42 n°12 février 2010
42 n°12 février 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de février 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur la bêtise !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
CINEMA DOSSIER DÉCOUVERTE chose. Si aujourd'hui la plupart des caméras fonctionnent avec des batteries rechargeables, il faut du courant pour faire fonctionner les lumières, le matériel son, le combo (le retour vidéo qui permet de contrôler sur un écran l'image définitive produite par la caméra) ainsi que l'iGode de l'actrice nymphomane de service. Leur boulot consiste donc à installer plein de matos qui pompe plein de jus sans jamais faire sauter les plans. Toujours sur Bunker, mes deux électros ont ainsi du tirer 2 kilomètres de câble pour éclairer le fond d'un bunker dépourvu d'électricité, et le tout dans la boue et la pluie. Oui, c'est parfois un travail difficile et peu reconnu mais au combien utile. Enfin, comme vous le savez, dans tous les métiers il faut des petites mains. Que ce soit pour aller chercher Günter chez lui et l'amener sur le plateau, aller chercher la bouffe, charger et décharger les camions... C'est un peu l'équivalent du stagiaire photocopie ou café. Indispensable à tout tournage, c'est la petite fourmi ouvrière qui va faire en sorte que tout le monde ait toujours à disposition ce dont il a besoin. Très souvent les premiers arrivés sur un plateau et les derniers partis. Un boulot dur, mais qui permet paradoxalement de toucher à tous les métiers puisque travaillent avec toutes les fonctions. Note de coucherie : Nulle. Seule exception, si vous êtes le réal et que votre Benoit Lestang, maquilleur de génie aujourd'hui disparu au boulot. Oui pas facile tous les jours de bosser avec des nymphettes aux seins nus électro fait grève, vous empêchant ainsi de tourner, peut être qu'un petit geste accompagné de 100 balles et un mars pourraient le faire changer d'avis. Mais sinon, ce ne sont pas eux qui vous aideront à faire du cinoche. Par contre faire le même boulot qu'eux peut vous aider à entrer dans ce milieu. Script, ingé son et déco C'est pas tout çà, mais l'article avance, et il reste encore beaucoup de monde nécessaire pour faire un film. Découvrons ensemble trois nouveaux métiers. Tiens c'est marrant, quand j'écris des phrases comme la précédente, j'ai l'impression d'écrire une émission culturelle sur Gulli. Mouaip. Je me fais peur des fois. Enfin bref. La scripte, car c'est souvent une femme, et que donc le métier est féminisé même si un homme a le poste, a également un rôle important, à savoir faire du pointage. Pour des raisons pratiques, les films sont rarement tournés dans l'ordre chronologique. On a tendance à tourner ensemble les séquences se déroulant dans un même lieu. Si Günter rencontre Pony dans sa chambre, puis part avec lui au soleil pendant une heure, avant de revenir lui mettre sa mère, on tournera la séquence de début et de fin dans la foulée. Le rôle de la scripte est de tout noter pour éviter de faux raccords (par exemple si un personnage se blesse, vérifier que le pansement est bien toujours mis du même côté) et vérifier qu'on n’oublie pas de tourner une séquence. Elle fait donc du pointage, et souvent beaucoup de photos pour garder des traces des maquillages, taches de sang ou autres changements apportés, dont on pourrait avoir besoin plus tard. Une script avec ses principaux outils de travail : des crayons et du papier L'ingé son, comme son nom l'indique, a pour fonction de capter le son pendant le tournage. Ce qui n'est pas pratique du tout s'il s'agit d'un film muet. Dans ce cas il rempile lors de la post production du film pour faire le montage sonore, rajouter des bruits d'ambiance ou de fond, et mixer son travail avec la musique. Son boulot est relativement calme mais demande en général de planquer des micros un peu partout dans les décors et sur les acteurs, afin de capter au mieux leurs paroles. Autant dire que dans le cinéma français c'est en général mal foutu, car nombreux sont les films où par mo- - 36 (42lemag.fr) -
CINEMA Une station de montage, avec ses différents écrans pour éditer, compiler et voir le résultat final ment on ne capte rien à ce qui se dit. Pareil pour le boulot de décorateur qui parle de lui même. Beaucoup de tournages se font dans décors naturels (comprendre une maison, une plage naturiste, une rue) mais certains sont construit en studio. Par exemple, la maison magique toute rose de Günter n'existant pas en vrai, on prend des grandes planches de bois qu'on peint en rose, et hop magie de l'image on fait croire que c'est l'intérieur de se maison. C'est beau le cinéma quand même des fois. Note de coucherie : nulle. A moins que vous ne deviez réaménager chez vous dans quel cas un chef déco peut être utile. A oublier. Enfin vous pouvez toujours coucher pour le plaisir, mais bon, ce ne sont pas non plus les métiers qui gagnent le mieux. M'enfin sans eux on fait des films moches, muets et décousus alors... Sous ce nom peut se cacher Rocco Siffredi mais pas que. Si lui monte de jeunes pouliches effarouchées devant la caméra, le monteur, lui, monte des rushs. Ce qui veut dire qu'il prend tous les morceaux de films tournés, qu'il les met bout à bout (puisque je vous le rappelle, le film est tourné dans le désordre) et essaie de donner du rythme à l'ensemble. Mais le travail de montage ne consiste pas uniquement à mettre des morceaux bout à bout. Ainsi, un ruskov nommé Koulechov en a montré la puissance dans les années 20. Il a pris la même image neutre d'un homme, puis il a fait trois montages, l'une avec une assiette de soupe, la deuxième avec un enfant mort, la troisième avec une femme allongée, puis a projeté les trois morceaux indépendamment. Sans surprise, et malgré la neutralité de son visage, les spectateurs ont cru y déceler de la faim, de la tristesse et du désir. Tout ca pour dire, qu'on peut faire dire n'importe quoi aux images en étant très malin. D'ailleurs les réalisateurs les plus expérimentés ont tendance à dire qu'un film s'écrit trois fois : une fois lors du scénario, une fois lors du tournage et une fois lors du montage. D'ailleurs si vous faites attention, vous constaterez que la plupart des films sortent en édition normale et en director's cut. En général les différents montages permettent de rajouter des pans entiers d'histoire. Mais quelques exemples vont beaucoup plus loin. Ainsi, selon ses différents montages, Blade Runner n'a pas la même signification. Dans certaines versions Deckard est un replicant, dans d'autres non, dans certains la fin est heureuse dans d'autres plus sombre. Bref le montage, c'est encore plus surpuissant que le caca. Note de coucherie : Basse. L'intérêt qu'on peut y voir est de faire disparaître du montage les acteurs que vous n'aimez pas en faisant enlever toutes les séquences où ils apparaissent. Sauf que s'ils jouent dans certaines scènes avec vous, ça risque d'amputer un peu votre présence. Mais sorti de ça, non pas grand chose à en tirer... Conclusionnage Vous le voyez, le monde du cinéma n'est pas rempli seulement d'acteurs. Et pendant qu'un Tom Cruise ou qu'une Marion Cotillard se pavane sur le tapis rouge, il y a dans l'ombre toute une masse de techniciens qui travaille et sue sang et eau pour mener à bien des projets. Certains des métiers que je vous ai présenté sont très souvent cités, d'autres moins, mais quoi qu'il arrive, il reste impossible de faire un film sans l'une de ces fonctions. Ou alors on risque de pondre un nanar d'anthologie... Bebealien DOSSIER DÉCOUVERTE Le monteur Une image du plateau d'Avatar. Oui, il en faut du monde pour pondre deux bonhommes bleus en train de se faire des mamours - 37 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :