42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
SOCIOLLOGEEK IRL de cette manière. Comme en témoigne cette pluie d'insultes, toutes aussi ignobles les unes que les autres. J'exagère un poil, pour donner un peu de théâtralité à la chose, parce que j'aime bien l'emphase. Mais entre les "enfoiré de fils de pute, vous n'avez pas le droit" ou les "j'espère que vous allez crever, bande d'enculé", on a un parfait résumé et on voit bien la mentalité des gens en général. En clair, ces types se disent contre ce groupe et se disent partisans de la vie, que c'est pas bien de souhaiter la mort blablabla, de se moquer des gens qui ont du cancer. Déjà on ne se moque pas, on fait une blague graveleuse, de mauvais gout. Et ce qu'ils nous répondent représente parfaitement ce qu'ils veulent "dénoncer". Voyez le paradoxe. Ils arrivent en tenue de chevalier blanc, brandissant épées et lances, combattant l'ignominie et défendant la vie en proclamant que ce n'est pas bien de rire des cancéreux et qu'ils espèrent que nous allons crever dans d'atroces souffrances. Niveau en dessous du 36e sous-sol donc, bravo les gars, bel exemple. Ce qu'ils n'ont surtout pas compris, et c'est là le plus drôle, c'est que ce n'est qu'un groupe facebook. Lorsqu'ils rejoignent des groupes pour "lutter contre le - 40 (42lemag.fr) - racisme, la xénophobie", "sauver la petite Mélissa qui a un cancer de la peau et qu'il faut la sauver", "ne pas oublié ces petits jeunes tués pour rien", ils se donnent bonne conscience et pavanent, pensant qu'ils sont des gens bien parce qu'ils soutiennent de "bonnes cause". Alors qu'il n'en est rien, et que rejoindre des groupes facebook ne fait rien avancer du tout, à partir afficher sur son profil des conneries, et passer pour un débile/un neuneu/un hippy/un rebelle anti-conformiste qui achète des t shirt du Ché à 30 € chez Goeland. Que font-ils ? Donnent-ils à la recherche contre le cancer justement ? Est-ce que rire d'un sujet grave fait de nous des parias ? Doit-on juger quelqu'un pour son humour ? Pourquoi tout simplement n'ignorent-ils pas ce qu'ils n'aiment pas ? Pourquoi ne passent-ils pas à côté ? Faut m'expliquer. Conclusion Dans la mentalité des gens, on ne peut plus rire de tout. On ne peut plus dire ce que l'on pense, de peur de brutaliser des esprits chagrins. On ne devrait pas rire de la mort, de sujets graves. Mais est-ce que cela fera changer les choses ? Estce que SIDA disparaitra si on arrête de faire des blagues dégueulasses dessus ? Est-ce que les gens seront plus sensibilisés qu'ils ne le sont, si on arrête tout cet humour ? Car comme l'a dit un célèbre chanteur qui pue la merde, que vous retrouverez tout seul comme des grands : "mieux vaut en rire que s'en foutre" Draxx
Le mois dernier, un lecteur – je sais plus qui c'est – a proposé à 42 que je ponde un article sur les Belges. Je sais pas si ce nioub a fait ça sachant que je connais bien cette contrée d'étrangie ou/et en sachant que j'ai justement passé la semaine dernière là-haut, mais bon, au final, on s'en branle Marcel. Parler des belges, vaste programme dois-je dire... En fait je sais pas trop par quel morceau attaquer la baleine, alors je vais juste faire ça en pur freestyle en traitant les principales caractéristiques de nos amis au pays divisé en 1/3. Les Belges, putain, c'est quoi cette langue sans dec' ? Mon petit plaisir avec les belges, c'est de les emmerder avec certains mots. Par exemple, en Belgium, le verbe "pouvoir" semble ne pas exister. Du coup, pour demander un truc, ils sortent une phrase conne du genre "tu sais me passer le sel dis ? " S'ensuit un dialogue de cons : Ouais, je sais te passer le sel *30 secondes passent* Dis Polo, tu sais me passer le sel ? Ouais, je sais, tkt Bah, passe le moi bordel !!! Aaaahhh, tu voulais savoir si je POU- VAIS te passer le sel ? VTFF connard ! J'adore :') Les Belges Entre réalité et... euh... bah réalité Y'a plein d'autres mots comme ça, comme "les poches" qui désignent "un sachet" ("tu saurais me passer un poche dis ? " "bah c'est-à-dire qu'elles sont cousues donc bon..." "t'es vraiment un gros con Polo" "merci") et des fois, les Belges - 41 (42lemag.fr) - font des combos linguistiques comme : "Je saurais te sonner tantôt et je te dirais quoi". Ça, en gros ça veut dire, dans une vraie SOCIOLLOGEEK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :