42 n°16 juin 2010
42 n°16 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : mort et jeux vidéo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N'AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR premier a défini et jeté les premières lettres de noblesse du genre, tout comme Judas Priest qui introduira le « Metal God » à savoir Rob Halford (un gay, et oui, ton dieu est gay mouahaha) et sa voix haut perchée, caractéristique primordiale du genre (et aussi du thrash, d'une certaine manière). Le heavy metal à l’ancienne passe essentiellement par ces deux groupes. À ne pas confondre avec la New wave of british heavy metal, dont le porte étendard fut Iron Maiden. Ce heavy metal marque un peu plus le détachement du style vis-à-vis du blues, encore présent dans les années 1970. La NWOBHM se distingue par son caractère plus dur que son prédécesseur. Iron Maiden, Saxon, Def Leppard, Diamond Head, voici les groupes phares de cette période. Mention spéciale pour Iron Maiden, dont tous les albums des années 1980 sont des perles. Rien à jeter. C’est pas pour rien que ce groupe est devenu le symbole du heavy metal tout entier. Bouffer les discographies est une bonne chose, mais il faut mettre en avant les classiques ! Iron Maiden : The Number of The Beast, Powerslave, Seventh Son of a Seventh Son Judas Priest : British Steel (! !), Defenders of The Faith, Painkiller, Stained Class Black Sabbath : Toute la période Ozzy Osbourne, Heaven And Hell Saxon : Wheels of Steel,Denim and Leather Il ne faut pas s'arrêter à l'apparence. Bien évidemment, cette liste est subjective, et j'ai surement oublié quelques skeuds. Et je n'ai cité que la frange des vieux papys du heavy metal. Aujourd'hui encore, certains groupes perpétuent la flamme. Si vous avez déjà vu l'étiquette stoner quelque part, réjouissez-vous. Il s'agit ni plus ni moins que d'un certain revival du bon vieux heavy metal groovy et quelque peu gras. Un peu dans la veine du Sabbath. On y regroupe souvent beaucoup de groupes qui diffèrent musicalement : Kyuss, Queens of the Stone Age, High On Fire, Spiritual Beggars, Monster Magnet, Grand Magus, Cathedral... Des groupes aux guitares chargées de plomb, qui ne peuvent que vous faire taper du pied (selon les goûts bien sur). III. Je veux écouter quelque chose de bourrin, old school mais plus bourrin Tu cherches du thrash metal. La réaction au heavy metal, non pas dans un esprit de concurrence, mais plus une escalade dans la vitesse et la brutalité musicale. Bon nombre de trashers ont longtemps écouté du heavy metal, mais aussi un peu de punk et d’autres groupes bruyants comme Motorhead ou Venom. Le thrash metal symbolise la violence et l’exagération du metal. Ça joue vite, ça joue fort, ça gueule souvent, c’est tout le temps en colère, et ça défonce tout sur son passage même s'il y a des exceptions Pour ce qui est des groupes phares, il - 74 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK Le metal arrache-bite, ça va 5 minutes faut regarder vers la Bay Area, en Californie, le berceau du thrash metal tel qu’il a été popularisé. On cite évidemment le carré d’as du Thrash, inévitable : Metallica, Slayer, Anthrax, Megadeth. Seul Anthrax ne vient pas de la côte Ouest, mais de New York. Il convient donc de rajouter Exodus, pilier au même titre que Metallica. Y a pas à tortiller du cul, c’est vers ces cinq groupes qu’ils faut vous tourner. dans un esprit fun et à part, écoute Anthrax (ouais ce sont les intrus un peu). Beaucoup de choses ont été écrites à leur sujet « gnagnagna Metallica a la plus grosse », « Slayer ils ont toujours été intègres », et pleins d’autres balivernes. Durant les années 1980, les metalleux n’avaient d’yeux que pour eux, et à part Metallica qui était au dessus du lot (d’un poil de cul), tous les groupes se valent. Les années 1980 sont décidément l’âge d’or du metal, on pourra dire ce qu’on veut. Et avec ses groupes, on était servis question poutres. Voici les albums à écouter d’urgence : Metallica : Ride The Lightning, Master Of Puppets, soit deux albums de fous. Slayer : la trilogie Reign in blood, South Of Heaven, Season In The Abyss, le thrash dans tous ses états. Megadeth : Peace Sells, Rust In Peace, des leçons du genre. Exodus : Bonded By Blood, sorti à la bourre, mais qui n’a rien à rougir face aux autres. Anthrax : Spreading the Disease, Among The Living Bien entendu, ces groupes entraîneront une vague de second couteaux qui auront quelques beaux trophées, citons Death Angel, Testament. Dans le même temps l’Europe n’est pas en restes avec les terreurs allemandes que sont Sodom, Kreator, Destruction ou encore Tankard. Ces derniers perdurent encore, avec une verve somme toute intacte, bien que ça puisse tourner en rond selon les albums. Mais, comme pour le heavy metal, le thrash connait une seconde jeunesse, avec en premier lieu le retour d'an- TOUT CE QUE VOUS N'AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR Si tu cherches du bourrin technique de haute volée, écoute Metallica et/ou Megadeth Si tu cherches du thrash metal qui arrache la gueule sans anesthésie, écoute du Slayer et/ou du Exodus Si tu cherches du thrash qui poutre C'est glauque, mais c'est ici que tout à commencé. - 75 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :