42 n°14 avril 2010
42 n°14 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : Uncharted 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
JEUX VIDEO DOSSIER DÉCOUVERTE (E)sport Du sport avec un grand E devant, des baffes, des paddles de SNES, des Orcs, des armes, un Hollandais, ouais, un beau merdier... Vu que je suis un vieux, j'ai eu l'occasion de voir pas mal de chose dans les JV mais j'ai surtout vu "la rencontre" entre sport et JV. Non, ça n'a rien à voir avec la Wii ou je ne sais quelle autre bouse du genre. Non, je vais vous parler de comment j'ai vu peu à peu naître ce qu'on appelle aujourd'hui l'Esport. E-sport, Esport, sport virtuel, Gaming, Competitive Gaming, VHL et autres sont des expressions qui ont souvent été utilisées pour décrire les gens qui jouaient à un jeu à un "niveau compétition" et/ou "qui gagnaient de l'argent avec les JV". Aujourd'hui, ça semble bateau vu qu'il y a des ladders et concours sur à peu près tous les jeux qui sortent, oui, mais avant ? Que ce soit clair, cet article n'a pas vocation à faire un historique sur l'Esport car je n'ai pas toute les données pour ça et il me faudrait un temps plus que conséquent pour les trouver et au moins autant pour rédiger le bouzin, mais de vous relater ma petite expérience en tant que participant mais surtout spectateur à ce qu'on appelle aujourd'hui l'Esport. C'est ainsi que tout commença. "N'oubliez pas vos manettes" Si vous avez lu un minimum mes articles, vous savez que j'ai toujours été fasciné par les jeux de baston qui, pour moi, allient à merveille dextérité et faculté d'anticipation. Le cadeau bonus avec les jeux de baston, c'était la facilité ElkY : un des premiers PGM français, ancien serial violeur à Starcraft, aujourd'hui il amasse des millions au poker. Ouais, y'a pire... pour trouver des adversaires (au début des années 90, il y avait 2-3 jeux de baston, pas plus) et de pouvoir bien les chambrer (faut pas déconner non plus) une fois qu'on leur avait fait les fesses bien comme il faut ! 1991, c'est Street Fighter 2 sur Super Nintendo et c'est là que pour moi les choses sérieuses ont commencé. Après avoir vite fait ratiboisé mon bled et les alentours, je me suis rendu compte que les magazines de JV de l'époque organisaient des concours dans les grandes villes de France !!! Après un lobbying intensif auprès de papounet, il a fini par céder (j'ai fais la prise du chat de Shrek 2 mais avant que le film sorte, trop fort !) et j'allais vivre ma première expérience. J'ai 11 ans, j'arrive Paris au parc des expos et pleins de TV sont installées avec des Super Nintendo et la cartouche avec Blanka, Ryu et Chun Li. Ce qui me fait VRAIMENT - 18 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO drôle, c'est l'âge des autres joueurs, beaucoup plus vieux que moi (pas dur en même temps...), ils ont tous entre 20 et 25 ans, dur. Il est pourtant super facile de discuter avec ces gens, malgré mon jeune âge et très vite on se met à se taper dessus (sur le jeu hein) pour savoir qui est le meilleur. On est donc plus ou moins alignés sur des bancs (le même type de banc que dans les fêtes communales) et le tournoi se déroule dans une bonne humeur vraiment exceptionnelle. Chacun montre sa manette, car, oui, à l'époque, on venait avec notre paddle de Super Nintendo pour jouer et c'était une fierté d'exposer sa manette custom (ce qui semble revenir un peu en ce moment avec les sticks arcade) parceque les organisateurs n'oubliaient jamais de préciser "n'oubliez pas vos manettes", c'était ça l'Esport à l'ancienne, tous dans une salle avec chacun son pad ! À la surprise générale je finis par gagner ce tournoi, ce qui ne manqua pas de méduser la plupart des participants (jamais agréable de se faire dézinguer par un morveux de 11 berges) et c'est probablement là que naquit ma passion pour ce qu'on appellerait plus tard l'Esport. Tekken 3 : l'Age d'Or. Après avoir pas mal sévit sur Street Fighter 2, je me penchais sur la nouvelle référence du genre : Tekken 3. Avec Tekken 3, les choses sérieuses allaient commencer : organisation de nombreux tournois (régionaux et nationaux) et "les gens" découvrent ce genre de manifestation (au même titre que les LANs) où Ma principale source de revenue de la fin des années 90. des jeunes passent leur(s) journée(s) sur des consoles pour savoir qui a la plus grosse. Grâce à Tekken 3, j'ai pas mal sillonné la France et ses pays limitrophes (et gagné un sacré paquet de thunes), merci Paul Phoenix. J'ai passé 2-3 bonnes années de ma vie à ne faire quasiment que ça : trouver l'enchainement parfait, trouver LA parade aux innombrables combos que proposait ce jeu exceptionnellement riche. Et, si à Tekken je n'ai jamais trouvé un mec capable de me la mettre, à King of Fighters, ça a été une autre histoire... Je pris conscience avec KoF d'un truc qui jusqu'ici m'avait jusqu'alors échappé, la portée internationale du jeu. À Tekken, j'avais l'habitude d'affronter majoritairement des européens, avec KoF je suis tombé sur un sac de bridés et y'en a un qui m'a mis une rouste bien bien sévère donc je me souviens encore aujourd'hui (j'ai de la pommade que je m'applique régulièrement, c'est toujours douloureux ><). Après de bonnes qualifs, je tombe en demi sur ce putain de nomnomrice avec des cheveux bleus (!), bon, j'avoue que sur le coup, je me suis marré, et, j'aurais pas du... Il m'a haché menu le con, saleté d'Étrangien (les gens qui viennent de l'Étrangie), c'était la première fois que je me prenais une valise comme ça, ça fait mal au cul et à l'égo, mais, ça a au moins le mérite de remettre les choses en perspective... DOSSIER DÉCOUVERTE Mais alors si les gens dans les autres pays jouent aussi aux JV, à quoi ça ressemble ? Le choc Hollandais Boxer, un des joueurs mythique de Starcraft Peu à peu, je me tourne vers le paycay (le mââââââl !) et je découvre les tournois via le net (principalement CS) parceque me déplacer en LAN, j'allais pas faire ça tout le temps non plus hein. Bizarrement (ou pas ?) j'ai du mal à accrocher à l'Esport CS. Bien qu'il y ait un côté stratégique certains, de belles actions etc, je sais pas, il manque un truc, un brin de folie, CS se prêtant moyennement à la folie, faut être clair... Peu à peu aussi, je ne suis plus un joueur, mais plus un spectateur, les jeux ont changé, ma vision aussi (mon temps libre également !), et, puis bon, CS... - 19 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :