42 n°19 novembre 2010
42 n°19 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 28,8 Mo

  • Dans ce numéro : l'automne arrive, c'est la saison des champignons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
PORTNAWAK ARTICLE INVITÉ mettez-le précieusement dans votre inventaire ! C’est important car là-bas, il n’y a pas de saison. La dose de soleil est la même et constante. Il tape dur en plus et ENCORE PLUS FORT dans les montagnes ! (et ce n’est pas ce qui manque). C’est l’un des pièges à éviter. Dans les hauteurs, l’air est plus frais et on n’a pas la sensation de chaleur, et comme on est plus « proche » du soleil, il y a moins de couches nuageuses qui nous protègent. Même quand il fait gris il faut se protéger car les UV passent … et puis le climat varie très rapidement, on ne sait jamais. 3ème et le plus important : de l’aspirine ! Et je dis bien aspirine, pas de paracétamol ou autre, car c’est le meilleur remède pour lutter contre le plus vil malus d’IRL : le « mal des montagnes » (ou encore appelé le sale débuff). Lisez l’encadré pour plus de précision. LE MAL DES MONTAGNES Le puissant et toujours actif Cotopaxi ! ! (reconnaissable par ce bout de roche qu'il a viré de lui lors de sa dernière éruption) Bon, avec ces trois points, vous allez pouvoir vous préparer à votre TP. Il y a plusieurs guildes de transports, ayant chacune leurs règles, mais en général vous avez droit à 10kg pour votre inventaire rapide (bagage à main) et entre 20 et 23 kg pour votre inventaire secondaire (bagage en soute). Au premier abord, cela peut sembler le pire malus qu’on puisse se taper dans IRL. Et pourtant il est très prisé par la guilde des [sportifs]. Vous allez comprendre. Le « mal des montagnes » vous provoque un fumble permanant sur votre stamina ! Méchant, hein ? Le pire est que cela touche tout le monde SANS EXCEPTION ! Que vous soyez tank, magicien, infographiste ou sportif = logé à la même enseigne ! Ce malus (qui tient plus de la malédiction) ne s’active qu’en zone montagneuse au dessus des 2000 mètres, et en Équateur des montagnes, y en a beaucoup ! Depuis l’extension « Cataclysm » de 2001 au royaume [USA] il est conseillé de mettre ses crèmes dans l’inventaire secondaire au risque de se les faire looter par les archers du Roy. Il y a également plus de contrôle et scans aux rayonsX. Le TP a un temps de chargement très long. Le meilleur parcours est de passer par [l’Espagne] via Madrid (2h), puis de filer vers l’[Équateur] (10h). ÉVITEZ de passer par le royaume [Venezuela] où le ninja loot des inventaires secondaires est très fréquent. Évitez aussi le royaume [USA] car il vous faudrait avoir chopé avant l’item « visa de passage » à l’ambassade, très chiant à gagner. Sur place : Si vous partez en groupe « voyage touristique » alors vous aurez très peu de problème car vous serez mené par un pro ou un autochtone. Si vous y allez en solo ou très peu de joueurs : vérifiez vos compétences linguistiques. Petit rappel historique d’IRL : le pays a connu plusieurs ethnies (Valdivias, Tolitas, Caras, Quitus, Panzaleos, Puruhás, Cañaris, Paltas, Incas …) mais assez récemment les espagnols sont venus loo- La raison invoquée par les programmeurs est le sang et l’oxygène. Dans les hauteurs, l’oxygène se fait plus rare dans l’air. Le sang n’en charrie donc pas assez. Pour résoudre le problème, le corps respire plus vite, d’où une grosse fatigue rapide car même avec ça il y arrive pas bien ! Donc même si vous êtes un sportif, vous vous tapez quand même le débuff car ce n’est pas les muscles qui sont en cause mais le sang. Le pire est plus vous montez haut, plus le malus est puissant ! Quito la capitale (de 2800 à 3000m) est déjà un terrain terriblement rude. Évitez à tout prix de courir ou de gesticuler bêtement au risque de provoquer un échec critique ! A 4000m vous risquez encore plus rapidement les pires symptômes comme le mal de tête sévère, trouble de la vue, nausée, vomissement, vertiges, gonflement des joues … et le plus terrible : coma. Le seul moyen de lutte à court terme est l’aspirine car celui-ci fluidifie le sang, le rendant plus véloce et permet donc d’irriguer un peu mieux les organes. Bien entendu il calme les douleurs et la fièvre. Pensez à l’eau aussi. Mais le meilleur remède est l’adaptation. Quand vous restez dans les hauteurs, le corps réagit en augmentant la production de globules rouges, permettant de transporter plus d’oxygène en une bouffée d’air. Mais pour cela il faut rester longtemps. On estime qu’il faut une semaine pour s’habituer, mais je préfère dire 10 jours pour plus de sécurité, car vous allez en Équateur pour visiter : vous allez bouger tout le temps. De plus, évitez de fumer, ça coupe le souffle, mais de toute façon personne ne fume là-bas. Si vous sentez les effets, le mieux est de redescendre. Pour aider à créer des globules rouges, voici un conseil : favorisez la viande et excluez le thé et café (tout ce qui a des tanins en fait). Ceux-ci empêchent l’assimilation du fer… hors, les globules rouges en ont besoin pour capter l’oxygène. Mais alors pourquoi ce méchant débuff est recherché par les sportifs ? Car quand vous redescendez au niveau de la mer, le débuff se transforme … EN BUFF ! ! Hé oui ! En bonus, car comme vous assimilez plus d’oxygène en une bouffée d’air, vous irriguez plus rapidement les muscles. Une sorte de dopage naturel ! - 100 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK Le lac dans le cratère du volcan Quilotoa ter le plus de PO possible, en massacrant pas mal de gens ou en les forçant à l’éducation linguistique espagnole. Puis, un momen,t les équatoriens (comme plein d’autres pays d’ailleurs) se sont fâchés tout rouge berzerk, et ils ont kické les espagnols … mais ils ont gardé des coutumes, certains styles architecturaux … et la langue. On parle donc bien espagnol en Équateur. Il faut au moins que vous ou l’un de vos camarades de jeu ait la compétence « espagnol » pour pouvoir vous débrouiller sans problème à travers le pays. La seule exception est la capitale Quito où le skill « anglais » peut marcher de temps en temps. Je l’ai déjà utilisé, mais comme ma coéquipière parle espagnol … ça m’a aidé ! Heureusement une bonne partie des équatoriens sont gentils et accueillants. bio diversité par mètre² au monde ! Il est estimé que 40% de la flore mondiale se trouve en Équateur et 60% des animaux (on y inclut l’océan). Pour vous donner une idée, il y a environ 10 000 espèces d’oiseaux dans le monde : presque 800 en Europe, pour plus de 1 600 en Équateur. Ils possèdent les quatre grands types de paysage : montagne/vallée ; jungle (amazonienne) ; plaine ; côte/îles. Leur visite n’est pas aisée mais elle rapporte un paquet de points si vous êtes un joueur au score. Il y a un nombre incroyable de zones à explorer. Cela vous donnera entière satisfaction ! Le climat printanier permet de faire pousser quasiment tout ce que l’on veut là-bas ! Gros producteur de bananes, ils font aussi dans le cacao et les roses (voir des plantations vaut le détour). Vous avez la forêt amazonienne à l’Est du pays où beaucoup d’animaux vivent. Des treks ou du rafting y est possible, mais prenez garde au paludisme. C’est le seul endroit du pays où il faut prendre des médocs impérativement. Vous pourrez aussi jouer à des mini-jeux marrants : « screenshot colibri » où il faut réussir le plus de photos possibles de ces oiseaux rapides. Sa variante « screenshot mariposa » consiste à photographier toutes les espèces de papillons d’une serre (le bleu est le plus dur). Leur gros point fort est les volcans ! Le « papa » Chimborazo qui est le plus haut volcan du monde à partir du moment où on considère qu’il est le plus éloigné du centre de la Terre, la « maman » Tungurahua, le Cayambe, le puissant Cotopaxi ou encore le Quilotoa avec un lac dans son cratère. Je conseille de grimper ces deux derniers car les vues sont impressionnantes de majesté et de beauté. Cependant faites très attention au débuff et bougez comme des escargots. Pour vous donner une idée, le dernier parking à voiture du Cotopaxi est tout de même à 4 600m. Vous n’aimez pas les montagnes et vous voulez découvrir la culture ? Il y a les classiques musés comme l’église de Guayasamin ou toute une ribambelle d’églises baroque. Le Mitad del Mundo est LE grand monument incontournable, où la ligne d’équateur y passe, avec son ARTICLE INVITÉ La criminalité : Le pays est quand même pauvre, mais il s’agit plus de « loot larcin » que de violence gratuite. Respectez les conseils classiques comme ne pas afficher ouvertement ses items rares comme collier ou bijou, garder un bon œil sur son inventaire rapide etc. VOILA ! Maintenant que nous avons vu les trucs chiants, passons au cœur de l’extension : le pays ! Comme dans n’importe quelle extension, l’intérêt est le voyage, la découverte et l’exploration. Et bien pour l’Équateur vous n’allez pas être déçu ! ! 90% des hauts faits que vous pouvez débloquer sont de la découverte ! Et il y a une grande variété qui plus est, bien plus que dans d’autres pays : paysage, culture précolombienne, architecture, cuisine, faune et flore... C’est le pays qui possède la plus grande - 101 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 19 novembre 2010 Page 142 numéro 19 novembre 2010 Page 2-342 numéro 19 novembre 2010 Page 4-542 numéro 19 novembre 2010 Page 6-742 numéro 19 novembre 2010 Page 8-942 numéro 19 novembre 2010 Page 10-1142 numéro 19 novembre 2010 Page 12-1342 numéro 19 novembre 2010 Page 14-1542 numéro 19 novembre 2010 Page 16-1742 numéro 19 novembre 2010 Page 18-1942 numéro 19 novembre 2010 Page 20-2142 numéro 19 novembre 2010 Page 22-2342 numéro 19 novembre 2010 Page 24-2542 numéro 19 novembre 2010 Page 26-2742 numéro 19 novembre 2010 Page 28-2942 numéro 19 novembre 2010 Page 30-3142 numéro 19 novembre 2010 Page 32-3342 numéro 19 novembre 2010 Page 34-3542 numéro 19 novembre 2010 Page 36-3742 numéro 19 novembre 2010 Page 38-3942 numéro 19 novembre 2010 Page 40-4142 numéro 19 novembre 2010 Page 42-4342 numéro 19 novembre 2010 Page 44-4542 numéro 19 novembre 2010 Page 46-4742 numéro 19 novembre 2010 Page 48-4942 numéro 19 novembre 2010 Page 50-5142 numéro 19 novembre 2010 Page 52-5342 numéro 19 novembre 2010 Page 54-5542 numéro 19 novembre 2010 Page 56-5742 numéro 19 novembre 2010 Page 58-5942 numéro 19 novembre 2010 Page 60-6142 numéro 19 novembre 2010 Page 62-6342 numéro 19 novembre 2010 Page 64-6542 numéro 19 novembre 2010 Page 66-6742 numéro 19 novembre 2010 Page 68-6942 numéro 19 novembre 2010 Page 70-7142 numéro 19 novembre 2010 Page 72-7342 numéro 19 novembre 2010 Page 74-7542 numéro 19 novembre 2010 Page 76-7742 numéro 19 novembre 2010 Page 78-7942 numéro 19 novembre 2010 Page 80-8142 numéro 19 novembre 2010 Page 82-8342 numéro 19 novembre 2010 Page 84-8542 numéro 19 novembre 2010 Page 86-8742 numéro 19 novembre 2010 Page 88-8942 numéro 19 novembre 2010 Page 90-9142 numéro 19 novembre 2010 Page 92-9342 numéro 19 novembre 2010 Page 94-9542 numéro 19 novembre 2010 Page 96-9742 numéro 19 novembre 2010 Page 98-9942 numéro 19 novembre 2010 Page 100-10142 numéro 19 novembre 2010 Page 102-10342 numéro 19 novembre 2010 Page 104