42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
JEUX VIDEO AIGRI GAMER le grand chef, vous savez déjà que Makarov EST le chef, il n'y a aucune raison de ne pas l'arrêter là maintenant ! Mais bon, c'était apparemment trop intelligent, donc vous devrez vous contenter d'obéir aux ordres du méchant (la mission échouant si vous décidez de faire le malin en neutralisant les vilains terroristes). Vous avancez donc dans l'aéroport en mitraillant (ou pas, je vous rappelle que c'est facultatif, parce que franchement, je connais des curés dépressifs qui pourraient être choqués par moins que ça) des vagues de civils. Perso, si j'entendais des coups de feu dans un aéroport, j'essaierai de me planquer ou de me barrer, mais les touristes de Modern Warfare, eux non : ils se contentent de glander sur place en attendant que vous débarquiez, avant de courir vaguement dans la direction opposée (mais bon, ils courent moins vite que les balles alors cette stratégie ne fonctionne pas très bien). Peut-être que c'est parce que les agents de sécurité, au lieu de faire leur boulot, à savoir évacuer les civils justement, jouent à la place aux héros en tentant de se faire à eux tous seuls un groupe de terroristes sur-armés vêtus de gilets pare-balles. Les choses se corsent un peu ensuite car ce sont les unités d'élite qui viennent tenter de vous arrêter, mais apparemment, face à des connards armés de mitrailleuses lourdes et lancegrenades, ils n'ont rien trouvé de mieux qu'un assaut frontal avec des boucliers anti-émeutes. Ils n'ont pas de snipers dans la police russe ou quoi ? Mais au moment de s'enfuir, Makarov révèle le vrai but de cette attaque : abattre l'agent Allen (on constate donc qu'en plus d'être timbré, Makarov est aussi très confiant, n'ayant pas peur de tourner le dos à quelqu'un qu'il sait être un agent américain alors qu'il massacre des civils innocents par dizaines) et le laisser pour mort afin que trouvant le cadavre d'un agent de la CIA sur les lieux, les autorités russes concluent que c'est les Américains qui ont commandité l'opération terroriste, et déclarent la guerre aux Etats-Unis ! Effectivement, ça paraît parfaitement logique : "Quoi ? Un cadavre américain sur le lieu d'une attaque terroriste ? Plus besoin d'enquête, c'est la GUERRE ! " Normal quoi. D'un autre côté, les Russes, c'est des connards, donc c'est pas si tiré par les cheveux que ça. Enfin merde quoi, c'est un peu comme si sur la seule foi de la religion des auteurs d'un attentat, les États-Unis décidaient d'envahir des pays random du Moyen- Orient pour heu... ok... mettons que j'ai rien dit. Heureusement, les diplomates américains ont prévu le coup et s'empressent de contacter leurs homologues russes afin de désamorcer le conflit. Après tout, rien n'est perdu, il suffit de leur expliquer : "Effectivement, le corps que vous avez trouvé était celui de l'un de nos agents, mais il était là en tant qu'agent infiltré. Si vous examinez les images de surveillance, vous pourrez très bien voir que c'est Makarov, un individu bien connu de vos services, qui donnait les ordres, vu que ces gros glands n'ont même pas mis de cagoules. D'ailleurs, le fait que vous avez retrouvé Allen dans un coin isolé abattu d'une balle à bout portant devrait quand même vous mettre la puce à l'oreille que c'est un gros coup monté, non ? " Du moins, c'est ce qu'ils feraient si ils étaient intelligents. Mais vous vous doutez bien que ce n'est pas le cas : plutôt que de zoomer sur les 250 images de Makarov qui ont dû être prises durant l'attaque, les génies du renseignement américains décident plutôt d'analyser les images des balles tirées afin de déterminer qu'elles ont été vendues par un trafiquant d'armes brésilien (y'avait sûrement son logo gravé sur les balles), et alors d'envoyer une équipe à Rio pour le capturer en espérant que ça permette de remonter jusqu'à Makarov. Un plan brillant que Roach et Soap sont donc chargés d'appliquer : en route pour le Brésil et ses riantes favelas ! Alors pour moi, la faune des favelas, ça ressemblait plutôt à ça : Dans Modern Warfare 2, c'est plutôt ça : C'est une vraie putain d'armée qui vous attend sur place, à tel point que je me demande comment ça se fait qu'ils n'aient pas encore renversé le gouvernement brésilien et envahi tout le reste de l'Amérique du Sud (ça serait cohérent avec le contexte super vraisemblable du jeu en plus). D'un point de vue gameplay, c'est probablement la mission la plus difficile du jeu, alors qu'on est qu'au premier tiers, ce qui prouve au passage - 28 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO d'attaque, c'est pas vraiment un truc qui se planifie à l'arrache en quelques jours comme ça, il me semble. Une hypothèse raisonnable à ce stade là est alors que les Russes c'est des connards, et qu'ils avaient donc tout planifié depuis le début, et qu'ils attendaient le prétexte de l'attaque de Makarov pour pourrir ces ordures impérialistes d'Américains. On peut alors s'interroger sur l'intérêt à long terme d'une stratégie consistant à attaquer la première puissance militaire mondiale dotée de l'arme nucléaire (vous savez, le machin dont l'intérêt est de garantir à l'adversaire une annihilation rapide même si la guerre est perdue), mais bon, les Russes sont des connards certes, mais on n'a jamais dit qu'ils étaient malins hein. Un nouveau protagoniste est alors introduit, le sergent Ramirez. Oui, le Ramirez du meme "Ramirez do everything". Cela vient du fait qu'alors que vous n'êtes censé être qu'un soldat parmi d'autres, c'est systématiquement à vous qu'on va demander de faire tout le boulot : abattre un hélicoptère, piloter un drône, courir sur la route entre des chars ennemis, déboucher les chiottes, Ramirez can do it all ! D'un point de vue gameplay, c'est sûr que c'est mieux que si tous les ordres qu'on vous donnait consistaient en "Ramirez, couvre-moi pendant que je fais tous les trucs intéressants ! ", mais c'est néanmoins rigolo. AIGRI GAMER que les développeurs n'en avaient rien à foutre de la progression de la difficulté. Pendant ce temps là, aux Etats-Unis, dans une salle de contrôle quelconque : Hi John, comment ça va guy ? Bien Jack, et toi les enfants, bien ou bien ? Ouais, ça va, tranquille... dis, il est buggé ton radar ou quoi ? Y'a pleins de points qui clignotent dans tous les sens. Ah ouais, c'est bizarre, c'est comme si... OH PUTAIN, DES AVIONS RUSSES ! DES AVIONS RUSSES PARTOUT ! ON EST ENVAHIS ! Avec ses potes, Ramirez va donc avoir pour mission de repousser tant bien que mal les envahisseurs Russes qui foutent le bordel en Virginie, et c'est l'occasion pour le jeu de faire vibrer à fond la corde patriotique de ses clients avec ses visions d'une gentille banlieue américaine typique ravagée par les affres de la guerre. Plus tard, ce sera carrément Washington et alors là, entre la Maison Blanche, la Capitole, la National Mall, aucun symbole ne sera épargné. On retrouve là l'un des plus grands paradoxes du jeu, qui semble en permanence le cul entre deux chaises, avec d'une part toutes les scènes de la Task Force 141 qui semblent dire "Fuck yeah ! La guerre c'est cool ! ", et les scènes se déroulant aux États-Unis qui elles sont plutôt "Ah Parce que pendant ce temps là, les Russes n'ont pas perdu de temps, et ont lancé toutes leurs troupes à travers l'Europe et l'Océan Atlantique jusqu'à la côté Est. Sans que personne ne s'aperçoive de rien. Après tout, pourquoi pas, je pense que ça doit être relativement facile de lancer un plan d'invasion à grande échelle de manière totalement inaperçu. Par exemple, vous allez voir l'Amérique, vous lui faites "Attention, derrière toi, c'est Hiro-Hito ! ", et hop, pendant qu'elle a le dos tourné, invasion ! Les Russes ne sont pas seulement des connards, ce sont aussi des ninjas. En plus, je ne suis pas un expert en opérations militaires, mais lancer un tel plan - 29 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104