42 n°17 jui/aoû 2010
42 n°17 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 75

  • Taille du fichier PDF : 17,4 Mo

  • Dans ce numéro : la narration made in sushi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
JEUX VIDEO toutes les autres. Et la magie de la Lumière qui est supérieure à celle de l'ombre (vive les gentils ! Ce sont les meilleurs !) TESTAGE Le placement des personnages les uns par rapport aux autre est super important. Certains ont le statut de leader, ce qui apportent aux personnages qui sont à moins de 3 cases un bonus sur la précision et son l'esquive, proportionnel à la capacité de leaderitude (indiqué en nombre d'étoiles). Et c'est pas de la taffiotade. Dans le même ordre d'idées, deux "Lovers" éloignées de 3 cases ou moins ont aussi un bonus sur la précisions et l'esquive. Et quand ils sont adjacents, ils ont plus de chance d'effectuer des coups critiques. Les mêmes effets s'appliquent aux personnages qui sont frères et soeurs. C'est le moment de pas oublier son arbre généalogique ! ! Mais le plus important c'est pas ça. En fait, l'histoire du jeu se déroule sur deux générations. Il faut donc former des couples pour la première génération, afin d'avoir des enfants le plus "optimisés" possibles pour la suite. (Le changement de génération se fait au chapitre 5). Comment ça fonctionne ? Il y a neuf personnages féminins dans le jeu. Le ou les enfants qu'elles feront sont prédefinis, concernant les noms et les tronches. Mais leurs caractéristiques, leurs objets, leurs attaques, etc... dépendront des deux moitiés du couple. Il faut donc bien choisir quelle femme se mettra en couple avec quelle homme. A priori, toutes les combinaisons sont possibles. Une femme ne deviendra pas forcément amoureuse. Dans ce cas, on récupèrera à la seconde génération un personnage de remplacement, qui est tout pourri. De plus Captain Obvious me signale que mettre deux personnages en couple n'est pas suffisant pour avoir le ou les enfants prévus, il faut aussi qu'ils restent vivants tous les deux. Oui mais comment former les couples ? C'est là où c'est un peu compliqué. Ca se fait pas comme ça. Si j'ai bien tout compris, il faut que les deux personnages soient souvent à côtés lors des combats. Si l'option Talk apparaît entre eux deux, ne pas hésiter à l'utiliser. Ca peut fortement aider. D'autre part, il y a deux couples prédefinis : Sigurd le héros avec Diadora, et Cuan avec Ethrin. Cette histoire de couple est une astuce de jeu vraiment intéressante. On peut reprocher que tout soit automatique lors de la montée de niveau des personnages, ce qui fait qu'on ne contrôle rien quant à leur évolution. ais en fait l'évolution se contrôle entre les générations de personnages. C'est là où on décide tout ce qu'on veut. Et "sur le terrain", ça amène un second niveau de contrainte concernant les tactiques. Car en plus de faire gaffe à bien placer ses personnages par rapport aux ennemis, par rapport aux leaders, aux frères/soeurs et aux couples déja formés, il faut aussi penser à les placer par rapport aux couples qu'on veut former. C'est un peu le tournez manège du jeu vidéo (Ingrid, est-ce que tu baises ?) Conclusion Eh ben c'est un chouette jeu. Ca m'a bien plu de le découvrir, même si j'ai quelque peu failé. Et le truc que je trouve chouette aussi, c'est ce sentiment de "nettoyer" une map des vilains qui la squattent. A l'heure des jeux où il est coutume de farminger comme un porc, en tuant 50 fois le même ennemi qui revient tout le temps ; avoir une influence sur son environnement et génocider des méchants pour de vrai, ça fait plaisir. (Non ce n'est pas un point Godwin) Et sinon, comme les japonais ne font pas les choses à moitié, sachez qu'il y a plein d'autres jeux de la série Fire Emblem, sur pleins d'autres consoles, et il y a même un jeu de cartes à collectionner. Réchèr - 18 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO Dynamite Headdy « Namite Headdy ! » L'été est là, et avec lui, sa traditionnelle cohorte de bouses cinématographiques. Que faire un soir d'été pluvieux quand on ne peut pas se planquer au cinéma ? Se planquer sous la couette avec Monsieur/Madame/un poneyz ? Oui, mais que faire 5 minutes plus tard ? Ne vous inquiétez pas. Tonton Cariboux a la solution : aller voir un spectacle de marionnettes. Stoooop ! Revenez ! J'ai pas fini, ce sera vous, la marionnette, et vous allez pouvoir balancer des coups de boule comme Zidane à un lolcat robot, et à toute une tripotée d'affreux ! Ça a l'air mieux déjà, non ? ARTICLE INVITÉ Techniquement Visuellement, Dynamite Headdy, sorti sur la Megadrive/Genesis déjà vieillissante, c'est une grande claque dans la gueule, avec une pelle. Pas d'effets de rotation de folie à la Mario Kart, ni d'explosions dantesques, mais plutôt une foule de détails, partout, des centaines, ça fourmille, zOMG CA ME GRIMPE DES- SUS ! Hum… Plein de détails disais-je, du pixel poli à la main, de la couleur chatoyante, une animation fluide, douce, souple, sensuelle fap fap fap, et même une 3D simulée du plus bel effet pour certains niveaux (Stair Wars et son boss Spinderella). Pour ce qui est du son, bah c'est bien simple, je me souviens encore de la plupart des musiques rien qu'en pensant à chaque niveau. Même les quelques samples vocaux sont tout à fait compréhensibles, ce qui était quand même assez rare vu la compression des fichiers sur le format cartouche. Scénaristement On est ici dans de la plate-forme pure, à part quelques niveaux de shoot aérien, alors vous me direz "osef du scénario ! " **BAFFE** Déjà, c'est moi qui raconte. Ensuite NON, osef pas, c'est suffisamment rare dans un jeu de ce genre pour qu'on s'y arrête. Ce n'est pas qu'il soit particulièrement original, mais au moins il existe et est dévoilé au fil du jeu sans aucun texte. La scène d'intro montre l'attaque de North Town par un robot géant qui enlève les paisibles marionnettes, y compris Headdy. Ils sont ensuite triés : certains partent en esclavage, d'autres au rebut, Dark Demon (le méchant, fear) ne fait pas dans la dentelle. Headdy est traité comme un déchet, mais se souvient que c'est lui le héros, et s'évade. Le jeu commence donc très fort : course effrénée avec le robot aux fesses, et des avions qui vous tirent dessus au canon, je vous dis pas la panique. Si vous êtes un vrai oufzor, vous pouvez même défoncer le robot pour un point bonus. Et puis quoi ? Et puis vous vous rendez compte que depuis le début, vous êtes sur une scène, que c'est souvent le sol qui défile sous vos pieds et non vous qui - 19 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :