42 n°16 juin 2010
42 n°16 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : mort et jeux vidéo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
IRL DOSIER DÉCOUVERTE Je m’attarde quand même sur Robert Smith, parce que non seulement il a du goût niveau musique (ça change des groupes de merdeux actuels hein), mais en plus sa coiffure est quand même beaucoup plus awesome que la pauvre mèche hitlérienne hypertrophiée. (Bon ok Smith était plus proche du gothique que de l'émo, mais quand même, c'est mon article, je fais ce que je veux. L’avantage quand même par rapport à la grande époque de The Cure, c’est internet, parce que oui, cracher au monde sa rébellion envers la société, son mode de fonctionnement et l’injustice quotidienne, c’est tout de suite plus facile en utilisant des technologies payantes d’enfoirés de capitalistes. Vous en êtes au même stade que les wesh qui niquent la société en se baladant avec des fringues de marque. Un true pure rebelz, il vit dans le Larzac, il élève des chèvres, et distille de l’alcool de radis noir. (Comme Lilatilleul tiens maintenant que j’y pense.) Bon par contre dans le Larzac, à part le vent et ses chèvres, personne n’est là pour profiter de ses poèmes vantant la mort et la souffrance, mais en contrepartie, s’il décide de se couper les veines autrement qu’avec un tube de colle, c’est pas les chèvres qui lui prodigueront les premiers soins, et il aura sa vraie mort de true pure rebelz. L’émo, comme je viens de le démontrer, est doté d’une capacité d’analyse du monde qui l’entoure tout bonnement ahurissante. Et la preuve en est, il sait. Il sait que la vie ne vaut pas d’être vécue, il sait que ses parents sont des gros cons qui ne comprennent rien au spleen qui le tient, il sait que tout ce qu’on peut lui dire n’est que complot et phrases assassines d’un monde qui ne le comprend pas, il sait que seule la mort lui apportera du réconfort, il sait qu’en ce monde ingrat il a une âme sœur qui lui tombera sur le coin de la gueule comme par enchantement. Seulement ce qu’il ne sait pas (c’est dans quel sens faut mettre la lame du rasoir pour pas se louper) c’est que s’enfermer et se complaindre dans sa médiocrité, ça ne l’aidera certainement pas à progresser, et que ses parents sont certainement passé aussi par la phase rébellion à l’adolescence, et qu’ils ont probablement été aussi cons que lui. Mais moins débile par contre, parce que l’Eémo Staïle, c’est quand même bien naze. En gros, la phase émo, c’est quand même le truc le plus naze que l’émo fera dans sa vie, le truc c’est qu’il ne s’en rendra compte que quelques années plus tard en retrouvant sous une pile de vieux papiers quelques gribouillages de tatouages qu’il voulait faire, à base de citations morbides, ou qu’il retrouvera tombé derrière un meuble un vieux CD de Escape the Fate, ou même qu’il verra son rejeton commencer à piquer le maquillage de sa mère pour se faire des traits noirs sous les yeux. Et là il prendra conscience que sa scarification en forme de tête de mort moche faite au compas sur son avant bras ne le quittera jamais, et qu’un jour son abruti d’adolescent fera de même, et ça, ça le fait chier, parce qu’au fond, y a rien de pire pour un pseudo anti-conformiste que de se rendre compte que tous les jeunes sont pareils, et que de moutons émo ils n’évolueront qu’en moutons émo refoulés. Alors ami émo, pour t’avoir ouvert les yeux sur ta condition pathétique on dit merci qui ? Merci obi. obi - 48 (42lemag.fr) -
IRL Festival Chapiteuf Musique, compost et pince à déchets La fête du cassoulet et le festival Chapiteuf se déroulent chaque année à Castelnaudary. Mais pour des raisons évidentes de prestige et de standing, la ville a préféré ne garder que le meilleur de son offre événementielle. Pour l'année de sa dixième édition, Chapiteuf a donc dû migrer vers d'autres contrées, à savoir Carcassonne. On déconne pas avec le cassoulet. BACKSTAGE Étant déjà extrêmement pétomane de nature, j'ai choisi d'éviter de trop fréquents contacts avec ce plat national. C'est donc tout naturellement que je me suis dirigé vers "l'autre festival". Petit récit d'un bénévole chapiteufien. Vendredi Je débarque sur le site avec Audrey, ma dulcinée. Les chapiteaux sont déjà montés, des gens transportent divers trucs avec des manitous (non pas le sorcier, le véhicule). Comme il fait systématiquement un temps merdique dans le Sud (on a quand même eu de la neige ce week-end), l'endroit était universellement boueux. Heureusement, les colsbleus municipaux sont venus nous apporter en cadeau 10 tonnes de terre absorbante, qu'ils sont en train d'étaler au rouleau compresseur. Ça ressemble plus à un chantier qu'à un lieu dédié à la culture et la fête, mais c'est pas grave. Je croise Matéo et ses potes de la compagnie Huston. (Une compagnie qui en a dans les roustonnes) Ce sont des gens qui itinérantent de ci de là et font des installations de concerts et autres. Là, il transporte une enceinte et une bière. Je me propose de l'aider au niveau de la bière, mais il n'est pas intéressé. Du coup, je vais aider d'autres gens à monter un chalet en bois "marché de Noël style". Évidemment on se plante de sens pour le toit. Pendant ce temps, la commission de sécurité se promène sous les chapiteaux pour vérifier qu'ils tiennent bien debout. Si ça leur tombe dessus, ils auront même pas mal car ils ont des casques jaunes sur la tête. Je passe faire un petit coucou à Bernadette, la gérante des Conn'Ass. Ca veut dire "Connexions Associatives «, et en vrai, ça veut dire "les ramasseurs et trieurs de cochonneries, qui essayent aussi d'éduquer un minimum les gens - 49 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :