42 n°14 avril 2010
42 n°14 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : Uncharted 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
JEUX VIDEO Uncharted 2 TESTAGE DE JEU Un jeu pour triathlètes : cours, saute, tire ! Uncharted 2, c'est un jeu qui a beaucoup beaucoup, mais alors beaucoup fait parler de lui, apparemment parce qu'il roxxe. C'est même la tonne de superlatifs qu'il a reçu qui m'a poussé à me pencher sur le sujet. "Bijoux", "Merveille", "Chef d'œuvre vidéoludique", "La Référence" et autre "Le Meilleur" en guise de critique, ça a eu le mérite d'attirer mon attention de vieux con aigri en me disant "houla, ça faisait un bout de temps que j'avais pas vu tout le monde se toucher le kiki comme ça sur un jeu". On a quand même vu défiler des jeux comme God of War, Bioshock et Stalker d'y'a pas si longtemps que ça, mais, aucun n'a semblé autant faire l'unanimité des critiques (et des joueurs). Voyons voir ce que ça donne ! Et puis bon, ça sera aussi pour moi l'occasion d'allumer ma PS3 pour faire autre chose que mater un Blue- Ray... Ça parle de quoi ? Vu qu'on parle d'un jeu d'action, on va se pas casser la rondelle en douze pour le scénario (n'est pas God of War qui veut), y'a un trésor daouf caché à perpet'les oies, on a un chasseur de trésor über trop fort - et beau gosse pour défoncer un peu de biatch, car il faut de la tension sexuelle dans un jeu, il faut qu'il get le trésor avant le méchant qui a un sale nom ainsi qu'un accent de mafieux Joli mais on ne peut plus classique... russe/serbe/croate/ukrainien/untrucdugenreoùy'adesputesetdelavodka. Côté scénario donc, y'a pas de putes à sauver -quoique, pas de taxi ou de yamakazi (mais si, lesrmistes qui sautent partout) ni de gros noir à défoncer comme dans un Luc Besson mais on en est pas trop loin non plus (http://www.dailymotion.com/video/x80 385_europa-corp-la-recette-bessonparod_fun) dans l'absolu puisqu'une fois encore on va devoir sauver le monde tout en gérant un potentiel threesome avec des nanas über reloues. Allez, hop, zou, c'est plié, kthxbye. Ce qui est plus sympa en revanche, c'est la narration. Sans être un "chefd'œuvre" (à peu près tous les sites/magazines de JV), l'enchainement est pas dégueulasse (flashback la moitié du jeu et présent ensuite) et le didacticiel est plutôt funky : on commence à moitié mort dans un train se vautrant d'une - 14 (42lemag.fr) -
JEUX VIDEO montagne qui semble être tibétaine et faut s'extirper de ce merdier. C'est ici qu'on apprendra à utiliser notre héros qui fait passer n'importe quelle Lara Croft pour une paraplégique, parce que, que ce soit clair Nathan Drake, c'est du Very High Level ! Le machin s'accroche avec un seul doigt (le petit doigt en plus, même pas l'index ou le majeur hein !) sur une corniche glacée au Tibet après une chute de 48 643 013 540 mètres, il saute des ravins que le Prince de Perse ose même pas regarder et se fait des enchainements de jumps sur des surfaces aussi douteuses que la façon dont elles tiennent debout. Oui, Nathan n'est pas une fiotte, c'est un homme, un gros balèze, qui pue sous les bras et dézingue du méchant ruskov au petit dej', mais en restant gosse-bô parce qu'il faut faire fonctionner le démonte-pneu, quel ouf ce Nathan ! TESTAGE DE JEU Cours, saute, accroche-toi, tire, saute, cours, saute, accrochetoi, tire et oublie pas de sauter avant hein Pour résumer Uncharted 2, on a guère besoin que de quatre verbes : sauter, accrocher, tirer, courir (y'a pas le verbe viser, vous remarquerez, parce que viser avec un pad de PS3... I lol'd). Uncharted 2, c'est de l'action pure et une alternance sympa des phases "cours-sauteaccroche" et "tire-tue". C'est en gros ce qui se passe pendant 10 heures (la durée de vie à la louche). Vous allez donc devoir aller à la recherche de la cité perdue Shabadibada (c'pas le vrai nom mais je me souviens plus vraiment et j'ai trop la flemme de chercher sur google) tout en échappant à une espèce de malade balafré qui peut faire respawn des gugusses, des tanks et des hélicos à l'infini, putain de pays de l'Est. Le côté exploration étant malheureusement réduit au néant (on est vraiment guidé de façon trop flagrante, c'est super cassecouille, on se croirait dans Oui-oui) tout comme les "énigmes" qu'on trouve qui Le moment le plus facile de la vie de Nathan Drake, sisi, pour de vrai ! Les énigmes sont débilement simples... sont torchées en trois minutes en consultant un bouquin "Alors y'a un emplacement jaune devant une peinture jaune et un vase jaune, que faire ? ", on a vu plus dur en effet... Bref, Naughty Dog n'a clairement pas orienté son jeu sur le côté réflexion-énigme, mais sur l'action, soit, en route Simone ! Les phases d'actions sont donc nombreuses, et, même si elles tournent autour de deux axiomes "escalade et pew-pew", on a droit à des phases sympas de ninja dans un musée turc (oui, les Turcs ne font pas QUE des kebabs, ça parait fou comme ça hein ?), de coopération avec une bombasse qui encaisse mieux les balles qu'un Warrior lvl 70 spé tanking, de portage d'un boulet blessé dont je vous laisse deviner la fin sponsorisée par Cap'tain Obvious, de fuite devant un tank qui vise aussi bien que Draxx etc, question adrénaline, c'vrai que c'est pas mal, faut avouer. Le jeu arrive donc à proposer "du différent dans le tout le temps pareil", ouais, ça veut rien dire mais vous avez compris l'idée (sinon, allez jouer à WoW). Par contre, faut être clair, le level design, sympa au premier coup d'œil, est tellement nawak que ça en devient relou. Les séquences d'escalade en ville et au Tibet sont totalement too much en terme de level design par rapport au jeu qui se veut relativement réaliste, et c'est vraiment dommage, parce qu'on sent que le jeu est un poil schizo de ce côté. Par schizo, - 15 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :