42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ARTICLE INVITÉ PORTNAWAK que l’on dit que les dieux lui accorda le bénéfice d’une constellation, celle du Troll, baignant le ciel des ses vitupérations passées. Mais revenons, si vous le voulez, Ô chers amis, à notre sujet. Les trolls fabriquèrent donc monts et monts pour conquérir le royaume des cieux. C’est alors qu’un dénommé Adolph Zeus, dégoûté par ces immondes bêtes, foudroya leurs édifices, jusqu'à ce qu’ils ne deviennent que poussières. Chapitre 4 : Zeus, la colère de Dieu. Adolph Zeus, non content d’avoir appris une nouvelle trop fraîche pour qu’elle soit divulguée, l’horrible festin de Lycaon, fit venir l’ensemble des dieux à la maison de la voix lacteuse. Il y tint un grand conseil que les écrits anciens retranscrivent comme ceci : « L’ensemble du groupe prend la parole : HEIL ZEUS !!! !!! !!! !!! (tout le monde lève la main droite vers le ciel). Zeus lève aussi sa main, en guise de réponse. Mein amis, mein amis. L’heure est grave. Je vous convoque ici pour vous faire part de ma grande inquiétude au sujet des Greeks. Il s’agit là de prototypes, bien sûr, mais j’aurai pourtant misé, mein Gott, sur une plus grande réussite ! Muse SS, dieux, demi-dieux, nymphes de la gestapreek, faunes, rien Ô lecteur, engloutir ta crasse ignorance sous un monceau de savoir me fait le plus grand plaisir. Adolph Zeus est un haut dignitaire de l’univers, et plus particulièrement de la Terre. Après avoir échoué durant le 24ème millénaire, il prit enfin des fonctions politiques en tant que Chancelier Terrien au 33ème millénaire. Durant son règne sans partage, il assista à son grand dam à la corruption des Greeks. C’est alors qu’il mit en place avec son ami dieu Himmler Vulcain un processus de rétablissement de l’ordre. Seulement rien n’y a fait. Intervient donc le jour relaté dans l’article où il décida de détruire les greeks. n’y fait ! Que me vaut cet échec ? Pourquoi dois-je subir cela ? Les graphormismes ne sont que des pierres nom de dieu ! Et ce Lycaon, ayant voulu me tuer lorsque je descendis sur Terre. Har, mein amis, que n’ai-je pas vu durant ce voyage… Tout puait. Les uns se tripotaient, seusl, devant de misérables images appelées jiffe représentant des courtisanes dégoûtantes. D’autres jouaient à se frapper, à coup d’épée. Et encore d’autre se prenaient pour des Dieux qu’ils appellent super-héros. Veulent-ils connaitre ma foudre, la foudre de BLONDI ? Misérables créatures greeks, voleurs d’argent, voleurs de ressources ! Vauriens, marauds, enflures et pourritures ! J’en jure par les fleuves infernaux baignant les bois du SS… STYX sous la Adolph zeus lors de l’extinction de la race greek. On peut voir avec assez de netteté son sceptre Blondi, incarnation terrible de son défunt amour. Au fond à droite, un greek se fait carboniser par les éclairs. (Photo prise lors du 42ème millénaire à un endroit nommé Courchevel par Adolph Zeus lui-même (les initiales en bas à droite en témoigne, malgré le D, signifiant tout simplement Dzeus, son nom d’artiste). - 62 (42lemag.fr) - ADOLPH ZEUS, C’EST QUI DÉJÀ ? Il eut de nombreuses relations. L’une des plus fortes fut avec son chien, animal existant à l’époque. Ce chien s’appelait Blondi, et il l’aimait passionnément. Adolph Zeus gardait sa forme humaine pour lui faire l’amour. Seulement, une semaine de trop grande distance et de retrouvailles un peu trop enthousiastes de la part de Zeus causèrent la mort de Blondi. Ce fut un terrible jour. Il décida donc de réincarner le chien en sceptre, le célèbre sceptre Blondi lanceur d’éclairs, et ainsi perpétuer sa mémoire à travers les âges et à travers les morts. terre, vous allez crever raclures ! HEIL ZEUS ! HEIL ZEUS ! Mort aux greeks, mort aux greeks ! Mes amis, il est temps. Partons. HEIL ZEUS ! Heil moi-même, dit Zeus, avec panache. » Et ils partirent. Adolph Zeus, lui, partit vers un endroit haut perché, tenant entre ses mains un fromage. Maitre re… Zeus tenait entre ses mains le terrible sceptre lanceur de foudre : Blondi. Sous une voix cataclysmique, il le brandit en l’air et lança mille foudres sur la terre. Cette dernière se mit à trembler, et à s’effondrer. Les eaux se mirent à bouillonner et à recouvrir la terre. Les greeks, eux, se fient massacrer, brûlés par les foudres. Femmes, enfants, hommes, célibataires, célibatrices, tous, tous moururent sous les eaux et les éclairs… Sauf… Conclusion partiel. C’est ainsi que s’achève ce premier récit des Métanévroses. Si Dieu le veut, la suite sera dans le prochain épisode avec pour héros Kratos Statham, le Sulfureux dieu Himmler Vulcain, une génisse blanche appelé Loanna et, enfin, de la tripaille à souhait. Olive is born
Mr Egg fait flipper (pas l’animal)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :