42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
IRL JEU DE SOCIÉTÉ De base, le but du jeu consiste à parcourir un certain nombre de checkpoints dans un ordre donné, mais il est tout à fait possible de choisir d'autres modes de jeu tels que capture the flag ou deathmatch, tout dépend de l'imagination des joueurs en fait et du nombre d'heures qu'ils sont prêt à perdre là-dessus. Là où les choses deviennent horriblement geek, c'est qu'un robot, ça ne se déplace pas en claquant des doigts, oh non, ça se programme ! Pour se faire, au début de chaque tour chaque joueur pioche 9 cartes et doit s'en servir pour remplir les 5 registres de programmation de son robot, une carte correspondant à une commande du type "avance de 2 cases", "fais un quart de tour à droite" ou "recule d'une case". Une fois que tous les joueurs ont programmé leur robot, ils retournent une à une chacune des 5 cartes qu'ils ont posé, et appliquent leur effet aux déplacements de leurs robots. Sur le principe, rien de plus facile, mais l'usine est remplie d'obstacles tordus tels que murs, tapis-roulants, lasers, bumpers ou puits sans fond : il faut donc planifier ses déplacements avec le plus grand soin, car la moindre erreur de programmation peut avoir des conséquences désastreuses. S'il n'y avait que l'environnement hostile de l'usine à affronter, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, La simple présence du maelström sur la table de jeu suffit à décupler la durée des parties. mais là où les choses se compliquent dramatiquement, c'est que par leur imprévisibilité, les mouvements de vos adversaires constituent un danger bien plus grand que tout le reste. Car les robots que vous dirigez sont du genre belliqueux, et n'hésiteront pas à se faire les pires crasses entre eux. D'une part, si un robot se retrouve en face d'un autre robot, il lui tire un laser dans la gueule, comme ça, gratuitement. Mais pire que tout, si un robot se déplace sur une case occupée par un autre robot, il pousse l'opportun sur la case adjacente : et ça, ça n'a l'air de rien, mais ça a le don de foutre en l'air le mieux huilé des plans, comme le montre l'exemple que vous trouverez quelque part sur cette page. Comme vous l'aurez sûrement deviné, il est donc possible de prendre pas mal de dégâts au cours de la partie. Et c'est là que les ennuis commencent vraiment car plus votre robot est touché, plus il devient difficile à contrôler. En effet, pour le programmer, vous recevez autant de cartes que vous avez de points de vie : 9 en début de partie donc, mais si vous avez par exemple 6 points de vie, vous ne recevrez plus que 6 cartes pour vos 5 registres, ce qui restreint pas mal vos possibilités. "Mais alors, si je me retrouve avec moins de 5 points de vie, comment je remplis mes 5 registres moi, j'suis dans la merde ou bien ? " Hé bien oui cher lecteur, vous êtes effectivement dans la merde. Di- - 62 (42lemag.fr) -
IRL Un exemple de phase de jeu : comme vous pouvez le voir, Jean-Barnabé (en bleu) a prévu sa séquence de jeu pour atteindre le checkpoint à la fin du tour... sons par exemple que vous êtes tombés à 2 points de vie : vous ne recevez plus que 2 cartes à chaque tour pour remplir les 2 premiers registres ; les 3 suivants resteront définitivement bloqués sur les dernières commandes qu'il y avait dedans au moment où ils ont été perdus, rendant votre fragile robot fort incontrôlable, et ce jusqu'à ce que vous le répariez. Car oui, fort heureusement, les dommages ne sont pas une fatalité, et il existe différents moyens de regagner des points de vie. Si vous perdez vos 9 points de vie, que vous tombez dans un trou ou que vous vous faites pousser hors du plateau, là le robot est complétement détruit. Vous perdez donc une vie et revenez en jeu avec un nouveau robot (qui commence avec seulement 7 points de vie, histoire de vous faire les pieds). Au bout de 3 vies perdues, c'est le game over, enfin ça c'est en théorie, parce qu'en pratique, si les vies n'étaient pas illimitées, les parties s'arrêteraient souvent bien vite... Comme si tout ça n'était pas assez compliqué, il est aussi possible, en s'arrêtant sur certaines cases, de récupérer de l'équipement pourupgrader son robot. Ces améliorations peuvent être de nature offensives en vous donnant accès à des armes bien fourbes (la pire d'entre elles est sans doutes le laser qui vous permet de pourrir la programmation du robot touché), défensives (boucliers en tout genre ou aides au mouvement), ou même carrément nuisibles (l'infâme circuit breaker, qui vous immobilise pour une auto-réparation dès que vous avez le malheur de tomber en dessous de 7 point de vie -ce qui arrive souvent- est le plus triste exemple de ce genre de "bonus"). Ainsi, bien que les règles de base soient relativement simples, les imprévus s'accumulent rapidement, et comme pour ne rien arranger, ce jeu est du genre prenant, on se retrouve avec des parties durant légèrement plus longtemps que prévues, occasionnant maintes nuit blanches chez les joueurs réguliers. Depuis sa sortie en 1994, un nombre assez élevé d'extensions est sorti, et comme tout est entièrement modulable, cela permet un nombre de possibilités de jeu quasi infinies. Ça se customise d'ailleurs tellement bien qu'une communauté de passionnés sur internet propose encore de nouveaux plateaux et éléments de jeu, des fois que les extensions du commerce ne vous suffiraient pas. Par contre, il faut l'avouer, niveau réflexion requise, ça reste quand même un jeu assez prise de tête, donc si vous êtes du genre à trouver qu'il y a trop de règles dans le Jungle Speed, passez votre chemin, RoboRally n'est probablement pas fait pour vous... Mppprrrrfffffchier JEU DE SOCIÉTÉ. mais sans compter la perfidie de Maximilien-Léopold (en rouje) qui non content de shooter Jean-Barnabé à coup de laser à deux reprises, va le pousser et décaler tous ses mouvements d'une case, ce qui le conduira à choir dans les abysses au lieu de s'arrêter juste devant comme il l'avait prévu à l'origine. - 63 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :