42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
IRL IRL REVIEW teur adoré et Elda, lectrice connue pour son cosplay de Lara Croft raté, s'étaient joints à nous et la soirée continua de battre son plein, avec des conversations toujours aussi geeks, de la bonne humeur, des Burger Quizz animés avec talent par Horacio et d'autres jeux non moins geeks. Après un petit différend avec la serveuse qui voulait qu'on « bouge nos gros culs » (oui, c'est une citation), certains d'entre nous décidèrent de continuer la soirée dehors, ce fut le cas de KKK et moi. Accompagnés de plusieurs personnes tout aussi remontée (oziosborn, Bobcat, Zedig...) nous abordâmes le sujet des serveuses méprisantes qui cherchent à gagner la moindre place possible quitte à virer des bons clients qui ont dépensé leur argent tout l'après midi sur des bières à 6 € 50. Kolonel ne voulant rentrer sous aucun prétexte, Polo le rejoignit bientôt et ils disparurent dans la nuit noire... Ce fut la dernière fois que je les vis. Assez étonnamment, personne ne chercha à me faire revenir, et je continuai donc ma conversation avec oziosborn sur le thème de « c'était quand même vachement mieux avant », citant les jeux mythiques de ma jeunesse pas lointaine du tout comme Pokémon, Prince, TombRaider III... Et puis les 150 premiers Pokémons ok, ils sont cools, mais plus ça avance, plus ils ressemblent de moins en moins à quelque chose ! Zedig nous apprit qu'il avait réussi à créer un Hitler dans Soul Calibur, et les 42iens restés à l'intérieur nous rejoignirent pour bouger un peu. They Stole Mah Bucket ! L'idée était d'aller au KFC. Zedig était sûr de lui : il savait que s'en cachait un non loin de là, et c'est après un tour de pâté de maison inutile (oh ! Un irish pub !) que nous nous mîmes en route. Le chemin était long et difficile, semé d'embûches, mais nous arrivâmes sains et saufs devant un KFC rempli de … ahem. Rempli. Nous n'abandonnâmes pas et fîmes la queue, expliquant le principe des buckets à Mppprrrrfffffchier et à Zedig. Soudain, je sentis mon sac tirer. ON ETAIT EN TRAIN DE ME PICKPOCKE- TER MOTHERFUCKER ! § Je me retournai calmement, un wesh se tenait là, l'air de rien. Je mis mon sac en sécurité devant moi, ma précieuse DS et ma PSP bien cachées entre mes pieds. C'est à ce moment-là que Draxx et Horacio finirent de commander. Ce dernier cherchait des places pour nous asseoir quand le wesh Owi, fais l’amour à tes doigts (photo réalisée par Nonow) en question s'avança vers lui et, sans rien dire, sans laisser paraître une émotion sur son visage, lui prit son bucket, s'en allant d'un pas vif. Tout le monde mit quelques secondes avant de réaliser ce qu'il venait de se passer. « Mais, wtf ? Il a fait quoi là ? Il vient de voler un panier rempli d'ailes de poulet ou je rêve ? » fut notre première réaction. La deuxième fut d'aller chercher un autre bucket, gratuitement s'il vous plaît, et d'aller le manger, en s'y accrochant bien. ratée de Draxx pour faire un feu, nous nous installâmes pour jouer à Cyberpunk 3.0, le JdR papier. Je me souviens assez peu de ce passage, car il commençait à se faire bien tard, mais je me rappelle que l'on a quand même eu le temps de créer les persos ; Horacio me laissa prendre un tonfa électrique 6d6 trop badass, puis nous nous endormîmes littéralement sur place. Un dimanche héroïque Au moins cette histoire nous occupa toute la soirée, nous râlâmes sur l'IRL qui était quand même mieux fréquenté avant, quand quelqu'un voulait te voler quelque chose il te fonçait dedans en courant, te mettait à terre et, après t'avoir foutu deux ou trois coups de pieds se barrait tout aussi rapidement avec ton sac et ton porte-feuille, pas... ça ! On aurait presque dit qu'il s'en foutait de nous, quel irrespect. Bientôt arriva le moment de nous quitter. Nous nous séparâmes et je suivis le groupe de Draxx, CerberusXt, DarkVcious et Horacio avec lequel je me rendis en RER à la maison du célèbre métalleux. Enfin « rendis », c'est un bien grand mot. « C'est à 20 minutes de la gare, promis ! Juste que ça monte un peu », nous avait promis Draxx. Dix minutes après : « C'est encore loin ? » « Euh oui, un quart d'heure, j'te jure ! ». Au bout de 20 autres minutes, la pente se fit moins raide : « C'est la dernière ligne droite, on est bientôt arrivés ! ». Cinq minutes après : « Dernière ligne droite ? Lol. ». Puis nous arrivâmes, cinq autres minutes après. Ceci dit nous ne regrettâmes pas le voyage : la maison était immense, surtout le salon, et, après une tentative Nous nous réveillâmes une demi-heure avant le rendez-vous, ce qui ne nous empêcha pas d'arriver avant tout le monde. Nous prîmes un petit déjeuner/déjeuner copieux au KFC de République où nous rejoignirent KKK, Polo et Mppprrrrfffffchier, avant de nous rendre à La Tête Dans Les Nuages, une salle d'arcade pas mal du tout. Nous y retrouvâmes Bobcat, jouâmes au hockey sur air, à Street Fighter, à des courses de voiture, à un jeu de foot avec des robots et des aimants (owned Draxx !), à un jeu où le but était de tuer plein d'araignées sans vomir, à une simulation de bobsleigh filmée en 1995 (Horacio, frère de torture), à Guitar Hero, à du basket, et enfin à des jeux pour mesure sa force où je défonçai tout le monde, comme le roxxor que je suis (faut pas me faire chier, apparemment). Au sortir de la salle d'arcade, tout le monde partit peu à peu, la fin se faisait sentir. Après une after au McDo à proximité, je me dirigeai donc vers la gare du nord où je ratai mon train. IRL, ça sux, mais les IRL, c'est bien. Mr Egg - 60 (42lemag.fr) -
IRL RoboRally Quand les légendes sont de sortie/modestie Bon, quelqu'un est motivé pour faire un jeu ? Mmmh pourquoi pas, tu proposes quoi ? Un petit RoboRally ? JEU DE SOCIÉTÉ Ooooh non, pas ROboRally : il est bientôt minuit, et je dois me lever tôt demain. Nan mais c'est bon, on a qu'à dire qu'on fait une partie rapide : on utilise que deux plateaux, et on arrête quoi qu'il arrive dans une heure. Ça vous va ? Mouais... bon... d'accord... mais je suis sûr que je vais le regretter... Une durée indéterminée plus tard : Cuicui ! Comment ça "cuicui" ? Aaaaargh, il fait déjà jour ! Putain, mais on a joué pendant combien de temps ? « 30+ min. » : le + n'est pas de trop. Comme des milliers avant elles, ces personnes viennent d'être victimes d'une partie de RoboRally qui a dégénéré. Mais le RoboRally, qu'est-ce donc ? Bah c'est un jeu de plateau avec des robots. Qui font du rallye. Chassez tout de suite de votre esprit les visions d'horreur de robots qui boivent des whisky-coca en dansant le rock'n'roll, le rallye dont on parle ici est beaucoup moins impitoyable, et se contente de mettre en scène des robots sur-armés risquant la destruction à chaque pas dans une usine remplie de pièges vicieux. Concrètement, le jeu est constitué de plusieurs plateaux figurant les diverses parties de l'usine où évoluent les robots. Il est possible de combiner l'ensemble des plateaux disponibles entre eux sans aucunes contraintes, ce qui permet de créer un nombre de maps différentes assez énorme, et donc de faire en sorte qu'aucune partie ne ressemble à une autre. Chaque joueur contrôle un robot, et doit le diriger pour accomplir l'objectif fixé en début de partie. - 61 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :