42 n°12 février 2010
42 n°12 février 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de février 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur la bêtise !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
BD/COMICS sous-marin dans lequel se trouve le personnage s'est pris un choc. DOSSIER DÉCOUVERTE La même case répétée 5-6 fois de suite, pour montrer l'attente d'un personnage qui se fait grave chier. Des pages comportant 4 lignes de cases. Chacune décrivant les actions d'un personnage. Sauf que tout se déroule en même temps, et non pas chronologiquement comme dans des BD classiques. On retrouvera, à beaucoup d'endroits, et de beaucoup de façons différentes cette idée de la bande dessinée qui ne se lit pas forcément de gauche à droite et de haut en bas. Le chemin dans la page peut être différent. Pas forcément indiqué. Et pas forcément unique. Paf, un petit exemple de superposage de cases (image du gamin cherchant sa maman en haut à droite) : C'est assez simple à comprendre. Il n'y a bien évidemment pas trois gamins, mais un seul, qui se promène dans la maison et cherche sa môman. Ça aurait pu être fait avec trois cases les unes à côté des autres, montrant différents endroits de la maison. Mais c'est plus classe de cette manière, et ça permet de montrer l'ensemble de la pièce. Autre truc important, et c'est là où on commence à avoir besoin d'un cerveau : Andreas ne montre/dit que ce qui est nécessaire. Par conséquent, on tombe très souvent sur des pages ne contenant aucun texte, mais décrivant un enchaînement d'action avec des détails à ne pas louper. Allez, hop, petit exemple (image avec les gars en vert en bas à gauche). Spoilshield : c'est la première page du premier tome de Capricorne. Alors qu'est-ce qu'il faut voir là dedans ? (Essayez de trouver par vous-même. Un certain personnage fait un certain truc, qui a certaines conséquences dans la suite). Si on s'attarde un peu sur la forme, on retrouve des fantaisies précédemment mentionnées. Déjà, ça ne se lit pas dans un ordre de BD normal. Il faut d'abord prendre les trois cases tout à gauche, puis la grande case verticale avec l'échelle, puis le groupe de 3*2 cases à droite. Là où c'est fort, c'est que grâce à la façon dont c'est agencé, on trouve tout de suite l'ordre correct, sans même s'en rendre compte. C'est la case avec la grande échelle qui permet la séparation. Elle est très étirée verticalement, et est placée derrière les autres. Bon c'est super. Et sinon, c'était quoi le truc à pas louper ? Haha. Attendez, je mets quelques points de suspension pour laisser réfléchir les quelques - 42 (42lemag.fr) -
BD/COMICS DOSSIER DÉCOUVERTE éponges hémiplégiques qu'ont pas encore trouvé.. Voilà. La grosse porte ronde marquée d'une croix rouge est fermée au départ. Sa poignée (la grande barre métallique) est horizontale. Dans la case tout en haut à droite, le personnage ouvre la porte du plafond. Mais pour cela, il est obligé de se percher sur la poignée de la porte à croix rouge. Et c'est ça qui provoque son ouverture. Le reste s'enchaîne facilement. Il y a un truc super-brillant derrière la porte, qui semble être super-pas-cool, vu la gueule que tirent les autres mecs. J'en dis pas plus, vous n'aurez qu'à lire la BD. C'est donc le départ du personnage à lunettes qui a provoqué l'ouverture de la porte. Une info importante qui permettra peut-être de comprendre d'autres choses dans la suite de l'histoire. Dans une BD plus classique, on s'assurerait que le lecteur a tout bien compris dans sa petite tête, en ajoutant des petits bouts de texte explicatifs en haut de chaque case. Des trucs du genre "un personnage mystérieux court dans les couloirs d'un lieux mystérieux". "Voulant échapper à ses poursuivants, il grimpe au mur et s'enfuit par la porte du plafond". "Mais ! Oh non, il a appuyé sur la poignée ! ". "Arrgghhh, quelque chose de mystérieux et de brillant se trouve à l'intérieur, et visiblement, c'est un truc pas cool ! ! " "Grraaahhhaaaaaahhrgghhh !!! " L'exemple le plus extrême des images sans texte est incontestablement le tome 12 de Capricorne. Le titre c'est " ". (Non j'ai pas oublié le mot, c'est juste que y'a pas de titre). L'image de couverture représente " ". (Non j'ai pas oublié le mot, c'est juste que la couverture est toute blanche). Et il n'y a aucun texte ni aucun dialogue de toute la BD. Juste des images et une histoire. Je termine cette partie sur l'un de mes exemples préférés : la grande doublepage, avec un mec à la gueule bandagée (en haut). Alors, ça se lit dans quel ordre ce putain de bordel ? Pour commencer, j'explique rapidement le contexte (sans trop spoiler) : le mec bandagé a pris en otage un pote des 4 clampins tout moche, et au passage, il lui a coupé la main. Il débarque ensuite chez ces 4 clampins pour négocier des infos. Ceux-ci lui donnent - 43 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :