42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
IRL IRL REVIEW sang ne fit qu'un tour et nous nous mîmes à genoux pour lui baiser les pieds et lui demander de pardonner notre attitude insultante. Bon seigneur, il nous autorisa à rester dans cette position pendant quelques minutes, et il s'assit sur Draxx, les pieds sur zenito. Arriva alors le Kolonel KlinK, avec trois K comme KKK, qui puait bien l'awesomeness avec son t-shirt aux quatre feuilles, suivi de peu par Polo et son t-shirt/b/qui commença fort en râlant pendant un bon quart d'heure sur Paris et tous ses défauts (il fait moche, ça pue, les gens font la tête, les pigeons c'est moche, c'est plein de clochards, les trains sont en retard). Nous suivîmes Draxx qui était censé connaître le moyen d'arriver à notre destination : le Manoir de Lila. Après un quart d'heure dépensé en pure perte, nous nous rendîmes compte que Draxx n'avait en fait aucune idée de quelle direction emprunter et nous décidâmes donc de nous reporter sur le Kolonel, qui nous promit connaître la route, et c'est derrière ce pirate (lui et Polo avaient entre temps enfilé de très seyants tricornes) que nous fîmes route jusqu'à la demeure de notre correctrice adorée. Soirée Buttfest Privée Après un trajet en RER effectué sans anicroches, Lila nous retrouva à la gare avec son gentil petit mari geek. Ils nous conduisaient à leur appartement qui était beaucoup plus loin de la gare que prévu (marcher, quelle horrible activité) quand sur le chemin, nous fîmes la rencontre de joyeux pèlerins (des weshs, quoi) qui, reconnaissant les chapeaux de KKK, une autre idée de la classe ! Polo et KKK crièrent : « Eh 42 numéro spécial pirates ! », ou quelque chose s'en approchant. Enfin arrivés à l'immeuble de Lila, nous nous retrouvâmes au pied d'un ascenseur. Ma claustrophobie m'empêchant de suivre les autres, je n'eus que le temps de demander l'étage à Lila qui me fit un quatre de la main avant que les portes ne se referment. CerberusXt, m'accompagnant dans ma solitude, m'aida à rechercher les escaliers que nous mîmes bien 5 minutes à trouver. Nous arrivâmes enfin à un étage 4 complètement vide. Nous écoutâmes aux portes pour tenter de deviner où ils étaient entrés, et nous nous arrêtâmes devant l'appartement 42, duquel des voix filtraient. Nous pensâmes immédiatement que c'était trop gros pour être vrai, et préférâmes appeler les autres du groupe, qui se trouvaient bien être dans cet appartement, awesomesauce ! Deux gros félins féroces nous accueillirent, se frottant sans merci à nos mollets sans défense. Lila rappela ses molosses et nous fit faire un tour de la propriété, y compris la réserve de boissons et le salon, où tous nos compères nous attendaient et avaient déjà commencé le débat. Nous discutâmes de sujets très importants ce soir-là, des sujets allant de la disparition inquiétante des tarsiers sonsurround dans les balkans du sud à la place du palindrome logarithmique dans le référentiel utopico-centrique. Cependant nos plus importantes discussions portèrent sur les futurs thèmes top secrets du mag, ainsi que sur l'intégration prochaines de DLC payants dans 42, sériouz bizness, quoi. Un réveil de BOGOSS ! ! 1 Après ces discussions acharnées nous nous détendîmes grâce à des jeux tous plus prenants les uns que les autres : le Time's Up (mais mais mais, c'est qui Simone Signorellet à part une dame avec un nom de vieille ?), le Time's Up Geek, créé par Polo dans les toilettes de son boulot (allez trouver le nom de Leave Britney Alone, vous), et finalement le Munchkin, pendant lequel CerberusXt nous latta à tous la gueule, quand bien même j'étais carrément mieux stuffé que lui et que, quand même, il venait de se faire défragmenter par un Dragon Plutonium ! Lila était déjà allée se coucher depuis longtemps, assommée par ses deux verres de rhum, et Polo, accompagné de Kolonel KlinK avait déjà pris un taxi pour dormir chez ce dernier ; nous allâmes donc revêtir notre habit de nuit. Cette dernière se passa sans trop de - 58 (42lemag.fr) -
IRL Pirate Polo & Pirate KKK (photo réalisée par Nonow) problèmes (les chats, c'est gentil, mais pas quand ça met ses pattes sur ton visage quand tu dors), et nous nous réveillâmes sur des croissants que Lila était allée nous chercher. Comme il était grand temps de nous rendre au rendezvous avec les lecteurs, nous nous mîmes en route, arrivant avec beaucoup d'avance sur une place Saint-Michel pas si phallique que ça. Un samedi de BEAU GOSSE Personne n'était apparemment au rendez-vous, et nous décidâmes donc d'aller faire un tour. Au bout d'un moment je remarquai un étrange personnage qui nous suivit quelques temps, arborant un sweat avec un canard qui faisait un V de la victoire dessus. Je su tout de suite par un tel manque de goût que c'était un rescapé virtuel perdu en pleine jungle urbaine hostile, j'attendis donc une approche qui tarda rapidement. Histoire de faire comprendre à l'individu que nous étions bien les rédacteurs tant attendus, je dis, bien audiblement : « Dis donc, qu'est-ce que je le voyais plus grand, CerberusXt ! ». Ce qui éveilla la curiosité du passant qui se présenta enfin à nous, il s'appelait Coincoin. Arrivèrent alors, peu à peu, des gens tous plus bizarres que les autres : un géant à lunette prénommé Bussiere, un vieux qui nous suivait depuis longtemps sans être inscrit sur le forum et qui venait juste, avec ses collègues de bureau, de comprendre les blagues du numéro 2, puis enfin deux belges fumeurs, Brunaw et Csame. Le flot de nouveaux arrivants s'étant tari, nous décidâmes de nous rendre au pub irlandais, lieu du rendez-vous final ; nous y attendait le pilier de forum Pelops, ainsi que deux petits jeunes, inconnus au bataillon. Après des présentations gênées, la discussion avança et les rédacteurs eurent le privilège de dédicacer le disque dur externe de Bussiere. Soudain, se pointa un inconnu. Jusque là on avait été à peu près capables de reconnaître les lecteurs à partir des photos qu'ils avaient postées sur le forum, aussi nous lui demandâmes son pseudo. Pour toute réponse, il lança un « pffchier. » hautain. Nous ne nous laissâmes pas abattre ; c'est normal de se présenter quand on est un inconnu, quand même ! Après des explications de sa part nous comprîmes que nous étions en face du grand et mystérieux Mppprrrrfffffchier. Un silence révérencieux se fit alors. Jungle speeeeeed ! ! (photo réalisée par Nonow) Pendant ce temps-là, des nouveaux étaient arrivés, je ne me souviens plus de l'heure ni de l'ordre des arrivants mais on se retrouva rapidement à beaucoup : ozioborn, Sixsixsix, Nonow, Bobcat, DrussDharan, DarkVcious, Horacio, Drosophile Diurne... à jouer aux cartes, au Jungle Speed, à parler geek, à chanter les chansons de Reflet d'Acide (merci à Druss et Bobcat pour leur superbe prestation qui mit tout un pub mal à l'aise !), et à jouer au Perudo. Le Perudo, vous connaissez sûrement, chacun a un gobelet dans lequel il a 5 dés, au début de chaque tour, chacun lance les dés, sans les montrer aux autres, et le but est de parier sur les dés sous tous les gobelets, à base de statistiques et tout, bien un jeu de geek. A l'occasion de ce jeu, nous étions 12 au début, mais à la fin ne restaient que CerberusXt et Polo, s'affrontant dans un duel au sommet. Et Polo gagna. Enfin on ne peut pas dire qu'il gagna, je vais le citer pour que vous ayez une idée plus précise de la chose : « On peut pas vraiment parler de score, c'est indécent, je l'ai désanussé, à sec, avec du gravier en fusion. ». A un moment quelqu'un proposa que nous nous rendissions au magasin de comics Album, qui n'était qu'à quelques rues de là. Une grande partie de la troupe s'y déplaça donc ; KKK, Draxx et moi-même étant des gens polis par nature, nous entreprîmes de dire bonsoir à tous les passants dans la rue. Cette entreprise n'eut pas l'effet escompté, seul 1/10 des badauds nous répondirent. Après quelques achats au comics store, nous récupérâmes nos places au bar irlandais, et mangeâmes gaiement les hamburgers proposés par la maison ; très bons mais très chers (surtout l'impérial, huum). Entre temps Zedig, notre cher dessina- IRL REVIEW - 59 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :