42 n°14 avril 2010
42 n°14 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : Uncharted 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
IRL LES COULISSES Alors au début, à part se ruiner le cul à chaque fois qu’on s’arrête, on apprend surtout que c’est vachement plus physique qu’il n’y paraît et que certains muscles du corps doivent pousser exprès pour l’occasion. Le gros avantage du snowboard par rapport au ski, c’est quand même la progression, bien plus rapide, permettant ainsi d’aller se ruiner la tronche dans des pistes rouges en 2 ou 3 jours de pratique. Les snow-parks sont aussi au top pour se prendre des vautres galactiques, surtout quand on s’essaye aux sauts. Enfin le saut ça va, la réception moins. Puis la confiance arrive, et en avant pour les pistes de dingues, et là c’est le drame… [mylife] Descente d’une rouge bosselée, à slalomer entre les rochers pas recouverts par la neige, je la termine vivant et enchaîne sur une bleue (all too easy). Dans un grand virage à droite, à l’ombre, une plaque de glace d’au moins 20 m² me guette, et elle m’a pas loupé la salope !!! 1 mois de béquille, 3 de rééducation, et même 10 ans après j’ai besoin une fois tous les 2 ans de quelques séances de kiné.[/mylife] Bonus : C’est la classe d’arriver en bas des pistes à la cooool (comme Fonzie), encore plus de passer la porte de la salle des urgences avec la planche sous le bras. Failleve, la moto La vie d’étudiant branleur vivant au crochet de ses parents terminée, faut passer à la vie active, et qui dit vie active dit aussi revenus et donc pesos !!! Alors bon, plutôt que d’aller au golf ou au squash ou à je ne sais quel sport de branchouille qui mange des galettes de soja au goûter, moi j’ai investi dans une ENCART MORALE Oué, parce qu’en moto, y a que le cax d’obligatoire, mais le reste, ça devrait l’être aussi, parce que prendre une pelle même à 50 km/h, ça peut vous octroyer un bon pour des greffes de peau à répétition, un stage de 2 ans dans un centre de rééducation fonctionnelle, ou même une ristourne sur l’achat d’un fauteuil roulant. Donc ceusses qui roulent en tongs et t-shirt, pensez-y avant qu’il ne soit trop tard. bécane et l’équipement qui va bien. Donc la moto, c’est loin de tout ce qu’on peut imaginer quand on ne connaît pas. Physiquement, ça tape pas mal, même sans faire de compét’puisque le corps doit réguler la température, aussi bien été qu’hiver, et une moto, ça se conduit avec tout le corps. Nerveusement aussi ça calme puisqu’outre le bruit de l’engin et la concentration nécessaire à la conduite, il faut aussi faire un travail d’anticipation énorme, et chaque sortie lors de circulation dense est aussi intense qu’une partie d’échecs contre 20 adversaires simultanés. Il faut prévoir tout ce que peuvent faire tous les véhicules autour à tout moment, sans pour autant oublier de rester concentré sur l’endroit où l’on va et l’état de la route. C’est aussi crevant qu’un sport en club (et la piste c’est pire), mais en plus ça demande une grande maîtrise de soi, et surtout de l’humilité. En général, c’est l’orgueil qui conduit au fossé. - 50 (42lemag.fr) -
IRL Bonus : Un vrai aimant à gonzesses, la moto, (et aussi à emmerdes) et un vrai bonheur de rouler dans un blouson en cuir par 40°, ça claque tous les régimes à la con des magazines. Et pour peu que vous sortiez des villes, c'est un pur moment d'évasion où vous vous retrouvez seul avec vous même, sans le flot de casse-couilles habituels qui vient vous pourrir vos journées. Malus : Si vous avez une machine japonaise, vous serez immanquablement la cible des amateurs de bon goût qui ne manqueront pas de vous faire remarquer que vous roulez sur un mixeur à purée tout en plastique. Conclusion Le sport c’est bien, mais à condition de savoir reconnaître ses limites et d’avoir suffisamment de volonté pour s’engager dans l’aventure à fond, et pas comme une demi molle qui va s’entraîner une fois par mois parce qu’il a une coupure de courant chez lui. Et une bonne fatigue physique, ça vaut toutes les thérapies du monde pour bien dormir, et ça, ça n’a pas de prix. obi ABDOUL YVES AKIM FLY 5 BONNES RAISONS DE... - 51 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :