42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
PÈRE OBI, RACONTE NOUS UNE HISTOIRE PORTNAWAK La petite troupe reprit la route, toujours en moto. Robert commençait à se poser des questions plus précises sur ce monde. Ils avaient roulés des centaines de bornes, pas de pannes d’essence, il n’avait rien mangé depuis sa pizza 4 fromages anchois miel piment de la veille et n’avait même pas faim, ni soif d’ailleurs alors qu’avant l’arrivée au saloon il se sentait dessécher. Malgré les efforts répétés, le stress et l’absence de douche, il ne puait pas non plus… C’est au milieu de ces considérations métaphysiques qu’il arriva dans le village de Huhérelle. La fille avait raison, pas de dragons, limite une déception pour lui qui en piaffait d’impatience malgré une bonne trouille bien dissimulée. Huhérelle était un petit village, tout transpirait la pauvreté, le moyen âge et les rues coupe-gorge. Chaque bâtisse semblait sortir d’un livre d’archéologie, et les autochtones n’avaient pas l’air mieux lotis. Pourtant ils n’avaient pas l’air intrigué le moins du monde par le groupe ni leurs montures, et encore moins par l’Equus Caballusaure. Celui-ci prit d’ailleurs la tête du groupe et les dirigea vers une place pour y garer les motos et poursuivre à pieds dans les ruelles étroites menant vers les hauteurs du village. Ils s’avancèrent donc dans la maigre foule, évitant les caniveaux nauséabonds, les poubelles et les clodos. De multiples embranchements se présentaient et à chaque fois, le Poneysaure prenait une direction, sans aucune hésitation, suivant à priori les panneaux indicateurs, sans que Robert n’en fût certain. Ils laissèrent donc derrière eux quelques chemins menant à des lieux qui inspiraient plus ou moins confiance à - 54 (42lemag.fr) - Pinprechou, tel que les écuries, la léproserie, « la taverne du Friouifi » ou encore « le crachoir à mémère » … Après une bonne heure de marche en ville et dans ses hauteurs, ils arrivèrent devant un bâtiment lourdement fortifié, muni de nombreuses meurtrières et dont les chemins de ronde étaient couverts par des voutes métalliques desquelles sortaient de longs pals. A n’en pas douter, c’était une forteresse, et au vu des parties endommagées, elle n’était pas récente et avait connue des années sombres. Le poney tyrannosaure menait toujours la troupe et se présenta devant la porte massive des lieux. Après un bref échange avec un garde dans son langage si particulier, la porte pivota sur ses gonds pour laisser voir une cour intérieure exigüe emplie de caisses et de tonneaux. Un homme en armure s’avança vers Robert : Monsieur Pinprechou, nous vous attendions. Mais euh, pourquoi ? Cette place possède un accès vers la catapulte à Flamby, et Fluffy le sait. Nous gardons la place tant bien que mal depuis des décennies, mais nous nous affaiblissons peu à peu. Votre venue va changer les choses.
Et donc moi je suis censé faire le héros et tout péter à moi tout seul ? Va falloir arrêter les jeux vidéos les gars hein ! Pis des décennies vous dîtes ? Mais je suis arrivé hier, et le monde se façonne grâce à moi. Alors soit vous me prenez pour un jambon, soit vous êtes complètement à la masse. Enfin moi j’dis ça c’est pour vous hein… Pis vous êtes qui d’abord ? Je comprend votre désarroi, mais sachez que tout comme l’environnement, l’espace temps est dépendant de votre inconscient, ce qui signifie que certains lieux que vous visiterez seront chargés d’histoire et d’autres seront vierges. Quand à mon identité, je suis le capitaine de la garde du château d’Hachetétépay, et mon nom est Queurque. Le capitaine Queurque, j’en desquame de rire… A ces mots, un second bougre arriva en courant et s’adressa directement au capitaine. L’activité anticyclonique s’estompe et la chute des pressions amène une grosse formation nuageuse qui sera à l’origine de fortes précipitations accompagnées d’orages dans les heures qui viennent. Robert cilla à peine devant ce bulletin météo qui semblait rendre nerveux Queurque. Déclenchez la sirène, ouvrez les puits, et que tout le monde se mettent à son poste !!! Le présentateur météo partit en courant et tapa sur un gros bouton rouge avant de s’engouffrer par une porte du château. Une sirène à la Silent Hill se déclencha. Le ciel s’obscurcissait déjà au loin et peu à peu le village en contrebas disparaissait, toutes lumières éteintes, tandis que les hommes du village arrivaient au pas de charge. Chacun semblait connaître très bien, trop bien son rôle et telle une gigantesque représentation théâtrale, la forteresse vivait et s’animait des faits et - 55 (42lemag.fr) - gestes des soldats. PORTNAWAK Robert se trouva également armé et invité à rejoindre un des remparts pour prêter main forte. Alors qu’il se demandait pourquoi il se retrouvait avec un arc et des flèches sur un chemin de ronde, il put apercevoir au pied des remparts des hommes s’affairer à bouger de lourdes dalles rondes. Chaque dalle ouverte laissait apparaître une bouche béante dont s’échappait une fumée grise qui enveloppait peu à peu le château. Étrangement, elle ne gênait en rien la vision malgré sa densité et Robert pensa immédiatement à un Fog of War cheaté. Après quelques minutes, la sirène s’arrêta, plongeant les lieux dans le silence, chaque homme à son poste, le regard rivé vers la masse nuageuse qui approchait à grande vitesse. Robert ne pu déterminer le temps qui s’écoula entre cet instant et celui ou il découvrit la composition de ce nuage, tout ce qu’il savait, c’est que son envie de voir des dragons allait être satisfaite, et pas qu’un peu. Des dizaines de bestioles de la taille d’un avion de chasse fondaient sur la forteresse, sans autre bruit que le claquement de leurs ailes, rendant la scène DOSSIER PÈRE OBI, DÉNONCE RACONTE NOUS UNE HISTOIRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :