42 n°17 jui/aoû 2010
42 n°17 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 75

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : la narration made in sushi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
IRL SOCIOLOGEEK quand le gamin le fait chier. Et un jour, il se met à lire "Sa Majesté des mouches", qui raconte l'histoire de gamins rescapés d'un accident d'avion, et leur vie sur une île déserte tentant de survivre (Lost en mieux quoi). Allez sur wiki pour un sumup z'êtes grands. Et là c'est la révélation : "LES ENFANTS SONT DANGEUREUX ! " ils sont fourbes et ne reculeront devant rien pour tous nous écraser, qu'il se dit le rôliste. Terrorisé par ce récit subversif, bien que génial, le rôliste commence par faire des cauchemars. Que va-t-il se passer s'il fait un enfant avec sa chérie rôliste ? Comment va-t-il gérer le fait que son enfant se retourne contre lui ? Les jours passent, et à mesure qu'il sort de chez lui (c'est à dire peu de fois), il ne voit que des gamins qui se tapent entre eux, des gamins défiant l'autorité... bref notre rôliste voit sa société se diriger vers le chaos ! Il rêvent déjà du jour où les enfants domineront le monde, après un fumble critique mondial en jet de perception de la part des adultes, qui ont ce célèbre dicton en tête : "la vérité sort de la bouche des enfants". Et devant cette confiance aveugle, ces petits chiards en profitent pour renverser l'ordre et balancer le mot en M à toutes les sauces... Du moins dans son rêve C'est ainsi, pour apporter l'équilibre à cette société, dans un RP somme toute très théâtral, que le rôliste décide de capturer et de manger des enfants "pour le bien de tous". Il réussit même à convaincre certains de ses amis, à travers un scénario qu'il a monté. Et de ce fait, le MJ est un PJ, ce qui est contesté par tout le monde, mais notre rôliste en appelle à la raison et au cas de force majeur "on va tous mourir à cause des Le rôliste, lui, a tout compris à la vie gosses". Le rôliste, par sa clairvoyance et son recul a pu voir avant tous les autres le danger que représentent les enfants. La fin de l'espèce humaine, des graines de chaotique mauvais qui grandissent pour finir bandits de grands chemins ou bandits de petits chemins en cité. Lui seul est persuadé de vivre dans un monde dont le futur sera à la merci de ces chérubins. Il a décrypté tous les films avec des teignes agés de 12 ans maximum. Et depuis, il a une peur panique, il interprète chaque faits et gestes de gamins qu'il voient dans la rue, surtout aux portes des écoles, où ces vauriens de pensent qu'à dire "MAMAN J4AI FAIM, MAMAN J4AI FAIM ! " (en CAPS LOCK dans le texte). Cette volonté d'être obéi, d'être satisfait, n'est que le premier signe avant coureur. Et en plus ça le fait chier parce que ça fait du bruit. Et ç'a un gout d'orc cuit, c'est succulant. Quand le metalleux veut révolutionner le heavy metal Le metalleux, encore une frange de la population sujets à moqueries et quolibets tous aussi sordides les uns que les autres. Sataniste, nazis, pédophiles, mangeurs d'animaux, bouffeur de troutrou de poney... il y en a légions, tellement qu'en fin de compte, les metalleux s'en foutent. Et puis ils vivent avec. Certains se font des peintures bizarres sur la tronche, vont dans les bois et rendent hommages aux chef d'oeuvres clipesque de Immortal, tandis que d'autres ont l'air de gens normaux mais qui écoutent du slam death des plus gutturaux, style Abonimable Putridity ou Devourement. Et y a ceux qui mangent des chèvres. Au milieu de tout ce beau monde, il y a les "hard kids", ceux qui veulent être plus ivol les uns que les autres, et qui vénèrent (non du verbe vénérer) les Légions Noires, ou encore se sentent l'âme de rebelles en clamant haut et fort que Slipknot, c'est pas commercial du tout. Et puis il y a les autres, qui n'en ont rien à foutre de tout ça, et qui peuvent aussi bien écouter un branlage de manchemetal que du death metal immonde. Un rôliste en plein grandeur nature Mais focalisons-nous sur le hard kid, ou - 40 (42lemag.fr) -
IRL jeunes enfants sur son perfecto en cuir, et lui donner de nouvelles couleurs alors le metalleux qui s'y croit encore et, à contrario du type qui reste fermé à tel style musical sans faire chier le monde, rejette tout le reste parce "THE MAINS- TREAM KILLED THE SCENE" ou quelque chose comme ça. Ce type, c'est un die hard. Enfin, c'est ce qu'il croit être. Et il est dégouté du monde. Son amour pour les pauvres lépreux de la pisse des Légions Noires le pousse à haïr le monde entier : ses parents, les gens, ses camarades (sauf ceux qui ont les mêmes gouts que lui), son chien, sa soeur, et tous les autres gens. Il a toujours les sourcils froncés, ne sourit jamais et possède un sac bariolé de truc bien blasphématoire envers le bon gout, pour faire chier son lycée. Faut pas le faire chier. Lui au moins c'est un vrai metalleux. Et quand un type flanqué d'un t shirt de Korn vient le voir, il s'empresse de lui cracher à la gueule en le traitant de "neofag" (d'autres diront newfags, l'appellation étant correcte) tout en le regardant de façon haineuse. Et il en a marre de voir tous pleins de gens devenir metalleux, et écouter de la merde de deathcore et autres metal-machin-chose-brutôl-slam-core. Depuis, il cherche un nouveau moyen d'être plus ivol que les autres, genre le type qu'on voit avec "SERIOUS BUSINESS" dans sa tête et sa tenue. En flanant chez son disquaire favoris à Paris, car c'est pas trop un pirate, il aime bien acheter des fois, il regarde des CDs, et puis il tombe sur la pochette qui tue, genre la pochette qu'il n'avait jamais vu. Jusqu'à présent, il était très à fond sur le Black Metal. Pour lui c'était la meilleure musique au monde. Sans pour autant haïr le death metal, ce n'était pas sa tasse de thé. Et puis il tombe sur cette pochette de Cannibal Corpse époustouflante, qui changera sa vie QU'importe, il prend le précieux sésame, et se l'écoute des heures durant chez lui. Bien que la "voix" de Barnes soit à chier, l'ensemble lui plait, et correspond à un nouvel état d'esprit qu'il affectionne parfaitement. Et cette pochette... Il a trouvé son nouveau cheptel : IL VA MANGER DES ENFANTS. Mais pas seulement. Manger des enfants, c'est bien, mais faut le montrer. Pas ostensiblement, mais de façon discrète et sans équivoque. Plusieurs idées germes dans sa tête aussi creuse que le département du même nom (oui bon ça va, je fais comme je peux) : Porter un pendentif d'oreille. Un différent par jour pour chaque enfant mangé Un collier de perles avec les yeux des victimes en guise de perles Coudre des morceau de peau de Composer des inscriptions avec ces même morceaux de peau et écrire "Butchered at Birth" au dos de son perfecto. Se faire des boucles d'oreilles avec une dent d'un enfant et d'autres. Seulement, il est tellement excité qu'il ne sait comment faire. Vu qu'il n'aime pas trop réfléchir, après avoir écouté du bon marduk, il se lance dans la recherche d'enfants à enlever et à manger. Ca tombe bien ! Sa maman lui a demandé d'aller chercher sa petite soeur. Elle doit avoir des copines qui trainent avec elle. Succès immédiat, ladite soeur ramène des copines. Avec une discrétion digne d'un ninja invisible même avec des écouteurs ipod, il arrive à enfermer une petite fille dans sa cave et en faire son 4h. Le rituel est typique d'une messe noire sordide : Black Metal + pentagram + autel bien méchant + tête de bouc en plastoc. En suivant à la lettre les paroles d'Impaled Nazarene, le voilà qu'il mange un enfant, cru (parce qu'il aime la viande crue) En attachant son cadavre dépecé au plafond. Il déclara plus tard à ses parent qu'il prépare un truc de ouf pour le concours Haloween du lycée. C'est avec un gourdin dur comme la pierre qu'il exhibe son premier trophée : un pin's en forme d'oreille humaine sur son perfecto. Avec quelque taches de sang évidemment. Quelques temps plus tard, il inspire respect et crainte, car il a prouvé à tout le monde que c'était un trve evil, grâce aux histoires de messes noires qu'il raconte. Conclusion Personne ne sait encore ce qui se passerait si les 3 personnes se rencontrent un jour, pour procéder à un sacrifice massif d'enfant. Ce qui est sur, c'est que le marché de la couche culotte serait en baisse, et plus personne n'ira regarder la télé le matin. Donc chute d'audience et plus de programme en matinée. Et puis on serait tranquille. Draxx SOCIOLLOGEEK - 41 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :