42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
JEUX VIDEO Pourquoi ce jeu est SI différent TESTAGE Si GoW1 et 2 sont d'excellents jeux, la PS3 permet à GoW3 d'apporter un souffle inédit dans les JV. Quand je dis que le jeu est mythique, je n'éxagère pas puisqu'il souffle un vent d'épique sur chacune de actions de Kratos : Poséidon meurt, la mer englouti la surface de la moitié du Globe, Héra meurt, la Terre se flétrie, Hadès meurt et les âmes en peine s'échappe de l'Enfer pour retourner le peu de vie qu'il reste etc etc... GoW3 a ce supplément d'âme qui manque à tant de jeu pourtant dôté d'indéniables uqalités (comme Uncharted par exemple) et contrairement à la majorité des jeux où "on tue le boss et bon bah voilà", on sent qu'il y a une implication cataclysmique à chaque fois. Et, à chaque fois, les cinématiques (qui sont aussi géniallisssimes et magnifiques que novatrices en terme de conception), à la manière d'une film d'exception traduisent superbement ses changements. Et, évidemment, la musique qui accompagne chacune de ces scènes de magnifique désolation est au diapason. En gros, tout le contraire d'un WoW où "bravo tu a fait ta quête, tiens, prend ton item, tes PO et casse toi". En plus, on sent que les dev n'ont ce coup-ci pas été limité par les capacités de la console (ce qui était le cas avec la PS2 qu'ils ont poussé dans ses derniers retranchements) et qu'ils se sont fait plaisir. La mise en scène des exécutions des Dieux est juste parfaite, c'est la surrenchère du "gore marrant" (sans dec'exécuter Poséidon, Hercule et Zeus, c'est un bonheur de chaque instant) qui fait Jeu classe, Artworks classes jizz à chaque fois.Je pourrais continuer à vous parler des heures durant ce tout ce qui fait que ce jeu est un jeu d'exception parmi les jeux d'exceptions, mais je pense que vous avez saisi l'idée (sinon vous être vraiment très cons -_-) Verdict : Tu l'as voulu, tu l'as eu Réalisation :... un putain de gigantesque coup dans ton cul. Rien à dire, la perfection pure et simple : 20 Gameplay : Du GoW 1 et 2 en mieux foutu (sisi), plus gore, plus jouissif (si vous vous retrouvez avec une demie molle, c'est normal), plus libre, plus tout quoi... 20, what else ? Musique : Grosse claque musicale dans la gueule, comme un Shadow of the Colossus ou un Kickass au ciné, à chaque zic on se dit "putain, jamais ils auraient pu trouvé mieux" : 20 Scénario : Comme ses prédécesseurs, on part d'un truc classique (tuer Zeus) mais on l'amène de façon grandiose (même concept de "repasser dans les mêmes endroits qui évoluent etc") et puis bon, tuer les Dieux, et de cette façon, putain quoi... bah encore un 20 hein. Durée de vie : God of War se finit en à - 18 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO peu près 10 heures, c'est court, mais franchement, même s'il faisait 100 heures, ce serait toujours aussi court, donc je pète un 0, WE WANT FUCKING MOAAAAAAAARRRRRRRR Général : J'ose le dire : ce jeu est parfait, tout est parfait (durée de vie mise à part ^^), je n'arrive pas à concevoir un truc plus awesomsauce que ça avant... GoW4 ? Bon, c'est pas prêt d'arriver (du tout même) mais ce jeu enquille les superlatifs avec une facilité déconcertante, un peu comme Rocco avec les bonnasses de l'Est. Le problème comme j'ai dis plus haut, c'est que quand le jeu se finit, on est un peu désorienté par une telle baffe vidéoludique dans la gueule. Bon, bah on le recommence, encore et encore... Bref, en terme de notation c'est 20 parceque tout est parfait ou 0 parceque maintenant on est comme des cons, on regarde plus les jeux de la même façon ET PUTAIN VOUS VOUS DEMERDEZ COMME VOUS VOULEZ MAIS VOUS ALLEZ ME FAIRE UN QUATRIEME POUS ET QUE CA SAUTE BANDE D4ENFOIRAY §§§§§ KRATOS : DESIGN ET ÉVOLUTION Le design de Kratos est de base simple et percutant, un gros balèze qui a l'air pas sympa (du tout même). Il a un tatouage rouge qui taverse son corps (visage inclu) et des lames méchamment badass accrochées à des chaines elles-mêmes "soudées" aux avants bras de Kratos. A part ça Kratos, la blancheur de la peau de notre antihéros est due au fait que les cendres de sa femme et de sa fille mortes de ses mains lui collent à jamais à la peau, définitivement un mec bien. En terme de design, Kratos a peu évolué du premier au second opus (juste une ceinture et une toge qui fait moins clodo) : alors que dans le troisième opus, il est devenu nettement plus musclé et s'est paré d'une superbe spallière TESTAGE Conclusion : Il est rare que je sois fanboy à ce point d'une saga JV (ce qui est encore plus vrai quand il s'agit d'un jeu sur console) et que je n'arrive pas à lui trouver de défauts objectifs. Même des jeux magnifiques comme Starcraft 2 (difficulté d'accès), Shadow of the Colossus (gameplay et caméra un peu relou) ou Natural Selection (hitbox en mousse) ont leurs défauts mais GoW (surtout le 3) n'en a tout simplement pas. Ce jeu est parfait, n'importe quel joueur se doit d'avoir joué à ce bijoux au moins une fois dans sa vie (moi j'ai acheté une PS3 juste pour ce jeu et pour The Last Guardian...), sinon c'est un peu comme mourrir puceau... Peu de retouches donc, mais des retouches dans le bon sens, sinon, comment il va Dante ? God of War est LA trilogie et son dernier repésentant en est la quintescence. God of War est bien plus qu'un jeu vidéo, il transcende les JV et s'élève sans peine au rang d'oeuvre d'art. Il mérite à jamais place au panthéon vidéoludique. Messieurs les développeurs de Santa Monica Studio, chapeau bas, vous méritez le respect éternel. Polo AVANT APRÈS - 19 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104