42 n°16 juin 2010
42 n°16 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 20,4 Mo

  • Dans ce numéro : mort et jeux vidéo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
IRL La visite de RAPPOT DE STAGE DarkJacques "De toutes façon ça vous intéressera pas" Je pourrais raconter les histoires les plus captivantes et les plus terribles du monde, et les cacher dans ce disque dur, et personne ne s'en apercevrait. Mon nom est DarkJacques. Je suis là, devant cet ordinateur miteux qu'ils m’ont gracieusement prêté. Je suis censé commencer un semblant de rapport de stage. Qu'ai-je à faire de tout cela ? de ce monde ? Il est tellement vain... Encore une idée pourrie de mes débiles de parents. J'aurais jamais dû leur montrer mes poèmes. Moi je suis libre, et mes écrits ne sont pour personne. Ils ne comprennent même pas ça. Ils m'ont forcé à faire ce stage stupide de découverte en entreprise, dans une rédaction d'un magasine absurde et pathétique. Personne ne le lit, leur sac à mots merdique. Et personne ne lit ça non plus. Mais si vous étiez là, devant cet écran, comme moi, vous vous sentiriez seul au monde. Vous vous sentez seul au monde quand votre drogue personnelle est souillée par les personnes que vous haïssez le plus. Vous vous sentez seul au monde quand vous vous apercevez qu'en pensant à la mort vous éprouvez du soulagement. Vous vous sentez seul au monde quand les gens autour de vous s'imaginent que vous n'iriez pas tuer des humains ou des animaux alors que souvent cette idée fugitive vous vient à l'esprit. Vous vous sentez seul au monde quand les gens pensent que vos pensées de destruction sont dues à une colère passagère, alors que tout est ancré au plus profond de votre âme depuis des années. Vous finissez par vous sentir seul au monde au moindre petit truc idiot, comme perdre à un jeu de société ou être obligé de finir son assiette alors que tout le monde est déjà sorti de table. Vous vous sentez seul au monde quand vous vous apercevez que les seules relations que vous arrivez à construire avec les autres gens impliquent de la moquerie et de l'auto-culpabilisation. Vous vous sentez seul au monde quand vous réalisez que vous pourriez vous passer sans problème du reste du monde. Vous vous sentez seul au monde quand tout simplement vous êtes seul au monde. Ils m'ont présenté les membres de la rédaction. Ils me regardaient tous d'un air - 44 (42lemag.fr) -
IRL vous allez pleurer laisse-moi deviner l'ombre de ma fin fondre dans ma main. Voici donc l'une des journées les plus triste et les plus inutiles de ma courte vie. Ici, à faire semblant de taper un rapport stupide. Tout ça pour "me faire découvrir le monde du travail". Haha. Le monde du travail. Je ne vivrais même pas jusque là. A quoi bon ? Je suis aussi allé me promener dans les couloirs. Ils ont des tas d'objets bizarres et absurdes. Des morceaux de robots géants, des salles de massages pour hamster... Au détour d'une porte, je suis tombé sur un espèce de clone humain, dans une cuve synthéto-amniotique. Il avait à peu près le même âge que moi. J'ai pu lui parler avec une interface de dialogue télépathique. Il ne savait pas du tout qui il était, ni ce qu'il était censé faire. RAPPOT DE STAGE dégénéré. L'un d'eux a voulu détendre l'atmosphère, il a eu un sourire crétin et m'a dit : "T'es un emo avec des tifs ? T'es emo-tifs ? ". Je n'avais plus rien d'autre à faire que les mépriser, tous. Ensuite ils ont cru me faire plaisir en me laissant l'honneur de lancer le dé géant à 1000 faces pour choisir le prochain thème de leur magazine. J'ai donné un coup de pied dedans, et je n'ai même pas regardé le résultat. Ils m'ont proposé de faire des corrections d'article. J'ai refusé. En ce qui me concerne, je suis extrêmement sensible à l'essence emotionnelle d'un poème, et je parviens à faire abstraction des éventuelles fautes d'orthographe qui y sont. Tant pis pour eux si ils n'ont pas ma réceptivité. qui déjà fout l'camp assez perdu de temps Je me quitteras Je prends le cachet, là, Je ne vais plus parler Je lui ai décrit la noirceur de ce monde, et lui ai montré quelques uns de mes poèmes. Il semblait affecté. Je lui ai dit qu'il devrait résister, se rebeller, comme moi je me rebelle contre mes parents. J'aurais aimé lui faire une coiffure un peu plus stylée que l'espèce d'arrangement ridicule dont il a été affublé. Mais difficile Je me quitteras Je suis tout plié Je suis la pluie qui en vos yeux luit Je suis la terre brûlée qui en avril se tranchera le nombril Je me quitteras Je suis ce roi mort de vous avoir rencontré Vilains chiens ombrés Je suis le volcan - 45 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :