42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
IRL Détente chez 42 Corp LES COULISSES Introducing the evil Ray Surlecôté Mon premier ordinateur était un TO7- 70 (+50 XP en identité nationale de la France). Un jour, on a eu une coupure de courant à la maison. En tant que jeune geek de 8 ans, ça me foutait bien évidemment les nerfs. Moi je voulais jouer à Yeti (un clone de Donkey Kong, avec, à la place du gorille lanceur de tonneaux, un yéti lanceur de boules de neige). Mon frère eut alors une idée géniale : créer une version physique du jeu ! Ça tombait bien, on était en hiver. On a donc disposé quelques fruits dans les escaliers et mon frère s'est placé en haut, munis d'une glacière remplis de munitions. Je devais monter et ramasser les fruits tout en évitant ses tirs. Quelques points de suture et un bon pour deux semaines de corvée-serpillère plus tard, je me suis dit que jouer aux jeux vidéos "pour de vrai", c'était une idée intéressante, mais ça serait certainement mieux avec des robots géants. Puis je suis devenu rédacteur à 42. Maintenant que je fais partie de cette aventure magique, et que j'y dégobille docilement mon quota d'article mensuel, je dois avouer que je me sens parfois un peu las. Je regarde à travers la grande verrière de la rédaction les poneyz qui gambadent et les poussins multicolores qui poussinoient, et je me demande : "Est-ce vraiment là ma destinée ? Quelle est la véritable drogue de ma vie ? Dans quelle mesure ne suis-je possiblement pas complètement un cafard ? " C'est toujours dans ces moments-là que Bebealien propose une petite récréation défoulatoire. Il finit d'un trait son gobelet de café-calva brûlant, saute sur son bureau et beugle "Je suuuiis Goooldooooraaaakkkk !!! ". Mr Egg désincruste la tête de son clavier, on finit tous nos bières du matin, et on se précipite avec des cris hystériques vers le poteau-de- pompier-pour-descendre-les-étages- plus-vite. (Des fois, on a des morts avec ce truc, mais c'est pas grave, un petit détour par le centre de clonage, et c'est soigné). Ensuite, on court dehors comme des dératés, avec les bras qui gigotent dans tous les sens. Dans mon article du numéro 11, que vous avez tous lu, j'avais mentionné le fait que Quadrakontadipolis possédait un atelier de fabrication et d'assemblage de robots géants. C'est là que nous nous rendons. Les portes du méga-hangar s'ouvrent. J'ai toujours adoré la vision de ces centaines de parties de robots alignées sur des étagères : têtes, bras, jambes, torse, zizi mitrailleur... Polo - 52 (42lemag.fr) -
IRL s'exorbite les yeux et projette quelques gouttes de bave sur le sol : "Nyyaahhh ! On a reçu les nouvelles Chunli ARX-256 avec cuisses gyroscopiques quadritendons ! ! Prem's ! " Pour ma part, je reste dans une configuration assez classique, mais aux petits oignons : pour les jambes, des GrassHopper 3.0 (équipées du même type de piston que ceux des chaises de bureau chinoises explosives), un torse en plastacieroïde désexpansé (le modèle Jansen-85H, avec des golden boobs), en bras gauche, l'indétrônable lance-tronçonneuses autopropulsée RPG M1B, et en bras droit, euh... la même chose, parce qu'on va pas non plus se faire chier à insérer de la subtilité là où y'a pas besoin. Je me rajoute ma petite option favorite : un brûleur Aïoli-451 dans la bouche. Ça donne à mon robot un petit côté beauf-barbecue-tuning-Johnny que je trouve très ironique. Une fois nos assemblages montés, nous commençons par quelques petits exercices histoire d'échauffer les vérins. "Envoyez les tortoises !!! " créchite soudain Draxx dans son haut-parleur à pulsations trémoriales. Des tuyaux géants sortent du sol, et plusieurs méca-tortues s'en échappent. Mince, j'avais pas prévu qu'on jouerait à ça. Je peux facilement sauter dessus et les neutraliser avec mes GrassHopper, mais je ne parviens pas à récupérer les carapaces avec mes bras lance-tronçonneuses ! ! Je resaute dessus pour les envoyer au hasard, mais ce n'est pas très concluant. Lilatilleul, qui a récupéré un champignon énergétique boosteur de capacité, réussit sans peine à les attraper grâce à son bras téléscopique Chope-Mascagne-2000, et elle me les renvoie en pleine tronche. Eh Réchèr ! Même une grand-mère vierge ferait mieux que toi ! C'est nul comme vanne ! Une grandmère peut pas être vierge. Oh la grosse tanche ! Ça te dit rien l'insémination artificielle ? De son côté, Cerberus s'évertue à lancer des boules de feu, puis à se téléporter juste devant elles en auto-buttseks, tout en prenant l'air le plus naturel possible. En terme de jeux, c'est assez crétin. En terme de stratégie corporate, ça se tient. Il cherche à nous montrer que son grade de rédacteur-en-chef-tyran ne fait pas de lui un pilote de robot hors pair, et qu'on n'a donc pas à le laisser gagner, ce serait de l'hypocrisie. Là, il se laisse perdre lui-même, je pense qu'on peut appeler ça de l'hypocrisie inversée. "Dans la Quarante-Deux Corp, les inégalités de hiérarchie sont gommées". J'y crois à mort. Sur ce, il est temps de changer de jeu. J'aimerais bien qu'on fasse celui avec les petits vaisseaux disposés en carré. Ils se déplacent de gauche à droite de plus en plus vite, et on doit tous les détruire. Je leur ferais goûter de mes munitions, ça serait pas piqué des hannetons. C'était sans compter ma relation très forte avec l'alcool. Alors que j'attrapais tranquillement une bière dans le compartiment secret que je me suis aménagé (le dites pas aux autres membres de la rédaction, ils vont tous vouloir que je leur en bricole un dans leur torse de robot préféré), ce fourbe de obi en a profité pour envoyer un radio-taunt vers notre catapulte à baballes géantes. KLA- SHPOINNG ! ! La baballe est éjectée à toute vitesse. Obi la réceptionne, et la renvoie vers moi. J'étends mes jambes et mes bras, afin d'avoir une surface de contact la plus grande possible, et fais un über-saut pour l'intercepter. LES COULISSES On se fait quelques échanges, et je commence à prendre doucement le dessus. Tout à coup, un affreux petit robot noir aux yeux méchants surgit de nulle part, et réduit notre balle en miettes. Sa voix résonne comme un troupeau de crécelles synthétiques s'ébrouant dans une piscine de copeaux métalliques. Alors les nombrilistes mal épilés ! On ripaille comme des bourgeois à la graisse ? Inventoriez votre flore intestinale, parce que je vais l'éradiquer à coups de fist-fuck ! ! Enfer et putréfactoire ! C'est Ray Sur- - 53 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :