42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
PÈRE OBI, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE PORTNAWAK surréaliste et angoissante. Une voix qui avait tout de spectrale monta dans les airs, semblant provenir à la fois de partout et de nulle part, mais tout le monde put entendre bien distinctement un « Kill It With Fire !!! » Les dragons rompirent aussitôt leur formation pour s’éparpiller tout autour du bâtiment, et se mirent à piquer sur les remparts dans des hurlements stridents faisant furieusement penser aux tristement célèbres Stukas. Bénéficiant de l’aptitude naturelle Napalm +8, ils crachèrent des gerbes de flammes et Robert compris alors l’utilité de la fumée, elle permettait de limiter le champ de vision des dragons qui manquaient ainsi de précision dans leurs attaques. Evidement certains jets faisaient mouches et certains remparts n’étaient déjà plus qu’un mur de flammes dans lesquels dansaient des torches humaines avant de s’effondrer. Mais les soldats semblaient aguerris, et dans le même temps, les dragons ramassaient des volées de flèches, souvent sans effet visible, mais certains étaient mortellement touchés et chutaient comme des pierres, bien souvent dans les précipices jouxtant la place assiégée. Robert, ayant un skillarc et flèches proche du néant, parvenait avec peine à décocher ses traits à une dizaine de mètres, gaspillant ainsi des munitions qui auraient sans doute fait mouche dans des mains expertes, et il le savait. Après une période de concentration brève mais intense, celle avec la veine sur le front et la quiche qui se rapproche dangereusement du bord du four, il obtint un Goudzouitechhhppppffff (tu sais pas ce que c’est, bah relis la 1ère partie des aventures de Robert dans le numéro précédent, haha, pounaide by retro teasing) et eut aussitôt entre les mains une paire d’uzis qui lui semblaient bien plus adaptés à la situation. Il commença un véritable carnage sur les bestioles qui tombaient les unes après les autres, et ce n’est qu’au bout d’une vingtaine de frags qu’un dragon repéra la provenance des tirs. Il fît une volte et plongea sur Robert qui fut alerté à temps par son cri et lui vida un chargeur en pleine poire. Malheureusement, le corps sans vie de la créature continua sa course dans les arches métalliques couvrants les chemins de ronde, et en - 56 (42lemag.fr) - s’empalant dessus embarqua une grosse partie de la structure non sans arroser Robert et les quelques soldats autour de sang et de viscères. Quelques hommes furent embarqués par la chute des arceaux et l’effondrement partiel de la pierre tandis que Robert prit un headshot par un gros morceau de boyau qui l’envoya valser plus loin, lui évitant ainsi la gamelle dans la cour intérieure. Alors qu’il se relevait en maugréant et psalmodiant, il se rendit compte que déjà 5 ou 6 bestioles approchaient, ayant repéré la brèche des remparts. Tandis que les soldats les assaisonnaient de flèches, un des dragons put se poser sur le mur. D’un coup de queue il balaya 3 hommes, et d’un coup de napalm il en cuit 8, laissant seulement 4 hommes debout, dont le Pinprechou. La situation n’était pas brillante. Un rempart en feu, un autre pratiquement décimé de sa population, un qui résistait tant bien que mal, et celui de Robert, qui présentait une faille qui pouvait ruiner tous les espoirs de tenir la forteresse. Pour rajouter à l’effet dramatique de la situation, les uzis étaient quelque part entre la cour intérieure et le brasier. Robert eut beau se concentrer de nouveau, point de Goudzouitechhhppppffff… Alors que le dragon avançait vers lui, son épée toute pourrie par la rouille se rappela à son bon souvenir. TO BE CONTINUED… obi
I. Préambules : les différents cancéreux Il faut savoir une chose, que j'ai dit rapidement en intro : tout le monde est vulnérable face aux cancers. Même Chuck Norris. je parie même qu'il mourra de cette funeste maladie. Prenez les paris, le colon est coté à 25 contre 1. Le cancer donc. Qui touche aussi bien les gamins que les vieux. mais aussi les bonnes femmes, les mecs qui veulent trop bronzés. On distingue donc : Les petits cancéreux, ceux qui font engendrer le plus de réaction à base de "baaaaaaaaaawwwwwwww c'est trop triste comme maladie". Les femmes cancéreuse du sein. On en parle de plus en plus, car il s'agit d'un cas de plus en plus fréquent. Un cas particulier qu'on est plus enclin à préserver plutôt qu'à exterminer. Quand il s'agit uniquement de beaux boobs. Si les boobs sont moches, ça passe à la trappe. Comme pour les vieilles. Elles coutent chères. Les vieux. Les plus chiant. Ils se plaignent, nous parle de leur souffrance, et veulent encore vivre malgré leur âge avancé. Mais - 57 (42lemag.fr) - PORTNAWAK Comment se débarasser La France est en crise. Le monde est en crise. Et bien que l'état veuille réduire ses dépenses, on y croit à moitié (comme d'hab'quoi). Du coup, faut se serrer la ceinture, faire des économies, renflouer les trous dans la caisse. Et aussi sacrifier certaines dépenses. Et parmi ces dépenses, y en a qui coutent cher à tout le monde : les cancéreux. Une maladie bien grave qui touche tout le monde, de 0 à 99 ans.comment s'en débarrasser et faire des économies sans que tout le monde bronchent ? Un sujet bien épineux et délicat. des cancéreux ? Sans se faire griller quand je dis vieux c'est supérieur à 70 ans, pas 50. La soixantaine est la limite, la zone un peu charnière. Il coutent pas DOSSIER TOUT CE QUE DÉNONCE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :