42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
PORTNAWAK PHILOSOPHEEK On le sait, même une fois conditionné à faire quelque chose, l'homme peut se révolter, se rebeller ou tout simplement dire non et faire autre chose. On me signale au fond qu'on appelle çà l'adolescence. Pfff, retourne écouter Tokyo Hotel sale jeune, ici on parle sérieusement. La machine peut elle en faire de même ? Vaste question. Qui une fois encore ne peut trouver qu'une réponse de Normand. Mais cette fois ci je vais me permettre d'émettre un avis, sinon on ne s'en sort pas. On sait, puisque plusieurs études ont été faites sur le sujet, que les machines peuvent émuler un comportement d'apprentissage. Par exemple à partir d'algorithmes génétiques. En fait on simule dans ce cas l'apprentissage en créant une base de données à partir "d'expériences". En gros la machine tente plein de cas différents, analyse les résultats, regarde ce qui a marché le mieux, prend un de ces solutions et la modifie un poil pour voir si le résultat final est meilleur ou pas. Bref par tâtonnement et en utilisant le hasard (le fameux facteur chaotique) la machine est capable d'apprendre. Donc si une machine peut apprendre, car finalement nous marchons sur le même principe (à savoir qu'une fois qu'on s'est pris un coup de sabot en essayant d'empapaouter un poney non consentant, on y réfléchit à deux fois la suivante) peut elle vraiment avoir des émotions ? Là dessus les spécialistes sont divisés. Et en tant que pas spécialiste du tout je vais donner mon avis. La réponse est 42. Euh pardon. La réponse est non. Tout simplement car nos émotions sont le fait d'un mélange de logique, de chaos et aussi de manifestations biologiques dépendant de nos taux d'hormones, de notre état de fatigue, etc. Donc dans le meilleur des cas, on ne saura que "émuler", c'est à dire copier les réactions. Mais en aucun cas le mécanisme car il est imprévisible par nature. Pour faire une comparaison, un robot ne pourra avoir que des sentiments Canada Dry. Ça y ressemblera, ça lui fera avoir les mêmes réactions, mais ça n'en sera pas puisque ça ne sera pas inné mais acquis (par l'apprentissage ou par un clonage). Bref la discussion se porte pour moi non pas sur ce que l'on percevra mais sur la nature intrinsèque. À savoir que n'importe qui en face dudit robot pourra voir l'impression que l'émotion est réelle, mais elle ne le sera pas et donc pas conséquent on peut avoir du mal à croire que le robot ait une âme... Une aussi longue démonstration pour arriver à un résultat aussi simple, franchement je n'ai que ça à foutre... Mais figurez vous qu'il y'a une autre partie du problème qu'on a pas abordé jusqu'ici... Moitié homme, moitié robot, le plus grand de tous les héros, biomannnnn, biomannnnnOn le sait puisqu'on le fait déjà de manière très légère et que les prospecteurs en science fictions s'accordent à dire que l'on suivra cette tendance, l'homme peut aujourd'hui avoir recours à des prothèses pour suppléer ou compléter certaines fonctions biologiques. Que ce soit pour remplacer un membre amputé ou pour avoir un zgueg plus gros, on a déjà recours à des modifications, qui sont d'ailleurs souvent organiques ou plastiques. Mais les peacemakers sont d'excellents exemples d'ajouts assimilables à de la robotique. Or quand votre papy s'en fait poser un, est il encore un être humain ou est il devenu un cyborg ? La question fait rire, la - 72 (42lemag.fr) -
PORTNAWAK réponse est facile : non il est humain. Et si il est en plus invalide de guerre et a les deux jambes qui ont sauté sur une mine et sont donc remplacées par des prothèses (qui, et c'est notre hypothèse pourront être à terme de véritables membres robots permettant de retrouver la possibilité de marcher), est-il toujours un homme ? Et si on lui enlève les bras car en plus il est super maladroit avec les tronçonneuses, les yeux parce qu'il est myope comme une taupe... bref est il toujours humain ? Et à partir de quand ne le considèrera-t-on plus comme tel ? la bêtise cache une réelle profondeur intellectuelle. Un couteau sans lame qui a perdu son manche peut il encore être un couteau ? Assoyez-vous deux secondes et relisez la question. Maintenant essayez de lécher votre coude. Pas facile, hein ? Oui ça ne sert à rien mais ça me fait marrer qu'une partie d'entre vous essaiera de le faire... C'est au final un problème assez complexe car l'être humain adore donner des noms aux objets afin de se les approprier et donc de s'assurer de sa supériorité par rapport à eux. Mais est-ce qu'un objet ou un être ayant perdu tout ce qui le définissait d'un point de vue purement matériel peut exister ? Ceux qui croient en quelque chose (Dieu, Allah, le Giant Spaghetti Monster) auront du mal à vous soutenir le contraire puisque c'est le sujet de leurs croyances. Dur d'apporter une réponse, et ce n'est certainement pas moi qui le ferai aujourd'hui... Une chose est sûre, si le robot est une pure création, il sera difficile de croire qu'il peut vraiment avoir une âme. Tout juste pourra-t-il, à mon sens, faire semblant d'en avoir une. Par contre, j'avoue que je coince sévère pour ce qui est du robot dérivé d'un humain (bref d'un cyborg en bon français), et je me propose donc d'aller de ce pas mettre un anus artificiel à CerberusXt afin de commencer à vérifier ma théorie. De toute manière, il est déjà un trou du cul, alors ça ne changera pas grand chose (NDCerberusXt : t'es viré !). P.S. : Voilou c'est fini, j'espère que ça ne vous a pas fait trop mal au cerveau. Par contre, j'aimerais pour une fois avoir des réactions par rapport à cet article sur notre beau forum : http://www.nioutaik.fr/daultimatewebzine pour savoir si ca vous intéresse. Car mine de rien c'est un peu de recherche et plus de taf que mes conneries habituelles... Bebealien PHILOSOPHEEK C'est un débat assez complexe. La tendance bien pensante actuelle, qui à mon humble avis n'est du qu'à un manque cruel d'imagination, dira que ce qui compte c'est le cœur. Pas de chance, les peacemakers existent. D'autre vous diront que la limite commence au moment où on touche au cerveau. Pas de chance non plus des expériences ont été faites sur des aveugles en leur greffant des électrodes afin de leur donner un début de sens de la vue. Alors où est la limite ? Peut-on envisager un homme qui aurait remplacé chacun de ses organismes par un autre ? Serait-il encore un homme ? Et aurait-il donc encore une âme ? Il existe un courant de pensée des années 50 appelé le dadaïsme, qui contrairement à ce que son nom indique n'est pas un club d'amateurs de poneyz. Ils créèrent entre autre la pataphysique, ou l'art de raisonner sur des concepts abstraits. Et ils posèrent une question dont - 73 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :