42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
JEUX VIDEO AIGRI GAMER ouais mais non, la guerre c'est horrible ohlala ! ", histoire de ne pas trop passer pour des patriotards putassiers (mais c'est globalement loupé de ce côté là). Vu le niveau moyen des joueurs de Modern Warfare 2, je vous laisse deviner laquelle de ces deux interprétations est la plus susceptible d'être retenue. Pour des raisons qui me sont totalement obscures, à un moment le fast-food Burger Town du coin devient un enjeu stratégique majeur, et vous allez donc passer un moment à le défendre, ce qui donne lieu à un beau festival de Ramirez do everything. En tous cas, au vu des 156 chars et 18 hélicos qu'ils envoient sur place, on peut être sûr d'une chose, les Russes ont salement envie d'un triple whooper. Après hop, on repasse au Brésil, puis à nouveau en Virginie où après diverses péripéties, l'escouade de Ramirez reçoit l'ordre d'aller sauver un VIP de toute urgence. Mais arrivés sur place, ils constatent qu'ils sont arrivés trop tard, le VIP étant déjà mort. Tout cela est décidément bien mystérieux. Qui était-il ? Pourquoi était-il aussi important ? Cela n'a aucune importance, cet événement n'ayant aucune incidence sur le reste du jeu, et plus personne n'y fera allusion. C'est génial, on balance pleins de trucs incohérents dans tous les sens, comme ça le joueur a l'impression qu'il a affaire à une histoire super complexe, enfin j'imagine que ça doit bien marcher avec le public visé. Pendant ce temps là, on ne sait pas trop comment (je vous avais prévenu que cette expression allait revenir souvent), mais grâce à l'arrestation musclée du trafiquant d'armes brésilien, nos héros ont découvert que dans un goulag russe est enfermé quelqu'un que Makarov n'aime vraiment pas et décident donc d'aller le libérer, parce qu'au point où ils en sont, c'est une piste pas plus conne qu'une autre. Entretemps, ils ont quand même le temps de neutraliser une prise d'otages sur une plate-forme pétrolière : aucune idée de ce que ça vient foutre là, mais je confesse qu'à ce stade là de l'intrigue, je ne cherchai même plus à comprendre pourquoi je faisais des trucs. Ceci étant fait, ils partent à l'assaut du goulag, et au prix de quelques efforts, parviennent à la cellule du prisonnier qu'ils sont venus chercher ; et là, SUR- PRISE, il s'agit en fait du capitaine Price, l'ancien supérieur de Soap visiblement disparu depuis cinq ans ! Petit rappel des faits pour ceux qui n'ont pas tout suivi : Modern Warfare 1 s'achevait alors que Soap et Price étaient sauvés in extremis par les gentils Russes après avoir réussi à tuer le grand méchant du jeu. Mais que s'est-t-il passé ensuite ? Comment ça se fait que Price s'est retrouvé enfermé dans un goulag alors que Soap menait une brillante carrière dans l'armée américaine ? Pourquoi personne ne s'est inquiété de ce que devenait ce bon vieux Price ? Autant de questions auxquelles nous n'aurons, là encore, aucune réponse. J'imagine que les spéculations vont bon train sur les forums d'Infinity Ward, personnellement, l'explication "They just didn't give a damn" me semble la plus plausible. Du reste, Soap n'a pas l'air plus étonné que ça de retrouver son vieux mentor en un tel endroit, et se contente de lui rendre son pistolet qu'il avait abandonné à la fin de Modern Warfare 1 (comme c'est touchant, pendant cinq ans Soap a gardé en permanence le flingue de Price sur lui au cas où il le croiserait à l'improviste dans une geôle soviétique). Cela dit, nos amis ne sont pas plus avancés que ça, alors pour passer le temps, Price concocte un super plan : attaquer une base navale russe, s'introduire dans un sous-marin et tirer un missile nucléaire sur Washington, mais le reprogrammer avant de manière à ce qu'il explose en haute atmosphère, comme - 30 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO en Ukraine de Modern Warfare 1, mais ça ne dure pas très longtemps, et on revient bien vite au level design plus conventionnel basé sur des ennemis qui spawnent à l'infini et au hasard. A part ça, le plan se déroule sans accrocs, Price entre dans un sous-marin comme une fleur et faut croire qu'en Russie, n'importe quel pékin peut reprogrammer et tirer un missile nucléaire comme ça, en claquant des doigts, car tout se passe parfaitement comme prévu. On revient donc à Ramirez et ses amis qui galèrent à Washington, et qui réussissent finalement in extremis à reprendre la Maison Blanche aux Russes, quelques secondes avant que le commandement américain n'ordonne la destruction totale de la ville qu'il pensait perdue. Bref, c'est vachement poignant, les envahisseurs sont repoussés, oh say, can you see by the dawn's early light, et blah blah blah... AIGRI GAMER ça il déclenchera une impulsion électromagnétiques qui désactivera tous les appareils électroniques russes (et aussi américains, mais eux ils sont à la maison, donc ils devraient avoir l'avantage) ce qui permettra de repousser leur assaut. Rien que ça. J'imagine bien le brainstorming chez Infinity Ward : Bon, dans Modern Warfare 1, le protagoniste crevait dans une explosion nucléaire et des missiles passaient à deux doigts de détruire la côté Est. Faut qu'on fasse encore plus fort dans le 2 ! Je sais ! Un missile nucléaire qui rase Washington ! Woooh l'autre, tout de suite quoi... On peut quand même pas faire ça, on va traumatiser tous les chtits n'enfants américains ! Ben alors le missile il explose dans l'atmosphère au-dessus, et BAM, c'est le black-out total dans Washington, les avions tombent du ciel, on a tous les avantages de l'apocalypse sans les inconvénients ! Génial ! Comme ça on peut aussi montrer l'explosion vue de l'espace par un astronaute, avec l'onde de choc qui détruit la station spatiale internationale ! Heu... une onde de choc dans l'espace ? Y'a pas d'air dans l'espace, c'est pas p... Oh, ta gueule toi ! Le pire, c'est que je trouve qu'il s'agit de l'une des idées les plus crédibles du jeu, ça en dit long sur la qualité générale du scénario. Le niveau commence alors par une petite phase d'infiltration qui n'est pas sans faire écho à la fameuse mission Du coup, maintenant que la menace russkof est (momentanément ?) évitée, le général Shepherd décide de s'occuper une bonne fois pour toute de Makarov en envoyant la Task Force 141 attaquer ses deux planques connues. Heu... vu que tout ce que ses hommes ont fait avant, ça n'a en définitive servi absolument à rien pour localiser Makarov, pourquoi il n'a pas directement commencé par là au lieu de les envoyer en vadrouille aux quatre coins du globe ? Bon tant pis, mieux vaut tard que jamais, Roach se retrouve donc dans la base géorgienne de Makarov : celui-ci ne s'y trouve pas, mais il récolte toutefois pleins d'informations en hackant les ordinateurs qui traînent sur place, et s'en va donc gaiement les rapporter à Shepherd. Et là, c'est LE rebondissement du jeu : Shepherd est en fait un enculé de traître qui bossait depuis le début avec Makarov. Ayant récupéré les infos qu'il cherchait, il abat donc Roach (c'est-à-dire vous !), et pour faire bonne mesure, l'asperge d'essence et l'enflamme avec son cigare alors que celui-ci est encore agonisant, histoire qu'on comprenne bien qu'il est MÉCHANT ! Dans une première version de cette scène, le général Shepherd claquait un salut nazi avant d'arracher la tête d'un chaton avec les dents, mais ils se sont dit que c'était encore trop subtil. Mais quelle est donc la raison de cette incompréhensible trahison ? Héhé, il va falloir continuer votre lecture pour le savoir, impatients lecteurs. - 31 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104