42 n°13 mars 2010
42 n°13 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : RoboRally.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
TELE DOSSIER DÉCOUVERTE lion a subit des pressions pour revenir à un style plus standard. Heureusement, le studio à tenu bon en demandant à tout le monde d’aller se faire foutre, poliment comment le veut la tradition Japonaise ("Auriez-vous l’obligeance d’aller vous faire foutre s’il vous plait ? "). Là où cela devient drôle c’est que, le succès de l’anime aidant, les figurines d’Evas se sont vendues par la suite comme des petits pains fourrés au crack faisant de la licence Evangelion une des plus rentables au Japon. Rizone Fouare (obi) : Violence psychologique La psychologie des personnages a une très grande place dans Evangelion à tel point que ce ne sont plus les bastons de robots qui sont intéressantes mais l’impact que celles-ci laissent sur les pilotes. Les trois pilotes d’Eva sont tous très jeunes (14/16 ans, la raison derrière la jeunesse des pilotes est expliquée dans la série même si on se doute bien que c’est un vil prétexte pour "être en phase avec le public visé m’voyez") et ont une pression absolument énorme sur les épaules puisque ce sont les seuls à pouvoir sauver le monde (n’est pas Chuck Norris qui veut). Pour ne rien arranger ils ne sont que des jouets entre les mains des responsables du projet Evangelion pour qui la fin justifie les moyens et ceux-ci n’hésiteront pas à les pousser dans leurs derniers retranchements pour obtenir ce qu’ils veulent. Je ne peux pas vous donner d’exemple sans spoiler comme un gros porchiau mais je vous assure que plusieurs pilotes finissent "brisés" psychologiquement au cours de la série à tel point que la violence physique à l’écran paraît presque fade en comparaison des souffrances mentales. Montrer cela est une idée absolument géniale puisque cela accroît encore la "fragilité" des Evangelions en attaquant leur maillon faible : le pilote. Cette "violence psychologique" se retrouve également dans le passé et la personnalité des trois pilotes, ainsi Shinji n’a jamais connu sa mère et son père, le commandant de la Nerv, le considère plus comme un "outil" que comme son fils, le transformant en un gros asocial. Asuka, la pilote allemande avec un nom qui sent franchement pas la saucisse de Francfort, a vécu plusieurs années avec sa mère foldingue avant d’assister à son suicide, elle est depuis persuadée d’être totalement inutile sauf quand elle pilote son Evangelion et elle passe son temps à être arrogante et à bousculer tout le monde pour oublier sa douleur. La dernière du lot, Rey, ne ressent aucune émotion et a des pulsions de mort. Bref, ça sent la joie et les petits oiseaux qui chantent, alors je vous laisse imaginer ce que cela donne quand on colle trois cas sociaux aux commandes d’armes qui les dépassent oui, c’est aussi awesome que ça en à l’air. - 40 (42lemag.fr) -
TELE beau et ça élève sérieusement le niveau d’un anime pourtant déjà haut de gamme. L’EVA-03 - Le modèle de production Rizone Faillve (obi) : Des thématiques SF et philosophiques puissantes Sous ses airs basiques d’anime pour fans de bourrinitude métallique (soit toute personne normalement constituée, je ne le répéterai jamais assez), Neon Genesis Evangelion traite une thématique de science fiction matinée de philosophie véritablement passionnante et rarement abordée : l’élévation de la condition humaine par le biais de la recherche. Cela se fait au travers de l’Human Instrumentality Project. Pour faire simple, ce projet vise à briser la barrière de conscience entre les différents êtres humains (en exploitant les boucliers des Anges) pour que l’on vive tous dans une grande soupe mentale commune. L’idée est que, si on partage toutes nos émotions, nos pensées, nos visions, l’incompréhension n’existera plus et comme c’est l’incompréhension qui crée la violence et tous les maux de notre société, on vivra alors à Bisounours land et on vomira des arcs en ciel ! Une sorte d’humanité 2.0 en somme. La grande question est, sommes nous près à perdre notre individualité en échange de la paix ? C’est Voilà, ça c’était pour le quota philosophie de l’article histoire de montrer à ma môman que je ne suis pas qu’un grossier personnage même si j’aime bien dire "chatte" de temps en temps ! Conclusage Ceux qui connaissent déjà la série se demandent peut être pourquoi je n’ai pas parlé de la symbolique mythologico-religieuse-pouetpouet dans laquelle baigne la série. C’est très simple, elle ne sert à rien d’autre qu’à se la péter en collant des explosions en forme de croix de Djézus et surtout, de l’aveu même d’un des créateurs de la série "on a mis ces symboles simplement pour se démarquer des séries habituelles, il n’y a rien à piger". Remarquez, sachant cela c’est toujours amusant de voir des hordes de fans se prendre la tête pour tenter d’interpréter la symbolique de la série. Enfin bref, arrêtez tout de suite de me lire et aller vite schtoumpfer le meilleur anime de robots de l’univers (n’oubliez pas d’envoyer un chèque aux ayants droit, à 42 On n’est pas des sales délinquants. Des nazis pédophiles peut être mais des pirates jamais !). CerberusXt DOSSIER DÉCOUVERTE TOUT N’EST PAS PARFAIT Je ne peux décemment pas rédiger un article entier pour encenser une série, il faut bien que je crache un peu dessus, j’ai une réputation à défendre mayrde ! Donc non, tout n’est pas tout beau tout rose chez Evangelion à commencer par l’animation qui se dégrade au fil des épisodes avec de plus en plus d’utilisation d’arnaques à deux francs à base de mains devant la bouche pour économiser des frames. Au début cela ne se voit pas trop mais les deux derniers épisodes ressemblent plus aux diapositives des vacances de Tata Gertrude qu’à un dessin animé. Heureusement, la plupart des séquences à base de baston d’Eva et de popopopo sont épargnées. Pour la défense des créateurs de l’anime, leur studio avait à l’époque des difficultés financières et ils ne pensaient pas que leur série remporterait un tel succès. Du coup, ils ont tout fini avec trois bout de chewing gum, leur couteau et leur bite (qu’ils ont toute petite ce qui n’aide pas [/cliché raciste]) L’EVA-02 au naturel : Awesome ! Un autre défaut très pénible est la fin de la série totalement incompréhensible et, soporichiante. J’ai eu beau matter Evangelion moulte fois, je ne pige toujours rien à ce qu’il se passe dans les deux derniers épisodes en mousse alors faites vous une fleur, arrêtez vous à l’épisode 24 de la série pour ne pas être écœuré. - 41 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :