42 n°15 mai 2010
42 n°15 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : we want you.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
CINEMA Eliminators LE NANAR DU MOIS Bien pire que ce que vous pouviez imaginer... Ce mois-ci, thématique oblige, je ne peux que vous parler d'un nanar de très haute facture : Eliminators (qui s'appelle apparemment Decapiton en Français, et j'arrive vraiment pas à comprendre pourquoi). Dans les années 80, Terminator a fait des émules, et on a donc plein de trucs en -tor qui déboulent (Exterminator, Decapitator, Patator, Nanstoikator etc) mettant en scène des über robots/androïdes/trucs ultra balèzes qui peuvent tout défoncer. Chaque nanar tente sa petite surenchère (aka "cé moi kala plusse grosse") en montrant que c'est son robot le plus balèze parce qu'il vole/a un canon protoplasmique/écrase trouzemille tonnes avec l'orteil/tue des bébés koala. Mais, franchement, le plus fort de tous, c'est Eliminators, parce qu'il a des chenilles et qu'il ressemble pas du tout à un robot (au mieux, un mec avec un casque ridicule sur une moitié de la tronche) !!! ! ! Le pitch de l'extrême Bon, vous êtes prêt pour du pitch de wataouf ? Ok, alors c'est l'histoire d'un savant fou qui veut dominer le monde en faisant des sauts temporels et modifier l'histoire. Pour tester sa machine à remonter le temps, il utilise des "machins" (parce que je vois pas d'autres mots) mihommes/mi-robots, oui, moi non plus "je vois pas pourquoi il se fait chier à utiliser des-mi hommes/mi-robots" mais bon qu'est ce que tu veux que je te dise ? Oui, la jaquette est awesome, oui, il y a le mot ninja dedans... Bref, une fois sa terrrrrrrrrrrrrible machine prête, le professeur n'a plus besoin de ses "mandroïdes" (en fait il les appelle comme ça) et décide de s'en débarrasser, et là, forcément, ça ne peut être QUE le drame : notre héros s'échappe !!! (Et la scène d'évasion, oh mon dieu quoi...) Il va rencontrer une blondasse-bonnasse-colonel de l'armée (WAT ? ? ? ?) qui est physicienne-ingénieur-biologiqueencorepleinsdetrucsquinécessitentbac+32 (normal quoi) et, ensemble, ils décident d'empêcher le méchant de dominer le monde. Ça va, vous situez la puissance (du port du Havre) du bestiaux ? Merde, j'ai faillit oublier du vous parler d'un truc : le "pet" (le mot anglais, pas le laché de gaz) qui accompagne notre héroïne. C'est une espèce de ptit robot minable (le genre de truc, si on vous l'offre à noël vous le renvoyez à la gueule de celui qui vous l'a acheté) qui sert à vraiment pas grand chose. Il a probablement été pensé comme une sorte de R2D2 (le sidekick robotique – ça rimme w00t – qui sauve la mise aux héros) mais en fait, il a plutôt un rôle du genre "rire à Christophe Lambert" : useless et drôle de par son ridicule. - 28 (42lemag.fr) -
CINEMA L'apothéose finale La petite crotte vert à droite, c'est le robot de tout perrave, la grosse merde tout moche à gauche, c'est le héros. Appréciez le superbe "déguisement robotique". Bref, encart robotique mis à part, nos héros vont devoir remonter le Nil (enfin une grosse rivière quoi) avec le Crocodile Dundee du coin qui répond au doux nom de Fontana et qui est, forcément ultra relou avec son stocks de vannes pas drôles du tout. Un robot sur une péniche débile qui remonte une grande rivière, ouais "normal". Histoire de pimenter l'aventure, deux-trois poursuites nanardes en bateau, c'est toujours sympa et ça permet de revoir les classiques : filmage avec les pieds, cascades débiles, morts stupides de méchants, mais, tout ça, c'est QUE le début car arrive LE moment, LE Grand Moment. Si on recadre le pitch débile : professeur fou > robot > arrêter méchant > euh... Ninja ? ? ? ? Ouais, ça a pas des masses de cohérence, m'enfin bon passons... L'aventure se déroule tant bien que mal, la blondasse se fait enlever par des hommes préhistoriques et... attends voir, des hommes quoi ? ? ? ? Euh... j'ai même pas le cœur d'essayer d'expliquer, nan, vraiment je peux pas là, je vais plutôt vous parler de la fin. Le final, c'est bien entendu l'attaque de la base du Grand Méchant, base qui, bien entendue, est aussi bien défendue que celle de mon arrière grand mère dans la Creuse. D'ailleurs, la base en question, on va pas trop se casser la tête hein. Moyen oblige, on tourne où on peut, une salle romaine, une autre avec du stuff égyptien (ça roxx les voyages dans le temps !), le tout au milieu d'une "base militaire" gardée par des mexicains à moustache (ça coûte moins cher que des Jean Tchang en costard). Donc gros bordel dans la base, une blonde brainless et Crocodile Dundee qui tirent n'importent où, notre héros en mousse qui fait nawak et notre ninja qui... euh... bah en fait, il tape la pose non stop, histoire qu'on soit sûr à 100% que c'est un ninja... Arrive ensuite le grand méchant, qui s'est fait une belle armure avec des cartons de lessive et des morceaux de costumes au "Farces et Attrapes" du coin. Il a même un bouclier (fait dans la même matière que le papelard qui emballe les pièces en chocolat) qui lance des éclairs qui font des dômes électromagnétiques (enfin je sais pas trop ce que c'est mais je l'explique comme ça...) pour enfermer les gentils pendant qu'il met une rouste à John. Notre héros d'ailleurs est en mode "Chevalier du Zodiaque", ou Pégase pour être plus précis : il reste sur place, se fait défoncer, se relève et ne bouge toujours pas, se refait défoncer, LE NANAR DU MOIS En fait pour que ce film soit parfait, il manque qu'un seul truc.. un ninja. Random phrase que j'ai balancée en refaisant le plein de chips et de bières (combo obligatoire pour un bon nanar) et le pire dans tout ça, c'est que PILE au même moment, un Ninja – qui pêche, normal, y'a souvent des ninjas qui pêchent – déboule à l'écran. Et je déconne pas !!! ! Un Ninja n'a absolument rien à foutre dans ce genre de navet et pourtant, ils ont trouvé le moyen de faire débouler un Ninja (un Ninja "arrêteur de temps" pour être parfaitement exact : http://www.youtube.com/watch ? v=7Xb gMT4mvQo), l'hallu totale !!! ! Je suis resté scotché un certain temps sur cette scène parce que ça vient de nulle part. Donc, elle, elle est Colonel et a 17 Bac+34, heureusement que c'est un putain de laidron, sinon on se douterait d'un truc... - 29 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :