42 n°16 juin 2010
42 n°16 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : mort et jeux vidéo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
IRL BACKSTAGE (C'était au menu les trois jours précédents, pour ceux qui installaient tout le matos. J'en ai retrouvé des preuves dans la cuve à caca). J'entraperçois dans le chapi-cuisine le cocker de tout à l'heure, avec une nana qui court après. Pas compris, une fois de plus. Mais la bouffe est mangeable. Il y aussi un journaliste avec un micro poilu qui interviewe des carottes. En dehors du caca, j'ai pu me faire plaisir avec quelques groupes. Oui parce que c'est quand même l'idée de base d'un festoche : écouter de la musique. Pour le programme, vous avez qu'à tapoter "chapiteuf 2010" sur un clavier quelconque. J'ai bien apprécié Rambalh, ainsi que IAM et leur instant "sabre laser". J'y ai bien sûr participé en improvisant un combat de jedi avec des gens rencontrés là par hasard. D'autre part, un mec en fauteuil roulant a fait un malaise et il est allé devant la scène. Mais personne ne l'a fait slamer, dommage. Pour finir, Hilight Tribe avec leur ami BuuwwoooOwwiiiWWooOOwwuuUUU le Didjeridoo, c'était tout à fait à propos. Du coup, il est 4 heures du matin, les gens sont tous partis. Je reste avec quelques autres pour nettoyer complètement ces splendides toilettes. Et c'est là où intervient anti-captain Obvious : Il faut de l'eau pour les toilettes sèches ! Ne serait-ce que pour nettoyer les bidons pleins de pipi, et les planchers de toilettes pleins de coke. Heureusement, Cosette est allée chercher quelques seaux, et Marck a pris son camion pour descendre ses 25 demi-bidons au point d'eau. On a fini vers 5 heures du matin. Clémence poussait des cris primaux tellement elle en avait marre. Je squatte un petit coup au Clando, le chapi-bar réservé aux bénévoles, avec un peu de musique et de la bière à moins cher. Audrey arrive, un peu fatiguée elle aussi (elle a fait des tas de trucs, je sais plus lesquels) et finalement, on va faire dodo. Samedi On arrive tout frais comme des gardons, quand soudain, je me fais alpaguer par Marck. Il aurait besoin de moi, avec des bottes, (et des gants aussi, mais ça on en a systématiquement). Dans l'encadré, j'ai mentionné des cuves géantes à caca. Mais que fait-on donc de toute cette matière ? Eh bien il faut l'apporter chez un paysan consentant. Ça tombe bien, Marck en connaît plein. On part donc, avec quelques autres personnes et un journaliste, pour un road-trip fécal en poids lourd. Marck : "Je conduis doucement pour pas en renverser. Y'a quand même ma couchette dans le camion." - 52 (42lemag.fr) -
IRL LES GOBELETS CONSIGNÉS : MODE D'EMPLOI reste perplexe. Ceci dit le sirop de sureau, c'est très bon, et aussi très rigolo à prononcer. Road-trip dans l'autre sens, en roulant un peu plus vite cette fois-ci. Mangeage. Et pour cette journée, je demande à Eole le grand gérant du pôle Environnement d'être avec les Conn'Ass. Histoire de voir (et de sentir) un peu autre chose. Bernadette me briefe vite fait, et j'obtiens mon certificat de maniement de la pince à ordures lors d'un duel épique contre Mimolette. (Je l'ai accrochée trois fois, et elle, une seule fois). Du coup je décide de faire un petit tour du site. Pour l'instant, c'est pas trop crade, car ça a été nettoyé la veille. Je me poste dans un coin et fais mine de ramasser des trucs, et j'en profite pour mater une jolie femme ronde près du stand des jouets en bois. Le moment où je suis super drôle c'est quand je propose de bouger les pions d'un jeu avec ma grosse pinpince. Hahaha huhuhu. BACKSTAGE C'est le truc à la mode en ce moment. C'est pas compliqué : pour ta première bière, tu donnes un euro de plus et t'as un vrai gobelet en plastique solide. Tu le rapportes à chaque nouvelle bière et on t'en refile un propre. A la fin tu le rends vide et on te rend ton euro. Ça marche aussi avec autre chose que de la bière (mais je vois pas l'intérêt de pas boire d'alcool). On a le droit de ramasser les gobelets dégueux pleins de terre balancés par les gens idiots, et d'en retirer quelque argent. Ça remplace les gobelets en plastique jetables de merde qui se craquent instantanément, et qui finissent par tapisser le sol par strates successives. Pendant ce temps, Pepino optimise nos tâches. Il va voir les gens qui filent des flyers, et leur propose le marché suivant : "Ca vous fait chier de les distribuer. Nous, ça va nous faire chier de les ramasser par terre, et de toutes façons personne va les lire. Donc je vous prends le paquet tout de suite et je le mets dans la poubelle à papier-carton. Rentabilité, simplicité : tout le monde y gagne." Le concept des flyers, je trouve ça un peu has-been. On est en 2010, saperlipopette ! Alors les gens, ils viennent à un festoche avec leur clé USB, on leur donne en une seule fois la version infor- Juste pour info, ça a l'air nouveau, mais ça fait plus de 5 ans que Chapiteuf le fait, tellement on est en avance sur notre temps tellement on est écolo tellement c'est tous les autres festivaux qui nous copient. On débarque chez Jean le paysan. L'ambiance est très "confédération paysanne José Bové". Il a pas de machine agricole, et il a une voiture mais ne l'utilise qu'une fois par semaine pour "aller à la ville". Évidemment, il se fera interviewer par le journaliste. Par contre on a un petit problème : le dosage caca-pipi/paille est pas top. C'est trop liquide. Du coup on fait un tapis de foin, et on renverse les cuves géantes dedans, en les faisant basculer à l'arrache depuis le camion. Jean le paysan : "C'est de l'or ça ! Bon, maintenant qu'on a fini, je vous offre à boire ? " Moi : "Ah ouais je prendrais bien une petite bière ! " Jean : "Ah désolé j'ai pas du tout d'alcool. Ici on fait tout nous-mêmes. Mais j'ai du sirop de sureau." Franchement, ça me démonte la gueule. C'est quoi l'intérêt d'être proche de la nature, José Bové et tout, si c'est pour ne pas distiller son propre alcool ! J'en - 53 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :