42 n°17 jui/aoû 2010
42 n°17 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 75

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : la narration made in sushi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
BD/COMICS Meet The Punisher DOSSIER DÉCOUVERTE C'est l'histoire d'un mec... qu'il fallait pas faire chier Le défi : Polo, raconte nous le Punisher ! (JJ) Vous avez tous plus ou moins entendu parler, ou vu un peu du Punisher. Que ce soit via ses comics ou ses films (le deuxième, Warzone avec Titus Pullo de Rome est franchement marrant), sa célèbre tête de mort blanche sur le torse ne vous est pas étrangère. Après, bon, ce qu'on sait du Punisher, c'est qu'après le massacre de sa famille, il s'est mis à dézinguer du méchant à la chaine. C'est vrai qu'en une seule phrase, c'est à peu près ça. Toutefois, je vous offre un petit voyage tout en finesse et en délicatesse chez un des meilleurs personnages jamais créé par Marvel. C'est parti pour un séjour entre des membres arrachés, des tripes à l'air, des têtes décapitées, des corps troués sans oublier les exécutions à mourrir de rire, recettes du large succès de notre héros du mois. Il faut le savoir, ce personnage transpire la classe et l'awesomeness, reste maintenant à répondre à cette terrible question : "Pourquoi Marvel a assassiné le Punisher deux fois en plus ? " Franchement, je sais pas... Ladies and Gentlemen, let me introduce you, Frank Castle ! Born nan je ferais pas de vanne avec Patrick Hernandez Tout commence par un joli pique-nique (ta mère) à Central Park. On rigole, on s'amuse, c'est la bonne humeur, des zozios qui pioupioutent (si ça existe !) et les chtites nenfants qui lolent. Manque de bol, des mafieux déboulent, se tirent dessus et la famille Castle, prisent en DP (ou feux croisés) meure, sauf Frank, qui est "juste très salement blessé". S'il ne meure pas physiquement, c'est moralement que Frank Castle nous quitta, il ne reste plus rien de lui, il devient le Punisher (*tadadada* musique dramatique). Ca c'est la théorie, enfin, celle que la plupart des gens connaissent. Avec cette version des faits, on se dit que ce bon Frank était un mec "normal" (enfin il était flic quand même, donc "normal", vite fait quoi...) sans emmerde, un type lambda quoi. Mais ça, c'est pas tout à fait vrai, pas vrai du tout même... Le Punisher n'est pas née à Central Park, il est née bien avant, au Vietnam. Dans une histoire appellé "Punisher : Born", ce bon vieux Garth Ennis (bah tiens, Garth Ennis, comme par hasard...) nous montre la VRAIE naissance du Punisher. Frank Castle (Francis Castiglione) est un capitaine au Vietnam, un putain de Capitaine. Il est extrêmement doué pour fumer du Jean Tchang, il survie à tout. Ce qu'il voit au Vietnam, et surtout ce qu'il y fait va complètement le changer. On sent (on voit même) qu'une partie de lui meurt. Cette partie en question, c'est - 32 (42lemag.fr) -
BD/COMICS celle qui contient la compassion, la pitié, l'empathie (l'amour ?) et tout pleins d'autres trucs tout mimi. Peu à peu, Frank va péter une durite et commencer à entendre une espèce de "voix" qui va le guider, lui dire quoi faire et même quoi penser. Pire, cette fameuse voix va le forcer à faire des choses pas jolies-jolies. Durant ce récit, on constate qu'elle deviendra peu à peu omniprésente et qu'elle va rendre Frank complètement taré. Elle le poussera même à faire des actes d'une violence inouie et totalement irationels, comme par exemple, balancer une grenade dans le chiotte de son supérieur et tuer/torturer les gens sans aucun remord. Fallait pas l'inviter. En fait, cette "voix" est une parfaite métaphore du mal qui frappe souvent les soldats lorsqu'ils rentrent d'une guerre, et, elle vise plus précisément les nombreux vétérans du vietnam ayant pétés un cable une fois retournés au bled. Grâce à ce récit (d'une incroyable violence, comme à peu près tout ce que fait Garth Ennis) on découvre une facette du Punisher jusqu'alors inconnue. Le Punisher n'est pas un oui-oui qui, un jour, est devenu une machine à broyer de l'enfoiré, non, il a toujours été comme ça, c'était latent. Il avait juste besoin d'un élément déclencheur, j'ai presque envie de dire "d'une excuse". Bon bah maintenant qu'il l'a et que la bête est lachée, voyons un peu ce que ça donne... Pas si méchant que ça, la preuve, il sauve Spidey ! Le premier anti-héros, mais en version hardcore Les anti-héros avaient un peu fait leurs trous chez Marvel depuis quelques années (Spider Man et Dare Devil en tête) mais le Punisher va lui plus loin, BEAU- COUP plus loin. Là où un Spidey met un point d'honneur à ne pas tuer ses adversaires et un DD à jouer les gros dur (sans vraiment l'être vraiment - jusqu'à ce que Frank Miller déboule -), le Punisher ne s'emmerde pas avec ce genre de considérations. Il fume sans vergogne ses cibles, ainsi que tous ceux qui se mettent en travers de son chemin (sauf les "vrais gentils" comme certains héros et il met un point d'honneur à ne JAMAIS blesser de flics), et, même s'il semble impassible, on sent qu'il prend un panard incroyable à fumer toutes ses ordures. En fait, le Punisher est comme vous et moi quelques part : quand on voit toutes ces ordures pédophiles/violeurs/tueurs, on a pas envie qu'ils jouent au billard pépère en mattant Doc House sur un Plasma (la prison en France quoi...), on a envie qu'ils y passent, et, tant qu'à faire, qu'il dérouillent sévère au moment d'y passer. Et ça, c'est le taff du Punisher, les fumer et les faire morfler. Et je peux vous assurer qu'il dégustent avant de clamser les méchants... Les histoires du Punisher sont incroyablement créatives quant à la façon de faire mourrir les malheureux opposés à notre Machine à Frag. Sans être exhaustif, disons que des riveteuses, des disqueuses et des couteaux suisses peuvent avoir des utilisons relativement originales... et franchement marrantes. C'est une débauche de violence (visuelle et implicite - raaahhh le passage du canif, que de bonheur :') -) sans précédent chez Marvel, ce qui eu d'ailleurs pour conséquence de faire grincer pas mal de dents (chez les gros sacs aussi y'a une espèce de "Familles de The USA") DOSSIER DÉCOUVERTE Punisher vs Barracuda, baston anthologique Le problème de cette violence à outrance est qu'à un moment donné, il faut être capable de réinventer un peu le personnage, on peut pas faire 20 ans de comics sur un gugusse qui fait toujours le même truc sauf qu'il le fait de façon toujours - 33 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :