42 n°18 septembre 2010
42 n°18 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Noir c'est noir... mayrde, on n'y voit rien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
CRITICAGE DE FILM CINEMA C'est arrivé près Croyez pas que ce soit une thématique belge hein ! Mais bon, entre mon article en retard sur les belges (en fait je voulais pas faire comme ces nazes de rédacteurs conformistes, je préfère faire mon article un mois après, tak !) et maintenant, un film de belge, on pourrait le penser. Non non, là, je vais vous parler d'un sommet de bon goût, avec des vannes pas grasses du tout, politiquement ultra correct avec de grandiose scène de cinéma, attachez vous les enfants, voici "C'est arrivé près de chez vous" feat. Benoit Poelvoorde Premier contact de chez vous Le summum du bon goût ne pouvait venir que de Belgique ou d'Allemagne voir d'Inde mais ça compte pas Le passage "Comment lester un corps" Les deux premières séquences du film annoncent la couleur : Poelvoorde étrangle une femme, de façon relativement froide, dans un train, comme ça, sans raison apparente, puis nous explique ce qu’est « lester le corps » et pourquoi il faut le faire, et surtout, comment pondérer le corps en fonction de la victime, (« 1 seule fois pour les nains, les os sont beaucoup plus lourds hein ») pas mal pour commencer. La suite ? Heu … bah notre personnage principal va voir sa famille et nous la présente, mère, grandmère, grand père dans « le magasin - 26 (42lemag.fr) - familial », apparemment, c’est un bon fils, un « gentil garçon » même, mais putain, qu’est ce que je suis en train de regarder bordel de merde ? ? ? Ca sent un peu la vieille France, enfin plutôt la vieille Belgique si j’en crois l’accent de malade des divers personnages qui passent à l’écran. Mais bordel, c'est un épisode de Striptease/Confessions Intimes ou un "vrai film" ? Striptease, le retour Bon, le passage avec la famille, bien que court, est un peu pèle couille, et plutôt sans intérêt, vivement la suite. Tiens, séquence suivante. « Tu vois, généralement en début de mois, je me paye un petit facteur », mais wat ? Sans déconner, je sais pas ce que je suis en train de matter, mais ça sent l’épique ! En fait, on est devant un film qui semble amateur, tourné caméra à l’épaule (en noir et blanc) où le personnage principal tue des gens, sans raison apparente à part faire du fric. On va donc le suivre dans son quotidien, entre "sa vie profes-
sionnelle" et ses connaissances. Allons donc à la rencontre de Jenny, Rémi, Malou et compagnie, le tout agrémenté d'une valise de meurtres. Ca pourrait être super chiant comme film, sauf que non, C’est arrivé près de chez vous n’est pas un film comme les autres, oh que non … oiqfhnùqOPfkvpqùoirnzksqdtgjmek Entre les (magnifiques) tirades (celle sur l’urbanisme est cultissime) de Benoit - qui a un côté poète qu'il aime nous faire partager - on a droit à des meurtres de sang froid plus trash les uns que les autres, et, tout le monde y passe, les pauvres, les riches, les vieux (« ET MAMIE TROMBLON ELLE S’EST DEJA FAIT TROMBLER MAMIE TROMBLON HEIN §§§ »), les noirs, et … même les gosses … Apparemment l’humour noir est clairement dans le cahier des charges du film, j'airais même jusqu'à dire que c'est LA constante du film. C'est vrai que entre le « boire un petit Grégory » (qui colle très bien à l'époque de la sortie du film - 1990 -) et surtout, le meurtre d’un gosse en banlieue, étouffé sous un poster des Chevalier du Zodiaque, le second degré est hautement conseillé pour regarder ce film sous peine de ressentir un profond malaise. Ce passage du gosse étouffé est d’un noir inouïe, vraiment et, si vous vous amusez à montrer ça à vos ainés, vous On boit un P'tit Grégory ? pouvez être sûrs de profondément les choquer (et vous allez aussi p’têt gagner un séjour chez le psy …). Le pire c’est que le film tout entier est sensiblement de cette veine, comme cette scène du viol collectif « C’est la ronde de nuit chut, plus de bruit » qui semble plus être une partie de rigolade pour Benoit and co. Encore une fois, j’imagine le genre de réaction que pourrait avoir une personne - 27 (42lemag.fr) - CINEMA ayant été violée en voyant ça … Enfin bon, moi je suis un gros connard, donc ça me fait grassement marrer du coup … Quoi en retenir En gros, tout dérange dans ce film, les scènes invraisemblables, les enchainements sans queue ni tête, mais surtout les meurtres gratuits, les tirades atrocement violentes/racistes/homophobes. Il faut savoir que quand ce film est sorti, il a quand même fait un sacré bordel tant il était trash. Le côté « documentaire » accentuant grandement en cadeau bonus. Il serait, je pense, aujourd’hui impensable de ressortir ce genre de film tant il y aurait une récupération politique terrible, et ça, c’est moche, tr ès moche. Pour conclure, C’est arrivé près de chez vous est un film TRES bizarre et dérangeant, mais, c’est aussi et surtout un chef d’œuvre d’humour noir, c’est même peut-être LA référence cinématographique de l’humour noir, mais, attention, c’est très clairement un film qui n’est pas fait pour tout le monde. En tout cas, moi, je suis fan. Malou ? Nichon ! CITATIONS CULTES Polo « L’amour laisse comme une trainée de souffre, comme une odeur qui traine (…) un peu comme quand tu vas pisser et que tu sens tes doigts » « Ohohoh les saligauds, un veilleur de nuit noir, ça si c’est pas un coup dans le dos, c’est dégoutant ! » « Tu sais que les noirs s’entendent très bien avec les animaux, c’est très connu ça, ils ont une façon de leur parler » « Seigneur, roh c’est quand même bien fait hein, allez, remballe tout ça Rémi c’est écœurant à la fin, tu te rends compte que ce gosse n’a même pas 18 ans et qu’il est déjà bâtit comme un mulet » « Tu ne te permet juste rien du tout, d’abord tu vas me soigner cette vilaine peu et après tu te permettras » « Regarde moi ça, dans 10 ans, cette petite garce elle sucera des bites comme sa mère » « Gamin, gamin, allez viens gamin, c’est pour rire gamin, allez viens, allez, tu vas pas rester seul dans ce bois hein » « Je n’aime pas l’infanticide, le gamin ne rapporte rien Rémi, théoriquement il n’est pas solvable » « Il faut y aller en douceur, comme un petit oiseau qui rentre au bercail, sale putain, sale putain, sale putain, ELLE GUEULE REGARDE ELLE GUEULE §§§ » CRITICAGE DE FILM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :