42 n°14 avril 2010
42 n°14 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : Uncharted 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PORTNAWAK TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR accents doivent systématiquement être remplacé par du kraproutt, et aboutir à une suite d'au moins trois caractères incompréhensibles (utilisez plusieurs étapes de transformation si nécessaire). À ce sujet, le signe "euro" est particulièrement violenté, et vous permettra d'obtenir des petits oasis d'humour, tels que "Bénéficiez de Windows 7 à 35 ? ? ? ! " N'oubliez pas non plus de passer par un logiciel n'interprétant pas le HTML, et qui réécrira le tout comme un gros crétin illettré et attardé. Une belle suite de 50 "  ; " à la fin d'un mail, ça a toujours son petit effet. Des couches de fichiers OK, vous venez de dénicher sur Wikipedia la super blague de Toto qui va acheter du saucisson et vous avez envie de la partager avec le monde entier. Vous avez bien compris le concept des couches de texte, alors vous copiez-collez votre historiette dans le corps du mail, vous moulinez, et vous vous apprêtez à envoyer le paquet ainsi élaboré. Erreur ! ! Erreur ! ! Les couches de textes, ça se génère tout seul, mais le contenu réel de votre mail de merde nécessite un type d'encapsulation supplémentaire. Prenez votre blague, découpez-la en petites phrases, et mettez-les sous forme d'images. Insérez chacune d'elle dans un document Word différent, que vous intégrerez ensuite dans une présentation Powerpoint. Compressez le tout au format zip, puis au format rar. Changez le type de fichier en ".zob" pour occulter ces traitements. Cryptez l'ensemble avec une clé de 256 octets, saupoudrez de sauce tomate, faites revenir à feu doux, flambez au whisky, insérez la vis B12 dans la planche X17, secouez, branlez. C'est prêt ! Ajoutez la pièce jointe ainsi obtenue dans votre mail et faites péter la saloperie ! Le but, c'est que les personnes recevant votre fichier doivent en chier des briques pour accédez à son contenu final. Il faut bien que l'on comprenne que vous haïssez la Terre entière et que votre désir profond, c'est de larder le corps de vos amis avec un fouet à pointes. Et puis merde, Toto qui va acheter du saucisson, ça se mérite ! Autre exemple : votre pièce jointe est un court-métrage divertissant, mettons que ce soit le bêtisier du handi-water-polo (sport theme validated). Dans ce cas, utilisez un format de vidéo fermé, lisible uniquement par un player disponible en moldavie septentrionale, et avec un taux de compression inexistant. Les.wmv sont très bien pour ça. Partez d'une qualité d'image minimalistissime, que vous réencoderez ensuite en super-haute définition. De cette manière, les énormes pâtés de pixels représentant Michel Culde-jatte au fond de la piscine seront le plus détaillé possible, et votre fichier triplera de volume. S'il atteint une taille supérieure à 5 Mo, n'utilisez pas de solutions pratiques comme MegaUpload. Découpez-le en petit fichiers de 200 Ko que vous enverrez un par un. Rappelezvous : vous haïssez l'humanité. Faites souffrir par toutes les sensations possibles J'ai parlé tout à l'heure des Powerpoint. Il s'agit de la clé de voûte de la culture du mail pourri. Tout ce que j'ai dit à propos de la mise en forme de texte y est applicable. Mais une dimension de plus s'offre à vous pour faire ressortir vos névroses : l'animation. Allez-y au taquet : transitions à gerber avec du fondu enchaîné par carré de 50x50, clignotement à outrance, phrases entières qui arrivent en sautillant, ganachage d'étoile brillantes, etc. À noter également que vous pouvez intégrer du Wordart vomitif. Le patrimoine historique véhiculé par cette technique de calligraphie ancestrale est riche et subtil, et mériterait un article à part entière. Je ne vais donc pas m'étendre des- - 62 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK sus, mais ça me fera une idée d'article pour plus tard. (Mouhahaha, tremblez, pauvres mortels ! !) Ce qui fait toute la force du Powerpoint, c'est ses capacités multimédia (ce mot ne veut plus rien dire depuis longtemps, mais on s'en fout). Cela signifie que vous pouvez absolument tout mettre, depuis le scrolling arc-en-ciel, jusqu'au fichier son ah_que_coucou_johnny.wav, en passant par le bouton "cliquez-ici" qui s'échappe quand la souris va dessus hahaha-lol. Alors n'hésitez plus, et laissez éclater vos sentiments de vengeance contre le monde en une orgie de patchworks frénétiques et spasmophiles. C'est une occasion en or de montrer à tout votre entourage que vous le méprisez intensément, et que vous foulez au pied les codes de survie esthétique les plus élémentaires. Ce qui m'amène à un autre point non négligeable du Powerpoint : le son ! Un véritable zoo d'échantillons sonores est à votre disposition sur le grand internet : musiques cuculs, bruits-rigolos-dzoingdzoing, cris de femme de film d'horreur, hurlements de macaques... C'est la fête ! Mes deux coups de cœur personnels pour les sons de Powerpoint, c'est un espèce de fou rire gras "Hwouah hwouah hwouah !!! " et une musique débile avec une voix aigue qui fait "dim dibidim dibidim dibi-dibi-dibim dibidim dibidim dibidibi-dibim" sur un bon gros sample de "DUN DUN DUN DUN STOM STOM STOM". Vous devriez les retrouver sans problème. (Ah mayrde, ici c'est du texte, on peut pas décrire des sons. Ouais, oubliez ça.) Le Powerpoint vous ouvre donc un infini éventail de souffrances, autant pour la vue que pour l'ouïe. Mais pour les autres sens, comment faire ? Malheureusement, l'informatique ne vous sera pas d'un grand secours pour le toucher, l'odorat et le goût. Il ne reste qu'à faire confiance à votre créativité et vos frustrations profondes : frottez vos cheveux gras contre votre petit frère, approchezvous discrètement de la tablée familiale alors que certains en sont encore au dessert et dropez un pet ninja, glaviotez dans les gobelets de café de vos collègues. Enfin bref, faites comme d'habitude, vous vous en sortez très bien. Oui mais on raconte quoi ? Voilà une question à-peu-prèrtinente. Parmi toutes ces couches, il faut effectivement un minimum de contenu tout au fond au fond. Vous pouvez puiser parmi quelques thèmes récurrents : L'humour désespérant Ressortez tout simplement les blagues pas drôles que vous avez déjà entendues 1000 fois. Ce qui marche bien en ce moment, c'est la misogynie, la misandrie, les vieux, la consanguinité, la pédophilie et Manchester. D'autre part, vous pouvez recycler toutes vos vieilles blagues belges en blague sur les blondes. C'est une valeur lolifère qui continue d'avoir le vent en poupe. L'engagement civil et politique Imaginons que ce matin, vous ayez ouvert une boîte de smarties, et vous n'en TOUT CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU SAVOIR Ne manquez pas d'ajouter un gros "MET- TEZ LE SON ! ! " dans le texte de votre mail. Ou alors, ne le mettez pas. C'est un moyen amusant de détecter qui est en train de glander dans l'open space, et de rerouter la colère du chef de service vers cette petite grue de Louise-Guillemette (dont vous avez l'intention de prendre la place, bien entendu). - 63 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :