42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
BD/COMICS DOSSIER DÉCOUVERTE ment sur la magie. On apprendra plus tard que c'est même le Mandarin qui fut à l'origine de la capture de Tony au Viêt- Nam. Quand à Fing Fang Foom, c'est un vieux dragon, tout gros, tout vert, tout moche, et un peu tout naze quand même. L'autre facette des méchants d'Iron Man sera matérialisée par des armures/robots/droïdes comme la Dynamo Pourpre, Titanium Man ou Ultimo, après tout, des robots qui se tapent dessus c'est jamais trop dérangeant... Peu à peu, les "hommes derrière les robots" prennent une place prépondérante et les méchants deviennent plus des ennemis de Tony Stark que des ennemis d'Iron Man, si vous voyez ce que je veux dire. Le personnage de Tony Stark/Iron Man se battra aussi bien sur le plan "humain" que sur le plan "héroïque", ce qui est une première dans le monde des comics. Mais Stan Lee n'était pas trop emballé par ces méchants et leur côté bipolaire (les méchants technologies et les méchants anti-technologie) tout comme le fait de traîner trop longtemps cette histoire de cœur faible. C'est vrai quoi, Iron Man allait pas rester éternellement avec cette histoire de bout de métal dans la poitrine, c'est chiant à la longue ! Du coup, ce bon vieux Stan décida de faire coup double en introduisant une nouvelle problématique à son personnage ainsi qu'un nouvel ennemi mortel : l'alcool, (saga "Demon in a Bottle", voir encadré) ce qui est carrément révolutionnaire pour l'époque ! (putain, il est balèze Stan Lee quand même !) Tony Stark a les mêmes problème que n'importe quelle nana : "qu'est ce que je vais mettre aujourd'hui ? " TOP 5 DES HISTOIRES D'IRON MAN (1/2) 1 : Civil War "Civil War" c'est ZE histoire qui a retourné l'univers Marvel. Ce n’est pas une histoire sur Iron Man, mais on peut dire qu'il en est le protagoniste principal (avec Cap). En gros, Nitro qui fritte avec les New Warriors (qui tournent une émission de télé-réalité) et BOOM, il fait exploser une école (400 morts et des brouettes, que des mômes), le gouvernement veut faire encadrer les super-héros pour que ce genre de désastre n'arrive plus. Pour cela, les héros doivent se faire recenser (donc révéler leur véritable identité) et deviennent - en gros - des employés du gouvernement. Iron Man est pour cette loi, Cap est contre. L'univers Marvel sera divisé en deux, tout comme les diverses équipes de héros et les deux camps vont se livrer une bataille sans merci qui fera de très lourds dégâts (mort de Cap et de Giant Man) et qui laissera à jamais comme une sale balafre sur l'univers Marvel. 2 : Demon in a bottle Cette histoire est une des histoire les plus humaine qu'il m'ait été donné de lire dans le comics de super-héros. On y suit l'âpre combat d'un homme qui a tout, contre un des pires fléaux existant : l'addiction. On en découvre plus sur l'homme que sur le héros (entre autres que son père était aussi alcoolique) qui est rongé par ses démons intérieurs (échecs, honte, mauvaise conscience) et voir un mec bourré se servir d'une outil aussi puissant que l'armure d'Iron Man, c'est quand même assez bizarre. On en arrive même à plaindre ce pauvre Tony (oui, le génie bogosse milliardaire qui lève les bombasses par pack) qui sombre dans une déchéance sans fond. Touchante au possible, cette histoire est un must absolu de l'histoire du vengeur doré. 3 : Living Armor Quand Jos Quesada décide de relancer Iron Man, il met les bouchées doubles et s'occupe lui même de la série. Il décide alors d'explorer la relation entre Tony et son armure. Il s'avère que lors d'un combat où Iron Man a pris très cher (de grosses décharges électriques), l'intelligence artificielle de l'armure devient une entité à part entière. C'est alors que peu à peu, Tony perd le contrôle de son armure (elle tuera jesaisplusqui, qui avait blessé Tony sans que ce dernier puisse y faire quoi que ce soit) et que cette dernière deviendra purement et simplement autonome. Problème, l'armure est amoureuse de son créateur (!) et elle le veut juste pour elle (connasse possessive !). Tony devra donc lutter avec juste son couteau (même pas sa bite) contre une armure prête à le tuer s'il rejette son amour. Pour la première fois, on voit un Tony qui se bat contre un de ses pires cauchemars et qui, une fois de - 44 (42lemag.fr) -
BD/COMICS TOP 5 DES HISTOIRES D'IRON MAN (2/2) L'armure, bien plus qu'un tas de circuits et de métal aggloméré plus, prend conscience qu'il a été trop loin dans ses inventions. 4 : Extremis "Extremis" marque le retour en grâce d'Iron Man. C'est aussi une excellente façon de faire monter en puissance Iron Man qui était un peu sur le modèle "Dragon Ball" aka "je me fais fumer, je sors une nouvelle armure, gg nextmap". Extremis est un virus qui est censé soit tuer tout le monde (comme la grippe A LOL) soit causer des mutations daouf qui rendent super balèze sur les certains chanceux. Le virus, qui est sur le point d'être lâché sur nous sera stoppé au dernier moment par notre boite de conserve qui se retrouvera exposé. Sauf que du fait de son corps contenant des implants robotiques, Extremis va faire "fusionner" Tony et son Armure d'Iron Man. Ils ne font plus qu'un, Tony accède à de nouvelles aptitudes et maitrise son armure mieux que n'importe quelle partie de son corps humain (mieux que sa b*** même !). Cette histoire nous permet donc de comprendre pourquoi Iron Man est devenu si puissant depuis quelque temps et, c'est un vrai morceau de bonheur car les dessins sont tout simplement MA-GNI-FI-QUE. Pour être honnête, à part du Alex Ross, j'ai jamais vu ça, couleur, dessin, encrage, c'est tout simplement sublime. Adi Granov est un génie ! 5 : Le retour d'Ultimo Ultimo est un robot géant plutôt méchant mais surtout, ultra balèze. Et quand Ultimo se réveille, c'est pas trop cool et c'est encore le même qui doit s'y colleter, merde à la fin. Donc Iron Man arrive devant Ultimo et se fait défoncer, mais alors d'une force... Mais, à cette époque, Tony est infirme et commande l'armure à distance, coup de bol me direz-vous ! Oui et non puisque le démembrement de l'armure laisse Tony pour quasi mort car ils sont étroitement reliés (comme dans Matrix). Arrive alors James Rhodes avec la War Machine qui va réunir PLEINS d'armures pour affronter Ultimo. Après un combat épique, force est de constater qu'Ultimo a mis une sévère branlée aux quelque 20 armures qui se sont attaquées à lui, chienne de vie. C'est alors que notre Tony, en miettes sur son lit, décide de tenter le tout pour le tout : une nouvelle armure encore au stade expérimental, la Modular Armor. Et disons très clairement, cette armure est la plus awesomeOMGWTFBBQ- ROOOOOOOOOOOXXXXXXXXXX armure jamais conçue. La Modular Armor est entourée d'un halo de classe +10 000 et se révèle être aussi une putain de one man army et c'est Ultimo qui va vite le découvrir et se faire défoncer le périnée avec une certaine classe. Fallait pas l'inviter. L'armure d'Iron Man a toujours été auréolée d'un certain mystère ("Comment il pisse LOL ? ") et la relation homme-machine n'a jamais été vraiment abordée, à tort, car, plus le temps passe, plus on sent que l'armure a évolué, qu'elle est une partie intégrante de l'homme et qu'elle est par conséquent devenue bien plus qu'un simple costume. Du coup, on se met à parler beaucoup plus de la relation "entre Tony Stark et Iron Man". L'homme est-il vraiment indépendant de l'armure ? L'armure, au gré de ses évolutions technologiques et de l'avancée de son IA est-elle toujours une simple machine ? C'est avec ces thèmes que le lectorat qui avait peu à peu abandonné Iron Man (la succession d'équipes moyennes et d'absence de renouvellement scénaristique avaient créé un certain désamour pour la série) revint très vite. Les nouvelles dimensions apportées au personnage plaisent énormément, et c'est là que Joe Quesada (le boss de Marvel, auteur de l'excellente saga "Living Armor", voir encadré) eut une super bonne idée : faire d'Iron Man un personnage politique et le balancer sur le devant de la scène. Remettre Iron Man sur le devant de la scène, c'est passé par un relooking du tonnerre (voir "Extremis" dans l'encadré), confier la série à une équipe de trèèèèèèès haute facture - à Savoir Warren Ellis (que je ne présente même plus) et Adi Granov, LE dessinateur du moment - et surtout offrir une nouvelle carrière pour le héros issu de DOSSIER DÉCOUVERTE Encore une fois précurseur, Iron Man sera le premier personnage à être fortement touché par des ennemis humains (comme le cancer pour Captain Marvel) et le thème de la bouteille accompagnera longtemps le héros rouge et doré tout au long de sa carrière. Seulement voilà, comme pour sa fragilité cardiaque, on n’allait pas forcément passer trois décennies sur le whisky, il fallait une nouvelle orientation au personnage, un truc qu'on n’avait pas encore exploré comme euh... beh... l'armure tiens ! Fing Fang Foom est tout de suite moins naze quand il est dessiné par Adi Granov... - 45 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :