42 n°11 janvier 2010
42 n°11 janvier 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de janvier 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 42lemag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : Shitstorm in Dubaï.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
IRL *** Le S.E.D. se révèle *** DOSSIER DÉCOUVERTE Sur ce, Saindoux nous récupère, et nous emmène, en petites foulées, vers notre intronisation décisive. Nous admirons au passage les superbes pelouses, sur lesquelles s'ébattent des poussins colorés. Les poneys sont dans un enclos spécial, car ils s'amusaient à étouffer les poussins en déféquant dessus. Nous arrivons au centre de Quadrakontadipolis, où se tient une statue de Descartes (voir encadré). La cérémonie d'intronisation est assez prévisible. Chacun son tour, on s'agenouille, les bras en croix, en tenant dans une main une poignée de spaghetti cuits, et dans l'autre un disque dur contenant 5 292 images débiles (5 292 = "300" en base 42). On porte une cagoule faite en peau de hamster et une moustache postiche (même pour les femmes). Il faut réciter 42 memes ou expressions de son choix, en tournant sur soi-même dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, mais toujours à genoux. À la fin, on enlève sa cagoule, et un système de pompe dans la statue envoie une giclée de sperme de Descartes. (Synthétisé génétiquement grâce à un moustique.) Ensuite : visite de l'ensemble de la ville (toujours en petites foulées). De mon côté, j'avais piqué un pack de bière dans l'avion, et je me les envoyais discrètement pendant que Saindoux faisait le guide. Du coup, je peux pas trop vous donner de détails. Je vous ai joint le plan qu'on nous a donné. Ça devrait bien vous suffire. À un moment, un type s'approche de nous (dans ma tête, je décide de l'appeler Glairnard. Juste comme ça gratuitement). Il échange quelques mots avec Saindoux, puis demande à voir le dénommé Réchèr. Apparemment, je dois me séparer du groupe. Tous les autres me regardent d'un air médusé. "OMG ! Alors c'est... c'est toi le S.E.D. ? " "Ben ouais. Désolé." Boccolini s'approche de moi, et me toise RENÉ DESCARTES René Descartes est considéré par de nombreux geekologues comme "le premier no-life de l'histoire de l'humanité". Il faut dire que c'était un sacré personnage. "De santé fragile" mais possédant des "dons intellectuels précoces", il sécha moult cours, mais parvint tout de même à cartonner à ses exams. Puis, il passa plusieurs années dans un poêle (comportement d'un intérêt très discutable voire inexistant, mais indubitablement no-life). Ayant prémédité de très loin le concept des blogs, des myspaces, et autres réseaux sociaux, il se mit très tôt à écrire énormément d'ouvrages que personne ne lisait. Sachant qu'il serait le précurseur de tout un mode de vie, il ne négligea aucun détail concernant ses pensées et ses réflexions. Il alla même jusqu'à imaginer que les êtres vivants qui l'entouraient n'existaient pas, et qu’il ne s’agissait en réalité que d'automates (la notion d'avatar n'avait pas encore été formulée à l'époque). Tous les travaux d'études et de recherches effectués sur le jeu IRL découlent de cette idée première. C'est également à lui que l'on doit les "coordonnées cartésiennes", qui permirent plus tard de créer certains add-ons de WoW, tel que TitanCoords, ainsi que le casse-brique-MMORPG Alphabounce. Pour la petite histoire : Descartes aurait fait cette découverte en regardant une mouche se promener sur un carrelage. Par ailleurs, son patronyme possède un très fort potentiel de jeux de mots désolants : "On va tirer Descartes", "Descartes les cuisses". Hahaha. Pour une documentation rigologène plus complète sur ce grand homme : http://sciencejokes.blogspot.com/2007/03/jokes-about-ren-descartes.html (attention, compréhension de l'angliche du rosbif requise) - 56 (42lemag.fr) -
IRL d'un air méprisant : "Tu sais, pour le show qu'on a fait sur Team Fortress... Eh bien on aurais dû te donner le rôle du Spy." Puis, il prend un peu de sperme de Descartes, et me l'essuie bien soigneusement sur mon uniforme-T-shirt. "Tiens. Accepte ce gage de ma reconnaissance." Finalement, il se drape dans sa dignité, se retourne magistralement et part rejoindre le reste du groupe. Je reste là avec mon pote Glairnard. "Ils ne vous ont pas fait trop de misères ? - Rassurez-vous, je ne leur avais rien dit au sujet de ma fonction. - Vous avez bien fait. C'est toujours délicat de côtoyer la valetaille sans l'offenser, même involontairement. - Et maintenant ? - Vous allez accéder au cœur réel de la rédaction. Suivez-moi." une pièce assez petite, avec un lit, un ordinateur géant, et une triple connexion internet. "Voici votre logement de fonction. Cela correspond bien à ce que vous aviez demandé ? - Parfait. Où est la femme de ménage avec des gros boobs ? - Je vous la présenterai plus tard. En fait on en a commandé 10, de différentes tailles et formes. Nous avons tenté de recréer le plus fidèlement possible votre propre vision du paradis. - Et c'est franchement réussi. Je vous remercie infiniment. - Au cas où vous auriez besoin de drogue, n'hésitez pas. Notre partenariat avec Interpol nous permet d'avoir tous les produits connus. - De la bière suffira. - Étrange choix. Mais ce n'est pas mon affaire. Je vais vous présenter au reste de l'équipe." Nous sortons de la pièce. "À gauche, vous avez les toilettes pour le caca et le pipi, à droite, celles spécifiquement destinées au fap-fap". Nous traversons une multitude de couloirs tapissés de demotivational posters. À travers une porte entrouverte, j'aperçois un homme en slip dans une cuve de Bacta. DOSSIER DÉCOUVERTE Il appuie sur un bouton de son oreillette- Matrix, et un engin volant sorti de nulle part atterrit près de nous. Nous montons dedans. Il nous emmène à un grand bâtiment en forme de pièce-de-Tetris-à-lacon, que je n'avais pas remarqué durant la visite. Il doit certainement être protégé par un champ d'invisibilité majeure. Ou alors j'avais vraiment trop bu. *** Le panthéon *** Nous atterrissons sur le toit, et pénétrons dans le bâtiment grâce à unet r a p p e - a s c en s e u r - t r a n s p a r en t - cylindrique. Glairnard me conduit dans - 57 (42lemag.fr) -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


42 numéro 11 janvier 2010 Page 142 numéro 11 janvier 2010 Page 2-342 numéro 11 janvier 2010 Page 4-542 numéro 11 janvier 2010 Page 6-742 numéro 11 janvier 2010 Page 8-942 numéro 11 janvier 2010 Page 10-1142 numéro 11 janvier 2010 Page 12-1342 numéro 11 janvier 2010 Page 14-1542 numéro 11 janvier 2010 Page 16-1742 numéro 11 janvier 2010 Page 18-1942 numéro 11 janvier 2010 Page 20-2142 numéro 11 janvier 2010 Page 22-2342 numéro 11 janvier 2010 Page 24-2542 numéro 11 janvier 2010 Page 26-2742 numéro 11 janvier 2010 Page 28-2942 numéro 11 janvier 2010 Page 30-3142 numéro 11 janvier 2010 Page 32-3342 numéro 11 janvier 2010 Page 34-3542 numéro 11 janvier 2010 Page 36-3742 numéro 11 janvier 2010 Page 38-3942 numéro 11 janvier 2010 Page 40-4142 numéro 11 janvier 2010 Page 42-4342 numéro 11 janvier 2010 Page 44-4542 numéro 11 janvier 2010 Page 46-4742 numéro 11 janvier 2010 Page 48-4942 numéro 11 janvier 2010 Page 50-5142 numéro 11 janvier 2010 Page 52-5342 numéro 11 janvier 2010 Page 54-5542 numéro 11 janvier 2010 Page 56-5742 numéro 11 janvier 2010 Page 58-5942 numéro 11 janvier 2010 Page 60-6142 numéro 11 janvier 2010 Page 62-6342 numéro 11 janvier 2010 Page 64-6542 numéro 11 janvier 2010 Page 66-6742 numéro 11 janvier 2010 Page 68-6942 numéro 11 janvier 2010 Page 70-7142 numéro 11 janvier 2010 Page 72-7342 numéro 11 janvier 2010 Page 74-7542 numéro 11 janvier 2010 Page 76-7742 numéro 11 janvier 2010 Page 78-7942 numéro 11 janvier 2010 Page 80-8142 numéro 11 janvier 2010 Page 82