42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
PSYCHOLOGEEK PORTNAWAK Je vois... Y'a juste les bamboulas, on arrive pas à les mettre au turbin. Sont lourdingues, ils passent leurs temps à se taper dessus dans leurs pays plein de désert. Alors on leur échange des armes contre des diamants, ou du lithium. Je sais pas à quoi ça sert ce truc, mais ça se revend super cher aux chefs des usines niakouées. Je l'ai toujours dit : le monde, il est mondial. Ah oui, le lithium... C'est la matière principal de la literie, ou de la littérature. Enfin je crois. Ouais enfin, un truc pour les ch'tits n'ouvriers, pour qu'ils puissent bien travailler dans leurs ateliers toxiques, quoi. Oui oui... Donc ensuite ? Ça a commencé à être pas clair dans ma tête. Je suis devenu conseiller du président des États-Unis... Lequel, le débile ou le noir ? Ben... les deux. Quel que soit le président, je reste son conseiller. J'ai mis du temps à m'habituer à Obwana, mais ça a fini par coller. Sa couleur, elle passe vachement mieux auprès des gauchos bien-pensant. Allez-y, continuez... Certains jours, je dirige ma World Company, et d'autres je conseille le président. C'est vraiment bizarre. J'arrive pas à déterminer qui je suis vraiment. Vous semblez souffrir d'un dédoublement de personnalité. Certainement de la schizophrénie. Et des fois, je m'occupe aussi du pape... Lequel ? Le Polak ou le Benito ? Les deux. Quel que soit le pape, je reste son conseiller, tout en étant à la - 50 (42lemag.fr) - World Company, et en m'occupant du président. Haha, intéressant... l'une de vos deux personnalités se serait dédoublée à nouveau. Vous êtes, en quelque sorte, schischizophrène, Et c'est pas tout. Il m'arrive aussi de diriger des laboratoires pharmaceutiques. Vous, les fromages-qui-puent, semblez appréciez les vaccins. Et d'autre part, avec le bordel en Afghanistan, je suis retourné faire le soldat-qui-joueaux-jeux-vidéos. Tout se mélange. De mieux en mieux. Mon pronostic vous concernant serait, au moins, une schi-schi-schi-zo-zo-phrénie. Mais qu'est-ce que je suis censé foutre de toute cette fucking arborescence de gens à l'intérieur de moi ? Ne vous inquiétez pas. Vous êtes en sécurité. Maintenant que nous nous connaissons un peu mieux, je vous propose de nous appeler par nos prénoms. Le mien est Fred. Et vous ? Fred ? Vous vous appelez Fred Freud ? Oui. Écoutez, ça aurait pu être pire. Mes parents auraient pu m'appeler Tom-
tom. De toutes façons je les ai tués. Restons concentrés sur le sujet qui nous préoccupe, c'est à dire vous. Quel est votre prénom ? Je ne sais pas. Des fois on m'appelle John, d'autres fois Bob, Bill, ou Ted. Voilà qui n'est pas banal. Je n'ai pas de prénom, pas de parents, pas de famille, pas d'amis, pas de culture, pas d'histoire, pas de souvenirs, pas d'idées, pas de visions, pas de diplômes, pas de besoins, pas d'envies, pas de gras, pas de bras et pas de chocolat. Docteur Fred, c'est grave ? Vous avez de l'argent ? Oui, ça j'en ai plein. Alors en ce qui me concerne, c'est pas grave. - 51 (42lemag.fr) - PORTNAWAK J'ai ce sentiment de ne pas vraiment être une personne. Tous les gens que je côtoie ont un nom et un prénom : Barak Obama, Oussama Ben Laden, Patrick Poivre D'Arvor, Bernard Henry-Lévy. Même votre nain là, le président de la Fromage-qui-pue-ie il a un prénom. Et moi alors ? Je suis rien qu'une marionnette crétine et scriptée. Nous sommes tous des marionnettes. Oui d'accord. Mais des marionnettes avec des identités. Sauf moi. Un fucking cliché vide comme un kinder blonde. Voilà ce que je suis. Même Mickey Mouse a plus de consistance que moi. Vous êtes un stéréotype. Mais vous devriez être fier de ce que vous représentez. Mais que d'alle, you bloody bollocks !!! On n'arrête pas de me dire que je suis le méchant, que je vais détruire le monde. C'est bloody relou à la fin ! Même si c'est du second degré. Placez-vous à un degré supérieur, par rapport au second degré que vous représentez, et vous vous apercevrez que vous dénoncez tout autre chose. Hhhheeeeuuuaahh ? ? Regardez-les, ces fromages-qui-puent. Ils vous dénoncent comme quelqu'un de borné, stupide, sans aucun sentiment. Ils vous reprochent de vous auto-proclamer juges du monde entier, et de décider des pays qui sont le mal et qui sont le PSYCHOLOGEEK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :