginaire collectif, "liberté, indépendance et qualité de vie" ont été remplacés par "impérialisme, corporatisme et guerre". Comment un personnage comme Captain America peut-il vivre "en paix" avec ce qu'il représente ? - 63 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104