42 n°12 février 2010
42 n°12 février 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de février 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur la bêtise !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
BD/COMICS quelques petits renseignements, mais l'atmosphère devient assez vite silencieuse et super coincée. DOSSIER DÉCOUVERTE J'ai mis un peu de temps à savoir comment me "déplacer" dans la double page. En fait, il faut suivre les images qui se touchent ! Ca nous fait donc un truc comme ça : On démarre en haut à gauche, et on descend. Le bandagé prend un rouleau de papier, et fixe de son air méchant les 4 clampins, qui n'osent pas croiser son regard. Arrivé en bas à gauche, on va vers la droite. L'atmosphère est toujours aussi tendue. "Et ?..." "Et... Quoi ? ". Ensuite, on remonte en diagonale haut-gauche. Le mec pousse un peu la main coupée sur la table, histoire de bien montrer qu'il plaisante pas, et qu'il pourrait leur faire la même chose. Arrivé en haut. Les 4 clampins sont toujours aussi mal à l'aise, mais cette fois-ci, il y en a trois qui regardent dans la même direction (Vers la droite). Et justement, le lecteur doit aussi aller vers la droite. L'un des clampins se décide enfin à prendre un rouleau de papier sur des étagères, et à le montrer au bandagé. Apparemment, il contient des infos importantes. Le reste s'enchaîne facilement. A partir de la tronche du bandagé en gros plan, on descend. "Ne me refaites jamais ça, je sens quand on me cache des choses", etc. etc. Fun fact : vous remarquerez que le chemin à suivre passe allégrement par la séparation des deux pages, en en faisant totalement fi. En voyant cela, Dany Boon ferait remarquer que "normalement, public, t'arrête au collage quand tu lis un livre ! " Ce à quoi Andreas répondrait surement : "Queuwa ? Le collage au milieu ? Ah ouais ! AH OUAIS ! Ranafout moi ! Je fay tout qu'est-ce que je veuw ! JE SUIS ANDREAS ! JE PWNZ LA BANDE DESSINAY JUSQU4AU BOUT DU ROXXOR §§§". Puis il retournerait à son dessin en cours. Cadeau-bonus : une petite analyse de deux pages du tome 6 de Rork, mais en angliche : http://www.dossier-andreas.net/andreas/p1_art62.php Le fond-forme est bien aussi Ce qu'Andreas aime par dessus-tout ce sont les signes, les symboles, les p'tits bouts de dessins tout simple qui expriment un truc particulier, et qu'on pourra retrouver un peu partout le long d'une histoire, comme si de rien n'était. Sauf qu'en général, c'est plutôt "comme si de quelque chose était", mais c'est à vous de trouver le quelque chose en question. Allez, hop, petit exemple : l'image avec les 6 cartes bizarres (image en bas). Spoilshield : ça arrive super tôt dans l'histoire, puisque c'est la page 4 du premier tome de Capricorne. Des phrases énigmatiques. Des dessins tout simples qui évoquent des trucs mais on sait pas trop quoi. Des explications qui viendront au fur et à mesure de la série. Voilà, c'est du bon. À ce sujet, la technique de narration d'Andreas est un peu à rapprocher de Lost : des éléments bizarres qu'on sait pas ce qu'ils foutent là sont posés dès le début, pour être expliqués plus tard. Sauf que l'explication apporte d'autres bizarreries, et ainsi de suite. La différence, c'est que ça s'enchaîne plus rapidement que dans Lost, puisqu'on omet les 36 000 histoires secondaires sentimentales à la con qui servent à rien. Une autre technique dont je kiffe-leboule : un document/objet/machin est mentionné dans l'histoire, afin de faire - 44 (42lemag.fr) -
BD/COMICS du camp opposé. La résistance s'organise, et pour rallier du peuple, elle distribue ses propres tracts. Là encore on retrouvera les documents tel quel au fur et à mesure de la BD. Le message sousjacent, c'est que dans ce genre de combat idéologique, chacun des camps utilise les mêmes armes, mais plus personne ne dit la vérité. Tout n'est plus qu'une grosse mascarade propagandesque qui part dans tous les sens. Y'aurait-il un rapprochement à faire avec nos spectacles politiques actuels ? Je vous laisse y réfléchir. Bref, tout ça pour dire que cette idée apporte un surplus de cohérence et d'existence à l'univers de Capricorne. Andreas, au lieu d'avoir dessiné ces tracts luimême, se serait contenté de les récupérer pour les intégrer ensuite dans l'histoire qu'il veut raconter. Comme si c'était un travail documentaire sur un monde qui existe, et non pas de la pure imagination. DOSSIER DÉCOUVERTE Autre exemple de cette technique, mais en plus alambiqué : dans le tome 5 de Rork, on y rencontre, cross-over oblige, le personnage Capricorne. Il est présenté comme un aventurier. Les récits des trucs étranges qui lui sont déjà arrivés sont racontés dans des espèces de romans illustrés à 10 centimes, écrits par une certaine "Myriam Erie". On en trouve quelques extraits au début de la BD, ce qui permet d'apprendre que les 5 premiers romans des "étranges aventures de Capricorne" s'intitulent : "L'objet", "Electricité", "Deliah", "Le cube numérique" et "Le secret". Youpi me direzvous. Et alors ? Quelques années plus tard, notre cher Andreas a terminé la série Rork, et attaque la série Capricorne. Et devinez comment s'appelle les 5 premiers tomes ? Ben ouais, tout pareil. Alors, c'est pas une idée rigolote ça ? avancer le scénario. Mais par ailleurs, ce document est décrit entièrement, la description faisant elle-même avancer un autre bout du scénario. Je suis pas clair ? J'exemplifie. Dans le tome 6 de Capricorne, une espèce de parti politique plus ou moins vilain se met à influencer plein de gens et à les rallier à leur cause. Ils utilisent des tracts pour répandre leur propagande. Eh bien ces tracts sont présents dans la BD ! Au détour d'une page, on peut en trouver un, avec le blabla et l'image qui va bien, montrant des hommes et des femmes tout heureux d'œuvrer pour ce parti. Et comme c'était pas assez, on retrouve la même idée dans le tome 7, mais vue Et au passage, La Myriam Erie existe vraiment, puisqu'elle est présente dans le tome 4 de Capricorne. En fait, Andreas a rien foutu. Il s'est contenté de piquer ses romans et d'en faire des BD ! Lolilol ! Finalement, pour parachever le crossover, en prologue au tome 5 de Capricorne, on trouvera le sixième tome des romans de Myriam Erie, qui s'intitulent "Rork l'énigmatique", et qui résume les moments de la série Rork dans lesquels Capricorne est présent (soit le tome 5 et le tome 7 de Rork). Sinon ça va votre cerveau ? - 45 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :